Recherche de soutien en Amérique pour l’alyah éthiopienne
Rechercher

Recherche de soutien en Amérique pour l’alyah éthiopienne

Gezahegn Dereve et Demoz Deboch voyagent à travers les Etats-Unis pendant cinq semaines en cherchant du soutien pour leur communauté en Israël

Gezahegn Dereve (à gauche) et Demoz Deboch à Times Square, à New York le 6 août, 2016, pendant leur tournée de conférences de cinq semaines à travers les Etats-Unis pour sensibiliser sur le cas des Juifs en Éthiopie qui attendent de passer en Israël (Crédit : Autorisation Ryan Porush)
Gezahegn Dereve (à gauche) et Demoz Deboch à Times Square, à New York le 6 août, 2016, pendant leur tournée de conférences de cinq semaines à travers les Etats-Unis pour sensibiliser sur le cas des Juifs en Éthiopie qui attendent de passer en Israël (Crédit : Autorisation Ryan Porush)

Lorsque Gezahegn Dereve et Demoz Deboch, les jeunes leaders de la communauté juive d’Ethiopie à Gondar, se lèvent pour répondre dans les camps d’été juifs et d’autres groupes à travers l’Amérique cet été, ils tracent trois étapes distinctes pour les gens qui écoutent leur présentation sur les 9 000 Juifs laissés en Ethiopie qui essaient désespérément de déménager en Israël.

« C’est vraiment étrange pour eux, ils nous posent beaucoup de questions, » a déclaré Dereve, 21, ans par téléphone depuis Washington. « Ils ne comprennent pas. Ensuite, ils se mettent en colère, et puis ils veulent aider. »

« Ils nous disent, si vous portez une kippa, pourquoi ne pouvez-vous aller en Israel ? » a-t-il ajouté. « Ils nous questionnent, ‘si je peux [faire alyah], pourquoi pas vous ?’ Et je leur réponds que je ne sais pas. »

En novembre, les Juifs en Ethiopie ont célébré la décision du gouvernement d’approuver l’alyah de 9 000 juifs éthiopiens. L’approbation a échoué trois mois plus tard, lorsque le bureau du Premier ministre a refusé de mettre en œuvre le programme parce que le milliard de dollars nécessaire pour financer l’intégration ne faisait pas partie du budget.

Deux députés du Likud, Avraham Neguise et David Amsalem, ont refusé de voter avec la coalition jusqu’à ce que le gouvernement approuve le financement nécessaire pour que la décision d’amener les Juifs éthiopiens en Israël se concrétise.

En avril, le gouvernement a accepté de trouver les fonds nécessaires, mais les changements à la Knesset à la fin mai signifient que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a une plus grande majorité dans la coalition, et la tactique de Neguise et Amsalem ne fonctionnera pas à nouveau.

L’alyah des « derniers » 9 000 Juifs était prévue pour commencer en juin et continuer pendant environ cinq ans. Mais l’été s’achève bientôt et aucun plan visant à relancer le processus de l’immigration n’a été mis en oeuvre.

Les membres de la communauté juive éthiopienne, les Falashas, avant un service de prière avant d'assister au repas de seder, dans la synagogue de Gondar, en Ethiopie, le 22 avril 2016 (Crédit : Miriam Alster / FLASH90)
Les membres de la communauté juive éthiopienne, les Falashas, avant un service de prière avant d’assister au repas de seder, dans la synagogue de Gondar, en Ethiopie, le 22 avril 2016 (Crédit : Miriam Alster / FLASH90)

« Nous voulons que l’alyah éthiopienne devienne une plus grande priorité à l’ordre du jour », a déclaré David Elcott, professeur d’administration publique à l’École Wagner de l’Université de New York qui enseigne l’organisation et la sensibilisation du public. « A un moment ils ont dit qu’ils ne font pas venir les Ethiopiens en Israël parce qu’il n’y a pas d’argent. À aucun moment depuis la création d’Israël, Israël n’a dit que nous n’amènerons pas des gens à cause de l’argent ».

Elcott, sa femme rabbin Shira Milgrom, et d’autres rabbins dans le White Plains, une région de New York ont organisé la tournée de conférences pour les deux leaders de la jeunesse, qui sont indépendants de toute organisation ou de mouvements. Des rabbins orthodoxes, conservateurs, réformistes et des synagogues reconstructionistes à White Plains, NY ont financé la tournée de conférences.

Gezahegn Dereve et Demoz Deboch avec le rabbin Shira Milgrom à la congrégation Kol Ami à White Plains, à New York, en juillet 2016 (Crédit : Autorisation Ryan Porush)
Gezahegn Dereve et Demoz Deboch avec le rabbin Shira Milgrom à la congrégation Kol Ami à White Plains, à New York, en juillet 2016 (Crédit : Autorisation Ryan Porush)

Elcott dit que la tournée de conférences pour Dereve et Deboch était destinée à mobiliser la communauté juive américaine afin que la diaspora fasse pression sur Israël, il a souligné que l’idée de « galuyot kibboutz » ou rassemblement des exilés, est une question juive plutôt qu’une question israélienne.

« Historiquement, la communauté juive américaine a été très passionnée par l’alyah pour les Juifs en voie de disparition », a-t-il dit.

« Je ne sais pas si cela pourrait se transformer en une campagne qui contribuerait à garantir l’alyah comme il l’a fait en 1984 et 1991 [quand un grand nombre d’Ethiopiens sont venus en Israël au cours des Opération Salomon et opération Moïse], et pour les Juifs russes. La présomption est que pour 9 000 personnes, Israël dispose des ressources ».

Une partie du problème que Dereve et Deboch doivent expliquer dans leurs entretiens est pourquoi il y a encore des Juifs en Éthiopie si Israël a annoncé, en grande pompe, que l’alyah éthiopienne a été achevée en 2013.

Les Juifs laissés en Ethiopie sont généralement classés comme « Falashmouras », un terme pour les Juifs éthiopiens dont les ancêtres ont été convertis au christianisme, souvent sous la contrainte, il y a des générations. Mais la plupart des Juifs en Ethiopie aujourd’hui rejettent ce terme. Ils sont prêts à passer par le processus de conversion quand ils arrivent en Israël, comme certains ne sont pas juifs par leur mère, mais ils sont agacés à l’idée qu’ils ne sont pas ethniquement juifs.

Gezahegn Dereve et Demoz Deboch dans un taxi moto à Gondar, en Ethiopie, en juillet 2016, avant de se rendre aux États-Unis pour une tournée de cinq semaines (Crédit : Autorisation Ryan Porush)
Gezahegn Dereve et Demoz Deboch dans un taxi moto à Gondar, en Ethiopie, en juillet 2016, avant de se rendre aux États-Unis pour une tournée de cinq semaines (Crédit : Autorisation Ryan Porush)

Dereve et Deboch visitent New York, Washington DC, la Floride, et Los Angeles, où ils parlent à des organisations comme les camps d’été, des fédérations, des maisons de fraternité juive, Hadassah, et d’autres groupes de leadership juif pour partager leur histoire.

« Ils nous donnent du temps pour des choses amusantes aussi, mais nous ne sommes pas venus pour le plaisir, nous avons un objectif spécifique, et nous voulons rencontrer des gens qui peuvent nous aider », a déclaré Dereve. Deboch a dit qu’il sentait qu’il avait « toute la responsabilité de la communauté » sur ses épaules.

Dereve, 21 ans est en 11e année à Gondar après avoir été contraint de refaire quatre ans d’école depuis que le gouvernement éthiopien ne reconnaissait pas l’école juive oû il a étudié, qui était sous l’égide de la Conférence nord-américaine sur les Juifs d’Éthiopie (NACOEJ). Dereve parle couramment l’hébreu, grâce à l’éducation juive précoce qu’il a reçue.

Dereve a dit qu’il est encore en Ethiopie parce que le ministère de l’Intérieur a déterminé que sa grand-mère maternelle n’était pas juive, ce qui l’a disqualifié de l’alyah. Comme ils ne sont pas juifs selon la halakha, ou la loi juive, les Juifs actuellement en Ethiopie ne sont pas autorisés à venir en Israël en vertu de la Loi du retour, qui stipule que tous les juifs peuvent obtenir la citoyenneté en Israël.

Les personnes qui désirent immigrer de l’Ethiopie « sont soumises à des décisions ad hoc du gouvernement israélien, qui repose sur une base humanitaire », a déclaré Avi Mayer, porte-parole de l’Agence Juive. « L’Agence Juive appliquera toute décision prise par le gouvernement d’Israël en matière d’immigration en provenance de l’Ethiopie au meilleur de notre capacité, comme nous l’avons fait au cours des six dernières décennies. »

Les membres de la communauté juive de Gondor qui préparent le matsa avant Pessah, le 20 avril 2016 (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
Les membres de la communauté juive de Gondor qui préparent le matsa avant Pessah, le 20 avril 2016 (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Dans ses entretiens, Dereve tente également de mettre l’accent sur le caractère unique de l’identité juive éthiopienne. « En Ethiopie, nous avons notre propre culture, nous avons de bonnes choses et des choses difficiles, » dit-il. « Pour les choses difficiles nous avons besoin d’aide, mais pour les bonnes choses nous avons besoin de vous les montrer afin que vous connaissiez notre culture. »

Deboch, 24 ans, étudie la gestion du tourisme à l’Université de Gondar. « Jamais dans ma vie je n’aurai pensé que je serais obligé d’apprendre à l’université en Ethiopie », a-t-il dit. « J’ai toujours pensé que j’irai à l’université en Israël. »

« Nous voulons aller en Israël, non seulement pour la ‘bonne vie’, mais nous pensons que ceci est notre terre », a-t-il dit.

Les deux Dereve et Deboch disent qu’ils sont conscients du racisme auquel les Ethiopiens sont confrontés en Israël, mais cela n’estompe pas leurs rêves. « Partout dans le monde il y a des Juifs, aux États-Unis ou ailleurs, s’ils veulent aller en Israël, ils peuvent y aller demain. Mais nous ne pouvons pas. J’ai attendu 15 ans pour aller en Israël ».

L’organisation North American Jewry a joué un rôle majeur dans les précédentes vagues d’alyah éthiopienne, à partir de 1984 et tout au long des années 1990. La Conférence nord-américaine sur la communauté juive éthiopienne était une force importante en Ethiopie, en fournissant des écoles et des programmes d’alimentation pour les enfants et les mères, mais ils se sont heurtés parfois avec l’Agence Juive.

NACOEJ a accepté de quitter l’Éthiopie en 2010 après avoir conclu un accord avec le gouvernement israélien pour redémarrer l’alyah, que le gouvernement a respecté jusqu’en 2013, quand il a annoncé que tous les Juifs éthiopiens étaient en Israël. Actuellement NACOEJ gère des programmes éducatifs pour les étudiants éthiopiens et en Israël.

La fondatrice et directrice de NACOEJ Barbara Ribokove Gordon a dit qu’elle était “angoissée” au sujet des 9.000 juifs encore laissés en Ethiopie, mais elle a reconnu qu’obtenir de remettre cette question à l’ordre du jour pour les Juifs d’Amérique du Nord est un formidable défi.

Gezahegn Dereve et Demoz Deboch à la Congrégation Kol Ami en juillet 2016. Ils disent que les gens qui entendent leur présentation sont généralement confus, puis en colère, puis veulent aider (Crédit : Autorisation Ryan Porush)
Gezahegn Dereve et Demoz Deboch à la Congrégation Kol Ami en juillet 2016. Ils disent que les gens qui entendent leur présentation sont généralement confus, puis en colère, puis veulent aider (Crédit : Autorisation Ryan Porush)

Relancer le sujet au niveau de la fédération, c’est un problème maintenant, ce sont de vieilles nouvelles, » dit-elle. « Les gens se disent, ‘Oh, ils sont tous en Israël. Si Israël les a vérifiés, il doit avoir eu une raison pour les laisser derrière. » Ce n’est pas la façon dont cela a été reçu dans les années 1980 et 1990 quand c’était encore nouveau, passionnant et réconfortant ».

Quant à trouver un moyen de raviver cet intérêt ?

« Jusqu’à présent, on n’a pas réussi, mais à Dieu ne plaise, il faudrait une catastrophe » pour obtenir que les personnes s’y intéressent à nouveau, dit Ribokove Gordon.

« Je dis cela à en juger par les nouvelles, je l’ai dit à quelqu’un hier que ce qui devrait se passer maintenant c’est qu’Israël devrait aller rapidement à leur secours et les sortir de là. »

Au cours du dernier mois, l’Ethiopie a été secouée par des manifestations anti-gouvernementales, en particulier dans l’Etat d’Amhara où Gondar se trouve. Le week-end le plus sanglant était celui des 6 et 7 août, on estime que 50-100 personnes ont été tuées pour protester contre les problèmes de répression du gouvernement et les droits fonciers. Le gouvernement a éteint Internet le week-end, donc les nouvelles des manifestations n’ont commencé à circuler que le lundi 8 août.

Selon Human Rights Watch, au moins 400 personnes ont été tuées dans les manifestations de cet été.

En plus de la situation politique fragile en Ethiopie, Elcott note que la communauté juive américaine devrait prendre un intérêt particulier en ce moment pour le sort des Juifs éthiopiens.

« En Amérique, le problème de race a été un sujet central de préoccupation historiquement pour les juifs », a déclaré Elcott. Avec la controverse actuelle entourant le mouvement Black Lives Matter et leur position sur Israël, cette situation est l’occasion pour les Américains de prendre position sur les questions relatives aux juifs noirs. « Nous disons, nous avons des vies noires qui comptent en Afrique », a déclaré Elcott.

« Nous pensons que peut-être [les gens à nos événements] peuvent influencer ce qui se passe en Israël », a déclaré Dereve.

« J’ai parlé avec des journalistes à New York, beaucoup d’organisations, des dirigeants des femmes, je pense que les femmes ont beaucoup de pouvoir, » dit-il. « Nous n’avons pas d’autre rêve. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...