Rechercher

Reprise d’une liaison maritime entre la Libye et la Turquie

La liaison entre ces deux pays avait été interrompue pendant 40 ans

Un paquebot quitte la ville de Misrata, dans le nord-ouest de la Libye, le 1er décembre 2021, pour rejoindre Izmir, en Turquie. (Crédit : AFP)
Un paquebot quitte la ville de Misrata, dans le nord-ouest de la Libye, le 1er décembre 2021, pour rejoindre Izmir, en Turquie. (Crédit : AFP)

Une ligne maritime reliant la ville libyenne de Misrata (ouest) à celle d’Izmir sur la mer Égée en Turquie, a été inaugurée mercredi, marquant la reprise d’une liaison entre ces deux pays après 40 ans d’interruption.

Cette première traversée, opérée par la compagnie Kevalay, doit durer 48 heures, pour un retour programmé le 7 décembre.

Il s’agit de la première ligne maritime pour passagers au départ de la Libye depuis l’interruption de ce moyen de transport pour les voyageurs il y a 25 ans dans ce pays d’Afrique du Nord qui dispose d’un littoral de 1 770 km sur la Méditerranée.

« Nous avons des accords pour lancer de nouvelles liaisons, notamment avec l’Egypte et la Tunisie » voisines, a déclaré à l’AFP Taha Hadid, un responsable du port de Misrata, troisième ville de Libye située à quelque 200 kilomètres de la capitale Tripoli et qui abrite de nombreuses entreprises turques.

La Libye tente de s’extraire d’une décennie de chaos depuis la révolte de 2011, à la faveur d’un processus politique parrainé par l’ONU et dont l’aboutissement doit être l’élection présidentielle prévue le 24 décembre.

Pendant des années du temps du dictateur Mouammar Kadhafi, au pouvoir entre 1969 et 2011, le pays a fait l’objet de sanctions, et était largement fermé aux touristes.

Les violences ayant éclaté après la révolte ont par ailleurs grandement entravé les déplacements des Libyens à l’étranger. Les liaisons aériennes ont pour la plupart été suspendues ces dernières années du fait de l’instabilité, mais commencent à reprendre progressivement avec la fin des combats entre camps rivaux à l’été 2020.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...