Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Refonte judiciaire : Amichai Chikli pris à partie par ses anciens élèves

L'équilibre des pouvoirs est "balayé" par le projet de refonte judiciaire, avertissent d'anciens élèves de l'académie prémilitaire de Tabor dans une lettre ouverte

Le député du Likud Amichaï Chikli s'exprimant à la conférence de la Fédération des Autorités locales, à Tel Aviv, le 7 décembre 2022. (Crédit :  Tomer Neuberg/Flash90)
Le député du Likud Amichaï Chikli s'exprimant à la conférence de la Fédération des Autorités locales, à Tel Aviv, le 7 décembre 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

D’anciens élèves de l’académie prémilitaire de Tabor, qui a été créée et dirigée, dans le passé, par Amichai Chikli, le ministre des Affaires de la Diaspora issu du Likud, l’ont interpellé lundi en raison du soutien qu’il apporte au projet de refonte radicale du système judiciaire qui est proposé par le gouvernement.

Dans une lettre ouverte, 318 anciens élèves reconnaissent avoir « une réelle inquiétude pour l’identité du pays et pour les valeurs dont nous avons hérité dans le cadre de notre éducation », avertissant Chikli que « en tant que responsable élu, en tant que ministre et en tant qu’éducateur, vous assumez une responsabilité. »

« L’équilibre des pouvoirs est balayé, ce qui entraînera l’émergence d’une autorité au pouvoir unique et toute puissante », ont-ils ajouté.

La refonte judiciaire radicale actuellement avancée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et par son gouvernement a entraîné des critiques intenses ainsi que les avertissements de personnalités de premier plan des secteurs juridique et financier, ainsi que des manifestations hebdomadaires et des pétitions soumises par des officiels, des professionnels et des entreprises privées variés.

Les signataires se sont également offusqués de récents propos tenus par Chikli, où ce dernier a qualifié les manifestants anti-gouvernement « d’anarchistes » tout en remettant en doute « leur attachement au sionisme ». La missive se termine par un appel lancé au ministre par les anciens élèves, qui lui demandent d’œuvrer au gel de l’avancée des législations devant le parlement dans l’espoir qu’un dialogue puisse s’établir.

En réponse, Chikli a écrit une lettre saluant l’initiative prise par ses anciens élèves, soulignant « l’expression », à travers la lettre, « de leur inquiétude véritable concernant l’avenir du pays ». Il a aussi établi clairement qu’il pensait que la majorité des manifestants qui s’opposent à la refonte sont motivés par leur patriotisme, tout en soulignant qu’ « il est impossible d’ignorer les expressions horribles de ceux qui se trouvent à la tête de ce mouvement de protestation », faisant référence aux appels à la désobéissance civile qui ont été lancés par l’ex-Premier ministre Ehud Barak et par l’ancien chef d’état-major Dan Halutz.

La présidente de la Cour suprême Esther Hayut et d’autres juges lors d’une audience de la Haute Cour de justice sur les requêtes contre la nomination du chef du Shas, Aryeh Deri, en tant que ministre en raison de sa récente condamnation pour des délits fiscaux, le 5 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les réformes qui sont actuellement présentées à la Knesset accordent notamment au gouvernement le contrôle total de la désignation des juges – y compris des magistrats qui siègent à la Haute-cour ; elles ôtent à cette dernière sa capacité à procéder au réexamen judiciaire et au rejet des lois et elles permettent aux politiciens d’embaucher – et de renvoyer – leurs propres conseillers juridiques.

Les critiques avertissent que ce plan portera profondément atteinte au caractère démocratique d’Israël en bouleversant l’équilibre des pouvoirs, concentrant presque tous les pouvoirs entre les mains de l’exécutif et laissant sans protection les droits individuels et ceux des minorités.

Chikli, ancien officier de la brigade Golani, avait co-fondé l’académie prémilitaire Tabor en 2010 et il en était resté le président pendant plus d’une décennie. « Sioniste conservateur », comme il se définit lui-même, il avait été élu à la Knesset pour la première fois en 2021 sous l’étiquette du parti de droite Yamina de Naftali Bennett. Il avait été exclu de la faction après avoir voté contre la formation du nouveau gouvernement parce qu’il s’opposait à la décision prise par Bennett de mettre en place un gouvernement d’unité avec des formations de gauche et centristes, ainsi qu’avec le parti arabe Raam.

La décision prise par ses anciens collègues de parti de déclarer « transfuge » le député rebelle – ce qui lui aurait interdit toute participation lors du scrutin suivant – avait été renversée par la Haute Cour et Chikli avait été inscrit sur la liste du Likud par Benjamin Netanyahu lui-même avant les élections du mois de novembre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.