Retour des mesures anti COVID au Kotel, mais jusqu’à 10 000 personnes autorisées
Rechercher

Retour des mesures anti COVID au Kotel, mais jusqu’à 10 000 personnes autorisées

La direction du lieu saint va remettre en place des barrières et limiter l'entrée; 10 000 personnes sont attendues pour les selichot avant les Fêtes de Tishri

Préparatifs au Kotel de Jérusalem pour la reprise des prières collectives, le 15 octobre 2020 (Western Wall Heritage Foundation)
Préparatifs au Kotel de Jérusalem pour la reprise des prières collectives, le 15 octobre 2020 (Western Wall Heritage Foundation)

Jusqu’à 10 000 personnes seront autorisées à converger vers le Kotel pour les selichot, les prières traditionnelles de pénitence, plus tard cette semaine, et ce, malgré la montée en flèche du nombre de cas de COVID et les appels à limiter davantage les rassemblements.

La Western Wall Heritage Foundation a annoncé mardi qu’elle allait réintroduire une série de mesures visant à prévenir la propagation du coronavirus sur le lieu saint en plein air, à l’approche des fêtes de Tishri, qui voient habituellement de grandes foules de fidèles s’y rendre.

Des cloisons seront installées pour séparer les foules de fidèles, la fréquentation totale étant plafonnée à 10 000 personnes.

Les nacelles seront limitées conformément aux directives du ministère de la Santé, a indiqué la Fondation, sans autre précision. Elle n’a pas non plus précisé comment elle gérerait la foule aux entrées et aux sorties de la place, où des points d’étranglement peuvent facilement se former.

Les directives actuelles du ministère de la Santé interdisent les rassemblements en plein air de plus de 5 000 personnes pour les événements de masse comme les concerts, les célébrations étant limitées à 500 personnes chacune.

Des milliers d’Israéliens devraient converger vers le site dans les jours et les semaines à venir pour les services nocturnes de selichot, qui commencent jeudi, avant la fête de Rosh HaShana qui commence dans la soirée du 6 septembre.

Des milliers de personnes assistent à la prière de pardon (Selichot), au mur Occidental de la Vieille Ville de Jérusalem, tôt le 8 octobre 2019, en prélude au prochain Jour des Expiations pour les Juifs, Yom Kippour. (Yonatan Sindel/Flash90)

La Fondation a recommandé aux fidèles d’arriver tôt sur le site afin d’éviter l’affluence aux entrées.

Les chiffres du ministère de la Santé mis à jour plus tôt mardi montrent que plus de 9 800 Israéliens ont été testés positifs au COVID-19 un jour plus tôt, ce qui est proche du record absolu de nouveaux cas quotidiens depuis le début de la pandémie. Le taux de positivité de toutes les personnes testées lundi s’est élevé à 6,63 %, un sommet jamais atteint depuis février.

Pour tenter de maîtriser la flambée, Israël a intensifié sa campagne de vaccination, notamment par des rappels.

Le ministère de la Santé a annoncé mardi que les Israéliens âgés de 30 ans et plus pouvaient désormais recevoir un rappel du vaccin COVID-19, élargissant ainsi le programme quelques jours après avoir abaissé l’âge minimum à 40 ans.

La nouvelle politique entre en vigueur immédiatement et les personnes éligibles doivent se tourner vers leurs prestataires de soins pour prendre rendez-vous, a déclaré le ministère.

« Nous nous sommes assurés d’avoir suffisamment de vaccins pour tout le monde. La campagne de vaccination fonctionne efficacement et rapidement. Allez vous faire vacciner », a tweeté mardi le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz.

Seules les personnes ayant reçu la deuxième dose de vaccin au moins cinq mois auparavant peuvent bénéficier de l’injection.

Israël est le premier pays au monde à proposer un troisième vaccin à une tranche aussi large de sa population, dans le cadre de la lutte contre le variante Delta du coronavirus, hautement infectieux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...