Rechercher

Israël va autoriser les Palestiniens à prendre l’avion à l’aéroport Ramon d’Eilat

Les premiers vols devraient être proposés par des compagnies aériennes turques plus tard ce mois-ci, mais il reste à clarifier de nombreux détails

Un Boeing 737 de Ryanair à l'aéroport Ramon, près d'Eilat, le 4 mars 2019. (Crédit : Rafi Peled/ Israel Airport Authority)
Un Boeing 737 de Ryanair à l'aéroport Ramon, près d'Eilat, le 4 mars 2019. (Crédit : Rafi Peled/ Israel Airport Authority)

Israël devrait commencer à autoriser les Palestiniens de Cisjordanie à prendre des vols vers l’étranger via l’aéroport Ramon situé à l’extérieur de la ville d’Eilat, dans le sud du pays, a déclaré mardi l’autorité aéroportuaire.

Cette nouvelle politique israélienne, qui permettra aux Palestiniens de se rendre en Turquie sans avoir à passer par Amman, intervient après une surcharge au seul point de passage de la Cisjordanie vers la Jordanie. On ignore à quelle point cette initiative sera pratique, l’aéroport se trouvant à près de trois heures de route de la Cisjordanie à son point le plus proche.

Jusqu’à aujourd’hui, les Palestiniens souhaitant prendre l’avion à l’étranger devaient se rendre en Jordanie et prendre un vol de là-bas, ou obtenir un permis d’entrée en Israël, difficile à obtenir, pour prendre l’avion à l’aéroport Ben Gurion.

Les compagnies turques Pegasus Airlines et AtlasGlobal prévoient de lancer des vols bihebdomadaires pour les Palestiniens au départ de l’aéroport Ramon à destination d’Antalya et d’Istanbul dans le courant du mois d’août et au mois de septembre, a déclaré l’Autorité aéroportuaire israélienne dans un communiqué.

L’annonce était maigre en détails, notamment sur les moyens qui permettraient aux Palestiniens de se rendre à Ramon et si des permis spéciaux seraient nécessaires.

L’annonce ne mentionnait pas d’autres options pour les Palestiniens que la Turquie, qui est une destination touristique populaire pour nombre d’entre eux. L’aéroport devrait commencer à proposer des vols vers des destinations européennes, selon l’IAA, mais il n’a pas été précisé si les Palestiniens pourraient aussi en profiter.

L’initiative a été lancée par le général de division Ghassan Alian, chargé de liaison militaire d’Israël avec les Palestiniens. L’unité de coordination des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) a travaillé avec le Shin Bet et la police israélienne pour assurer des protocoles de sécurité appropriés à l’aéroport Ramon dans le cadre de cette initiative, a déclaré le bureau d’Alian à la presse israélienne.

Le chef du COGAT, le général de division Ghassan Alian, dans un message vidéo adressé aux habitants de Gaza le 5 août 2022. (Crédit : Capture d’écran/COGAT)

L’aéroport Ramon, qui a été construit juste au nord du centre touristique d’Eilat, sur la côte de la mer Rouge, à l’extrémité sud d’Israël, a été conçu pour servir de passerelle aux touristes européens vers la station balnéaire, et desservir les vols intérieurs.

Pour s’y rendre, les Palestiniens du nord de la Cisjordanie devront voyager pendant cinq heures ou plus, soit plus du double la durée du trajet jusqu’à Amman, bien que ce dernier itinéraire comporte souvent de longues attentes au poste frontière du pont Allenby.

L’initiative COGAT aurait dû être annoncée avant le voyage du président américain Joe Biden en Israël le mois dernier, dans le cadre des mesures qu’il préconisait pour améliorer les conditions de vie des Palestiniens.

Mais un responsable palestinien qui avait parlé au Times of Israel à l’époque a déclaré que Ramallah n’avait pas été consulté sur cette idée. Il l’a jugée irréalisable et a fait valoir que les Palestiniens devraient être autorisés à avoir leur propre aéroport en Cisjordanie.

L’année dernière, le ministre de la Coopération régionale, Esawi Frej, avait proposé de transformer le site de l’ancien aéroport d’Atarot à Jérusalem-Est, où Israël cherche à faire avancer un projet de logement controversé pour les résidents juifs, en un aérodrome sous propriété conjointe israélo-palestinienne. Ce projet reste à concrétiser.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...