Retour discret de l’ambassadeur sud-africain en Israël
Rechercher

Retour discret de l’ambassadeur sud-africain en Israël

Quatre mois après avoir rappelé Sisa Ngombane après les morts à la frontière de Gaza, Pretoria présente "ses compliments" au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem

L'ambassadeur d'Afrique du Sud en Israël Sisa Ngombane (Crédit photo: Isaac Harari/Flash90)
L'ambassadeur d'Afrique du Sud en Israël Sisa Ngombane (Crédit photo: Isaac Harari/Flash90)

L’ambassadeur sud-africain en Israël est discrètement revenu, quatre mois après avoir été rappelé pour protester contre les actions d’Israël qui s’efforçait de contrôler les violentes manifestations palestiniennes à la frontière de Gaza.

L’ambassadeur Sisa Ngombane est revenu en Israël « il y a quelques jours », a déclaré dimanche Emmanuel Nahshon, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, au Times of Israël.

Nahshon n’a pas souhaité commenter plus en détails la décision surprise de Pretoria. Il y a seulement deux mois, le ministère sud-africain des Affaires étrangères avait annoncé que l’ambassadeur du pays ne reviendrait pas en Israël tant qu’une forme de progrès n’aurait pas été obtenue.

Dans une lettre, l’ambassade sud-africaine à Ramat Gan a déclaré qu’elle « présentait ses compliments » au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem et à toutes les missions diplomatiques accréditées de l’Etat juif, et qu’elle « avait l’honneur de l’informer » que Ngombane « était rentré à Tel Aviv ».

L’ambassade « profite de l’occasion pour renouveler » à Israël « l’assurance de ses plus hautes considérations ».

Si des formules aussi fleuries sont classiques pour des diplomates, il convient de les souligner dans le cas de l’Afrique du Sud, qui est un des pays les plus critiques d’Israël en dehors du monde islamique.

Une copie de la lettre a été publiée jeudi soir par la Dixième chaîne d’information :

Ngombane est ambassadeur de l’Afrique du Sud en Israël depuis début 2013.

Le 14 mai, il avait été rappelé à Pretoria « jusqu’à nouvel ordre » pour protester contre la mort d’au moins 55 Palestiniens dans les violents affrontements avec des soldats israéliens à la frontière de Gaza. Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a ensuite avoué que la majorité des victimes appartenait au groupe terroriste.

« Le gouvernement sud-africain condamne avec les termes les plus forts possibles le dernier acte d’agression violente mené par les forces armées israéliennes le long de la frontière avec Gaza, qui a conduit à la mort de plus de 40 civils », avait-on affirmé à l’époque dans un communiqué du Département des Relations internationales et la Coopération d’Afrique du Sud.

Pretoria avait accusé Israël de mener « une attaque… indiscriminée et grave ».

Les dirigeants juifs en Afrique du Sud avaient qualifié de « scandaleuse » la décision du gouvernement de retirer l’ambassadeur, déclarant qu’elle montrait l’existence « de doubles standards grossiers contre l’Etat juif ». Les responsables de la communauté juive avaient appelé le gouvernement à revoir sa décision.

« Si nous, le Comité des Juifs sud-africains et la Fédération sioniste d’Afrique du Sud, regrettons la perte de vies civiles, nous reconnaissons qu’Israël, en tant qu’état souverain, a le droit de défendre ses propres frontières et ses citoyens », pouvait-on lire dans un communiqué.

« En retirant son ambassadeur, continuait le communiqué, l’Afrique du Sud se prive de pouvoir jouer une rôle important pour participer à la résolution du conflit absolument nécessaire ».

Le 5 juillet, Lindiwe Sisulu, la ministre des Relations internationales d’Afrique du Sud avait déclaré qu’elle était très contente d’avoir rappelé Ngombane, promettant de ne le renvoyer seulement avant de voir « des progrès sensibles ».

« C’est une situation de violation du droit international qui dure depuis longtemps, nous ne pouvons pas détourner le regard, avait-elle dit à l’époque. Nous ne renverrons pas notre ambassadeur avant d’avoir vu des progès sensibles. Pour nous, c’est une situation inacceptable, complètement inacceptable ».

En décembre dernier, le Congrès national africain, le parti au pouvoir en Afrique du sud, avait appelé le gouvernement à déclasser l’ambassade du pays en Israël. Mais le gouvernement n’a pas encore dit s’il prendrait cette décision.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...