Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

Refonte judiciaire : Plus de 200 000 personnes manifestent dans tout le pays

Premier week-end de rassemblement à Jérusalem, Tel Aviv, Haifa, et Beer Sheva entre autres, depuis que la coalition a adopté la première mesure de son paquet de réformes radicales

  • Manifestation contre la refonte judiciaire, à Tel Aviv, le 29 juillet 2023. (Crédit : Amir Goldstein)
    Manifestation contre la refonte judiciaire, à Tel Aviv, le 29 juillet 2023. (Crédit : Amir Goldstein)
  • Manifestation contre la refonte du système judiciaire, à Tel Aviv, le 29 juillet 2023. (Crédit : Amir Goldstein)
    Manifestation contre la refonte du système judiciaire, à Tel Aviv, le 29 juillet 2023. (Crédit : Amir Goldstein)
  • Manifestation contre la refonte, à Tel Aviv, le 29 juillet 2023. (Crédit : Yaïr Palti)
    Manifestation contre la refonte, à Tel Aviv, le 29 juillet 2023. (Crédit : Yaïr Palti)
  • Manifestation contre la refonte, à Tel Aviv, le 29 juillet 2023. (Crédit : Alon Banki)
    Manifestation contre la refonte, à Tel Aviv, le 29 juillet 2023. (Crédit : Alon Banki)
  • Manifestation contre la refonte, à Beer Sheva, le 29 juillet 2023. (Crédit : Protest Salon Beer Sheva)
    Manifestation contre la refonte, à Beer Sheva, le 29 juillet 2023. (Crédit : Protest Salon Beer Sheva)
  • Une manifestation contre la refonte, à Haïfa, le 29 juillet 2023. (Crédit : Dror Gilboa)
    Une manifestation contre la refonte, à Haïfa, le 29 juillet 2023. (Crédit : Dror Gilboa)
  • Manifestation contre la refonte, à Tel Aviv, le 29 juillet 2023. (Crédit : Yael Gadot)
    Manifestation contre la refonte, à Tel Aviv, le 29 juillet 2023. (Crédit : Yael Gadot)
  • Hadag Nahash jouant pour des milliers de manifestants anti-refonte devant la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 29 juillet 2023. (Crédit : Times of Israel)
    Hadag Nahash jouant pour des milliers de manifestants anti-refonte devant la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 29 juillet 2023. (Crédit : Times of Israel)

Rien qu’à Tel Aviv, quelque 174 000 Israéliens se sont rassemblés samedi soir au carrefour Kaplan, point névralgique des protestations anti-refonte, selon la Treizième chaîne. Le site d’information Ynet a estimé le nombre de manifestants à environ 160 000.

Des dizaines de milliers d’Israéliens ont manifesté dans des dizaines d’autres villes du pays.

Le groupe populaire de hip-hop/funk israélien Hadag Nahash a donné un concert pour les milliers d’Israéliens réunis devant la résidence présidentielle, à Jérusalem.

« Nous baissons la tête en soutien à tous ceux qui manifestent dans le pays », a déclaré à la foule le chanteur Shaanan Streett.

« Nous serons toujours avec vous », a dit Streett aux manifestants, dénonçant le gouvernement pour avoir déchiré la nation et rejetant les affirmations de la coalition selon lesquelles la loi du »caractère raisonnable » – adoptée lundi et entrée en vigueur mercredi – était mineure.

« Nous aimons toujours ce pays et nous essayons de résoudre tous les problèmes », a déclaré à l’AFP le réalisateur Itay Amram, qui affirme se mobiliser contre ce qu’il considère comme la « révolution constitutionnelle » du gouvernement.

« Nous refusons de servir une dictature », pouvait-on lire sur une pancarte brandie par un manifestant à Tel-Aviv.

« J’ai très peur de ce qui se passe actuellement en Israël et je suis très inquiète pour l’avenir de ma fille », a déclaré de son côté Lotem Pinchover, une universitaire de 40 ans.

De Haïfa, dans le nord du pays, à Eilat, sur la mer Rouge, les organisateurs des manifestations ont prévu des rassemblements dans tout le pays.

Lundi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et ses alliés de la coalition, associant des partis d’extrême droite et juifs ultra-orthodoxes, ont fait adopter par le Parlement une clause de ce projet limitant la possibilité pour la Cour suprême d’invalider une décision du gouvernement.

Cette réforme, qui vise à accroître le pouvoir des élus sur celui des magistrats, divise le pays et a déclenché l’un des plus grands mouvements de protestation de l’histoire d’Israël.

Les opposants à cette loi affirment qu’elle affaiblira la capacité de la Cour à protéger les droits civils et qu’elle entravera considérablement sa capacité à protéger les hauts fonctionnaires qui occupent des postes (très) sensibles, tels que le procureur général, le chef de la police israélienne et le procureur de l’État, contre les licenciements pour des motifs inappropriés, politisant ainsi ces rôles.

La coalition affirme de son côté que l’interdiction du recours à la doctrine est nécessaire pour mettre fin à ce qu’elle appelle l’ingérence judiciaire dans la politique d’un gouvernement élu par des juges non-élus. Ils estiment que la Cour y a eu recours trop fréquemment, subvertissant ainsi la volonté de l’électorat et sapant le principe de la règle de la majorité démocratique.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.