Rechercher

Report du projet d’autoriser les Palestiniens à utiliser l’aéroport Ramon

L'Autorité aéroportuaire a annoncé le report des vols vers Antalya et Istanbul sur deux compagnies aériennes turques pour les Palestiniens de Cisjordanie

Le nouvel aéroport Ramon lors de la cérémonie d'ouverture officielle, le 21 janvier 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le nouvel aéroport Ramon lors de la cérémonie d'ouverture officielle, le 21 janvier 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un projet visant à permettre aux Palestiniens de Cisjordanie d’utiliser l’aéroport israélien Ramon, situé près de la station balnéaire d’Eilat, dans le sud du pays, comme porte d’entrée pour quitter le pays en avion a été pour le moment reporté, a déclaré dimanche l’Autorité aéroportuaire israélienne (IAA).

L’IAA a indiqué dans un communiqué qu’elle ferait une annonce lorsqu’une nouvelle date serait fixée. Elle n’a pas fourni de détails sur les raisons de cette suspension.

Cette politique israélienne, qui aurait permis aux Palestiniens de se rendre en Turquie sans avoir à passer par Amman, avait été annoncée au début du mois, dans un contexte de forte affluence au seul point de passage de la Cisjordanie avec la Jordanie. Cependant, on ignore à quel point cette initiative serait pratique, l’aéroport se trouvant à près de trois heures de route de la Cisjordanie à son point le plus proche.

Actuellement, les Palestiniens qui souhaitent prendre l’avion vers l’étranger doivent se rendre par voie terrestre en Jordanie et prendre un vol de là-bas, ou obtenir un permis d’entrée en Israël pour prendre l’avion à l’aéroport Ben Gurion.

Dans son annonce initiale, l’IAA a déclaré que les compagnies turques Pegasus Airlines et AtlasGlobal prévoyaient de lancer des vols bihebdomadaires pour les Palestiniens au départ de l’aéroport Ramon à destination d’Antalya et d’Istanbul dans le courant du mois d’août et au mois de septembre.

L’annonce de dimanche n’a pas fourni de réelle explication, notamment sur la manière dont les Palestiniens pourraient se rendre à Ramon et sur la nécessité éventuelle d’obtenir des permis d’entrée, généralement difficile à obtenir.

L’annonce n’a pas non plus fait mention d’autres options pour les Palestiniens outre la Turquie, qui est une destination touristique très populaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...