Rencontre informelle entre Gérard Collomb et Aryeh Deri à Paris
Rechercher

Rencontre informelle entre Gérard Collomb et Aryeh Deri à Paris

Invités par le Consistoire central à l’occasion d'un séminaire les ministres de l’intérieur français et israélien ont commenté une actualité chargée

Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri lors d'une réunion de la Commission des affaires intérieures consacrée à l'expulsion des demandeurs d'asile africains à la Knesset, le 29 janvier 2018 (Crédit :Alster/Flash90)
Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri lors d'une réunion de la Commission des affaires intérieures consacrée à l'expulsion des demandeurs d'asile africains à la Knesset, le 29 janvier 2018 (Crédit :Alster/Flash90)

Les ministres de l’Intérieur israélien et français, Gérard Collomb et Aryeh Deri se sont rencontrés lors du récent séminaire des dirigeants communautaire du Consistoire de Seine et Marne.

A cette occasion, Gérard Collomb a apporté quelques précisions concernant la situation sécuritaire des Juifs en France.

« Les forces de police devant les bâtiments juifs ne seront pas réduits. Le dispositif ‘Sentinelle’ restera affecté à la sécurité de la communauté juive, » a-t-il affirmé.

Face au climat d’antisémitisme, relayé à nouveau par de nombreux journaux français, le ministre de l’Intérieur français a regretté que certains juifs français sont contraints de changer de quartier, pour s’installer dans des zones considérées comme plus paisibles.

« Chacun peut faire son alyah, a admis Gérard Collomb. Mais faire une alyah intérieure, ça c’est intolérable et je ne l’accepterai pas ! Et je mettrai tout en œuvre pour permettre aux Juifs de vivre en sécurité. »

Commentant la situation à la frontière nord israélienne, Aryeh Deri a commencé par rassurer son auditoire sur l’état de santé du pilote israélien abattu par la défense anti-aérienne dans la matinée du samedi 10 février, suite à l’incursion d’un drone identifié par Tsahal comme iranien sur le territoire israélien.

Selon le vice-président du Consistoire, Jack Yves Bohbot, Deri aurait « été marqué par la ferveur de la jeunesse juive ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...