Reprise de la circulation des trains, des concerts et spectacles
Rechercher

Reprise de la circulation des trains, des concerts et spectacles

Les bus opéreront à 75 % de leur capacité d'ici la fin de la semaine, et les trains circuleront pleinement à partir du 8 juin

Un chauffeur de bus porte un masque facial par crainte du coronavirus dans le centre-ville de Jérusalem, le 16 mars 2020.(Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Un chauffeur de bus porte un masque facial par crainte du coronavirus dans le centre-ville de Jérusalem, le 16 mars 2020.(Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La ministre des Transports Miri Regev et le ministre de la Santé Yuli Edelstein se sont accordés dimanche pour que d’ici la fin de semaine, 75 % du trafic de bus urbains circulent et que la totalité des trains interurbains circulent au début du mois.

De longues files d’attente ont été observées dans des gares routières surchargées, en particulier par les soldats retournant à leurs bases après le week-end, car les transports publics n’opèrent que partiellement en raison des restrictions imposées pour enrayer la pandémie de coronavirus.

Dans le cadre du déconfinement, les bus interurbains seront autorisés, dès vendredi, à transporter 46 passagers au lieu des 23 initialement autorisés.

Tous les sièges du bus seront disponibles, à l’exception de la rangée située derrière le chauffeur, qui doit rester vide. L’interdiction de rester dans le couloir en l’absence de siège disponible reste en vigueur.

Les bus intra-urbains, actuellement autorisés à ne transporter que 20 passagers, pourront en accueillir 49 d’ici la fin de la semaine. Les bus longs, articulés, qui circulent dans certaines villes d’Israël, pourront recevoir jusqu’à 75 passagers. Ces derniers seront autorisés à rester debout durant les trajets.

« Les transports publics reprennent un service généralisé. C’est la nouvelle que tous les Israéliens attendaient », a commenté Miri Regev dans un communiqué conjoint avec Yuli Edelstein.

Une femme porte un masque de protection par crainte du coronavirus alors qu’elle prend le train pour Haïfa, le 17 mars 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Les minibus et services de navette opéreront à 75 % de leur capacité et les taxis seront autorisés à transporter deux passagers sur la banquette arrière. Actuellement, en raison des restrictions liées au coronavirus, les passagers n’étaient autorisés à voyager par deux en taxi que pour des motifs de santé.

Les ministres ont également convenu de la reprise du trafic ferroviaire, qui sera totalement opérationnel à compter du 8 juin. Les trains ont cessé de circuler en mars, et un service limité était en vigueur depuis le début du mois.

« Depuis la semaine dernière, nous sommes dans une démarche de réouverture de l’économie, pour le bien de la population et des entreprises », a indiqué Yuli Edelstein dans le communiqué. « Mais la poursuite [de cette démarche] dépend de chacun d’entre nous – si les instructions du ministère de la Santé sont respectées. Si l’on ne se conforme pas aux directives, le coronavirus risque de revenir et avec lui, l’arrêt de l’économie ».

Le syndicat des chauffeurs de bus a salué cette décision.

« Les conducteurs étaient en première ligne face aux difficultés éprouvées par les passagers frustrés qui ne pouvaient pas utiliser les transports publics », a déclaré le syndicat dans un communiqué.

L’association a demandé l’installation d’hygiaphones pour séparer les passagers des chauffeurs, comme mesure de protection supplémentaire.

Le ministre de la santé Yuli Edelstein en réunion, le 21 mai 2020. (Crédit : Ministère de la Santé)

Le ministre de la Santé a rencontré son homologue de la Culture et des sports Chili Tropper, ils se sont mis d’accord pour un programme de reprise des événements culturels en intérieur le mois prochain.

À partir du 14 juin, les spectacles en salle seront autorisés dans tout le pays, avec une capacité maximale de 75 % du public, les spectateurs devront maintenir une distance physique et porter un masque. Les billets ne seront disponibles qu’en ligne, et seuls ceux qui achèteront des billets en même temps seront autorisés à s’asseoir ensemble.

Il n’y aura pas d’entractes pendant les spectacles, et la température de chaque spectateur sera mesurée à l’entrée. Si le public dépasse les 500 spectateurs – tout en respectant la limite de 75 % de la capacité du lieu – un permis spécial sera nécessaire.

Les entrées dans les musées seront également assouplies, et le nombre de visiteurs sera calculé sur la base de mètres-carrés par visiteur, contre les 15 actuellement requis.

L’élu de Kakhol lavan Chili Tropper à la Knesset le 29 avril 2019 (Noam Revkin Fenton/Flash90)

« Il est temps que le public puisse profiter de performances culturelles », a commenté Yuli Edelstein dans un communiqué. « Mais cela ne peut se poursuivre que si nous respectons tous les directives du ministère de la Santé ».

« Je suis ravi que nous ayons réussi aujourd’hui à réoxygéner le monde culturel et qu’il revienne à la vie à temps », s’est réjoui Chili Tropper. « C’est une première étape importante dans la résolution de la crise ».

Les événements culturels en salle et les spectacles en direct sont les dernières activités encore soumises à des restrictions en vertu des mesures de confinement instaurées il y a plus de deux mois, et les exploitants de lieux de spectacle, ainsi que les artistes, ont subi de grandes difficultés économiques.

Les concerts, pièces de théâtre et autres événements étant toujours interdits, les appels se sont multipliés ces derniers jours pour que les pouvoirs publics accordent davantage d’aides aux musiciens, artistes et autres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...