Retour sur la manifestation pour le climat à Tel Aviv
Rechercher

Retour sur la manifestation pour le climat à Tel Aviv

Partout dans le monde, des manifestants demandent à leurs gouvernements de prendre des mesures contre le dérèglement climatique

Des Israéliens participent à une manifestation appelant à une action contre la crise climatique et écologique à Tel Aviv, le 29 novembre 2019.
Des Israéliens participent à une manifestation appelant à une action contre la crise climatique et écologique à Tel Aviv, le 29 novembre 2019.

Vendredi, près d’un millier de militants en faveur de la protection de l’environnement ont participé à une manifestation organisée à Tel Aviv. L’événement s’inscrivait dans le cadre des manifestations mondiales appelant les gouvernements à prendre des mesures contre le dérèglement climatique.

Les participants ont défilé le long du boulevard Rothschild dans le centre ville, et ont exigé que les dirigeants israéliens mettent en place l’Etat d’urgence pour gérer à ce problème. Ils ont appelé le gouvernement à prendre des mesures concrètes pour lutter contre le réchauffement global – comme le passage aux énergies renouvelables, la réduction des émissions de gaz à effet de serre, et la fin des investissements dans les industries du pétrole et du gaz, a rapporté le journal Globes.

« Si les adultes ne grandissent pas et prennent leur responsabilité pour nos vies et les leurs, nous allons grandir. Nous prendrons ce rôle et nous descendrons dans les rues », a déclaré Gali Simon, qui est venue à la manifestation depuis sa maison située à proximité de la mer Morte, a déclaré le site d’information Ynet.

Naama Katz, âgée de 14 ans, de Kfar Sirkin a déclaré à Haaretz que l’inaction du gouvernement sur la question du dérèglement climatique forçait la jeunesse à agir.

« Je me soucie de mon futur, je me soucie du futur de mes enfants, et je me soucie du futur de nous tous », a déclaré Katz. « Puisque les politiciens ne travaillent pas pour notre futur, nous, la jeunesse, devons prendre les choses en main ».

Miki Haimovitch, élue du parti Kakhol lavan, a déclaré à Haaretz que les adolescents étaient obligés d’agir.

« Ces garçons et ces filles protestent pour leur avenir parce qu’ils savent que le gouvernement israélien, contrairement à de nombreux gouvernements dans le monde, n’a pas de projets à long terme », a-t-elle dit.

« Ils comprennent que le gouvernement ne s’occupe pas du futur de l’environnement, de la santé et de la protection de la planète, mais s’intéresse uniquement à sa survie politique immédiate et à éteindre des incendies. Nous sommes dans une urgence climatique, et le gouvernement devrait agir en conséquence ».

Des manifestants dans des villes à travers le monde ont organisé des protestations demandant aux dirigeants de leurs pays de prendre des mesures plus fortes contre le changement climatique, quelques jours avec la prochaine conférence mondiale, qui aura lieu cette année à Madrid.

Les manifestations ont commencé en Australie, où des personnes touchées par de récents incendies de forêts ont rejoint des jeunes militants de la protection de l’environnement contre la position pro-charbon du gouvernement.

La militant activiste Greta Thunberg, qui voyage actuellement à travers l’Atlantique en bateau pour participer à des discussions sur le climat, a envoyé un message de soutien aux manifestants. « On a besoin de tout le monde. Tout le monde est bienvenu. Rejoignez-nous », a-t-elle écrit sut Twitter.

Des manifestants rassemblés avec des pancartes lors d’une manifestation à l’initiative du mouvement Vendredis pour le futur afin de protéger le climat, le 29 novembre 2019 à Berlin. L’événement était organisé dans le cadre d’une journée mondiale pour le climat. (Photo par John MACDOUGALL / AFP)

Depuis qu’elle a lancé ses « grèves pour le climat » en Suède il y a plus d’un an, Thunberg a été très suivie dans le monde et inspiré des milliers d’autres élèves à manquer régulièrement l’école les vendredis et à rejoindre les protestations contre le dérèglement climatique.

D’autres manifestations ont eu lieu en Allemagne, en Hongrie, en Belgique, en Corée du sud, en Pologne, en Angleterre, en Turquie, en Italie, en Espagne et en France – où des activistes de l’environnement s’en sont pris au Black Friday.

La participation était faible aux Etats-Unis et au Canada, alors que la manifestation avait lieu lors du weekend de la fête américaine de Thanksgiving. Une manifestation à Washington a rassemblé environ 50 personnes, et une autre à New York comptait 100 personnes.

A parti de lundi, environ 200 pays se rencontreront dans la capitale espagnole pour finaliser les « règles » du traité climatique de Paris 2015, qui sera opérationnel en 2021.

Des étudiants et d’autres manifestants demandent des actions pour lutter contre le changement climatique avec une grève contre le consumérisme, lors des ventes du Black Friday à Santa Monica, en Californie, le 29 novembre 2019. (Photo par Mark RALSTON / AFP)

Des scientifiques ont prévenu que les efforts pour limiter le réchauffement à 1,5 degré Celsius échouent et que les émissions de carbone – qui sont en augmentation – devraient chuter de 7,6 % par an pour
parvenir à cet objectif.

Les Nations unies ont rapporté que les niveaux de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, le principal élément responsable du changement climatique, ont atteint un niveau record l’année dernière.

Les Nations unies ont également prévenu que les températures mondiales devraient augmenter de presque 4 degrés Celsius d’ici la fin du siècle, ce qui pourrait potentiellement rendre certaines zones inhabitables.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...