Rechercher

Reprise pleine et entière des liens diplomatiques entre Israël et la Turquie

Israël et la Turquie échangeront ambassadeurs et consuls généraux après plusieurs années de tensions

Le président Isaac Herzog, à gauche, et le président turc Recep Tayyip Erdogan au complexe présidentiel d'Ankara, le 9 mars 2022. (Crédit : Haim Zach/GPO)
Le président Isaac Herzog, à gauche, et le président turc Recep Tayyip Erdogan au complexe présidentiel d'Ankara, le 9 mars 2022. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Israël et la Turquie échangeront ambassadeurs et consuls généraux alors que les deux pays ont convenu de restaurer des liens diplomatiques pleins et entiers à l’issue de plusieurs années de tension, a fait savoir mercredi le bureau du Premier ministre.

Cette décision a été prise suite à un entretien téléphonique récent entre le Premier ministre israélien Yair Lapid et le président turc Recep Tayyip Erdogan.

« La reprise des relations avec la Turquie est un atout important pour la stabilité régionale et c’est un atout très important au niveau économique pour les citoyens d’Israël. Nous continuerons à agir de manière à renforcer la position d’Israël dans le monde », a dit Lapid.

Les dernières modalités de cette décision ont été déterminées hier lors d’une conversation entre le directeur-général du ministère des Affaires étrangères, Alon Ushpiz, et le vice-ministre turc des Affaires étrangères, Sedat Onal.

Le président Isaac Herzog a salué l’annonce.

« Je salue le renouvellement de relations diplomatiques complètes avec la Turquie – un développement important que nous avons mené au cours de l’année écoulée, qui encouragera de meilleures relations économiques, un tourisme mutuel et une amitié entre les peuples israélien et turc », a déclaré Herzog, dont la visite en Turquie plus tôt dans l’année a joué un rôle clé en ouvrant la voie au changement.

« Les relations de bon voisinage et l’esprit de partenariat au Moyen-Orient sont importants pour nous tous. Les membres de toutes les confessions – musulmans, juifs et chrétiens – peuvent et doivent vivre ensemble en paix », a ajouté Herzog.

La Turquie elle affirmé que la décision ne signifiait pas qu’elle abandonnerait son soutien aux Palestiniens.

« Nous n’abandonnons pas la cause palestinienne », a déclaré à la presse le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.

« Il est important que nos messages soient transmis directement par l’intermédiaire de l’ambassadeur (sur la question palestinienne). »

La Turquie avait rappelé son ambassadeur et demandé à l’envoyé israélien de quitter son territoire au mois de mai 2018, suite à des mouvements de protestation violents survenus à la frontière entre Israël et Gaza qui avaient fait des dizaines de morts du côté palestinien. Les responsables israéliens et turcs s’étaient critiqués avec force, Erdogan appelant Israël un pays « assassin d’enfants » et le Premier ministre israélien de l’époque, Benjamin Netanyahu, accusant Erdogan de tuer des civils kurdes.

Ankara avait également pris des initiatives qui avaient entraîné la colère de Jérusalem, en offrant notamment du soutien et un asile au groupe terroriste du Hamas.

Erdogan a adopté toutefois un ton très différent à l’égard d’Israël au cours des deux dernières années, exprimant son intérêt en faveur de l’amélioration des liens. Un nouveau processus de rapprochement était en cours depuis le mois de mai 2020.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...