Responsable US : Nous informons Israël des négociations sur l’Iran à Vienne
Rechercher

Responsable US : Nous informons Israël des négociations sur l’Iran à Vienne

En marge des négociations, un responsable du Département d'État a assuré que Washington se montrait transparent avec Israël, notamment sur l'allègement des sanctions

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

A gauche : Le président américain Joe Biden parle de la Russie dans la salle Est de la Maison Blanche, jeudi 15 avril 2021, à Washington. (AP Photo/Andrew Harnik) ; à droite : Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d'une cérémonie à la mémoire des soldats tombés au combat à la maison Yad LeBanim, à la veille du Yom HaZikaron, à Jérusalem, le mardi 13 avril 2021. (Debbie Hill/Pool Photo via AP)
A gauche : Le président américain Joe Biden parle de la Russie dans la salle Est de la Maison Blanche, jeudi 15 avril 2021, à Washington. (AP Photo/Andrew Harnik) ; à droite : Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d'une cérémonie à la mémoire des soldats tombés au combat à la maison Yad LeBanim, à la veille du Yom HaZikaron, à Jérusalem, le mardi 13 avril 2021. (Debbie Hill/Pool Photo via AP)

Les États-Unis ont informé Israël de l’évolution des négociations indirectes avec l’Iran en vue d’un éventuel retour au Plan d’action global commun et poursuivront leur politique de transparence à l’avenir, a déclaré mercredi un haut responsable du Département d’État.

Le responsable, qui s’est exprimé en coulisses lors d’un point de presse, a déclaré que les États-Unis reconnaissent les réserves israéliennes concernant le désir des États-Unis de réintégrer le JCPOA, qui a échangé des allégements de sanctions contre des restrictions du programme nucléaire iranien. L’accord multilatéral a été signé en 2015 par le président américain de l’époque, Barack Obama, et annulé trois ans plus tard par son successeur, Donald Trump, qui a ensuite imposé une série de sanctions à Téhéran.

Le fonctionnaire du Département d’État a déclaré que les États-Unis avaient communiqué à l’Iran les détails des sanctions qu’ils étaient prêts à lever en cas de retour à un accord nucléaire. Sous la pression, le fonctionnaire a révélé que les États-Unis avaient également discuté de la question de l’allègement des sanctions pour l’Iran avec des responsables israéliens.

« Nous avons été très transparents sur le fait que nous pensons que ce sont les… sanctions que nous devons lever pour être cohérents avec… un retour au JCPOA et pour que l’Iran bénéficie de ce que signifierait un retour au JCPOA. Et je pense que nous l’avons dit explicitement aux Israéliens », a déclaré le responsable lors de la conférence téléphonique.

Des manifestants d’un groupe d’opposition iranien protestent près du « Grand Hotel Wien » où se déroulent les négociations nucléaires à huis clos avec l’Iran, à Vienne, en Autriche, le 15 avril 2021. (AP Photo/Lisa Leutner)

« Nous savons qu’il y a un désaccord avec le point de vue d’Israël et nous le respectons. Nous essaierons d’être aussi transparents que possible sur la façon dont nous voyons les choses et sur la manière dont nous voulons procéder, et nous écouterons également leur point de vue », a ajouté le fonctionnaire.

Les sanctions envisagées ont été décrites comme une « troisième catégorie » de « cas difficiles » dans lesquels Trump a réimposé des sanctions qui ne sont pas liées à l’activité nucléaire mais ont été faites « dans le seul but d’empêcher » son successeur, Joe Biden, de réintégrer l’accord.

L’Iran a fait pression pour que les États-Unis lèvent toutes les sanctions imposées sous Trump avant que Téhéran ne revienne sur les mesures qu’il a retirées de l’accord de 2015 en signe de protestation. Les États-Unis ont indiqué qu’ils étaient disposés à rencontrer l’Iran à mi-chemin sur cette question.

Le responsable américain a déclaré que les États-Unis et l’Iran n’ont pas encore approfondi la question de savoir qui doit faire le premier pas.

Mais le fonctionnaire a dit : « Nous sommes ouverts à différents types d’enchaînement qui répondent à notre intérêt – qui est de voir les deux parties en pleine conformité. »

Il a refusé de confirmer une information du Wall Street Journal selon laquelle l’administration Biden aurait exprimé sa volonté d’alléger les sanctions à l’égard des secteurs financier et pétrolier iraniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...