Israël en guerre - Jour 138

Rechercher
"Il y a quelqu'un pour tout le monde"

Retour sur la première conférence d’entremetteurs juifs à Jérusalem

Des "shadkhanim" professionnels et amateurs débattent des méthodes pour aider les autres à trouver leur "bashert"

Les participants à une conférence d'entremetteurs à Jérusalem écoutent les remarques d'ouverture d'Aleeza Ben Shalom, le 23 avril 2023. (Crédit : Amy Spiro/Times of Israel)
Les participants à une conférence d'entremetteurs à Jérusalem écoutent les remarques d'ouverture d'Aleeza Ben Shalom, le 23 avril 2023. (Crédit : Amy Spiro/Times of Israel)

À l’ère du swiping à gauche et à droite et des messages instantanés, certains célibataires cherchent encore à faire les choses à l’ancienne.

C’est là qu’interviennent les entremetteurs.

Une centaine de shadkhanim se sont réunis dimanche à Jérusalem pour la « première conférence internationale des entremetteurs juifs », dont l’objectif est de partager des connaissances, des astuces, des conseils et d’étendre les réseaux de ceux qui travaillent dans le domaine de l’amour.

Organisé par le rabbin Yisroel Bernath de Montréal et la ola hadasha Aleeza Ben Shalom – la star de la prochaine émission de télé-réalité de Netflix « Jewish Matchmaking » – l’événement a rassemblé des expérimentés et des néophytes, ainsi que des personnes dont la carrière est consacrée à organiser des rendez-vous et d’autres qui le font à titre bénévole.

« Lorsque nous formons des couples, nous construisons une communauté, et lorsque nous construisons une communauté, nous construisons le monde », a déclaré Ben Shalom au début de l’événement.

Organisé sur le campus central de Nefesh B’Nefesh à Jérusalem, en collaboration avec SawYouAtSinai et JMatchmaking, deux sites de rencontres pour le public juif, l’événement a été suivi, sans surprise, par un grand nombre de personnes vivant en Israël, mais aussi par des personnes originaires des États-Unis et du Royaume-Uni, ainsi que par une entremetteuse venue de Riga, en Lettonie.

L’entremetteuse Aleeza Ben Shalom parle avec Cindy, une cliente potentielle, à Jérusalem dans un épisode de « Jewish Matchmaking ». (Avec l’aimable autorisation de Netflix)

Ben Shalom a déclaré que, même s’ils commençaient à Jérusalem, les organisateurs avaient l’intention « d’aller à New York, à Los Angeles, à Miami et à Londres, et nous aimerions rassembler des entremetteurs du monde entier – et prendre ce groupe et l’associer à d’autres, de sorte que nous puissions vraiment constituer le plus grand groupe d’entremetteurs ».

Alors que l’événement s’adressait aux personnes travaillant avec des célibataires laïcs et religieux, la foule rassemblée semblait être principalement religieuse, avec environ la moitié penchant plus vers l’ultra-orthodoxie et l’autre moitié plus proche de l’orthodoxie moderne, bien que plusieurs personnes aient déclaré travailler avec un éventail plus large de personnes. Environ 95 % des participants étaient des femmes et la majorité d’entre elles étaient mariées, mais une poignée d’entre elles étaient célibataires.

Bernath – connu par certains comme le « Rabbin de l’amour » – a expliqué aux participants que le concept juif de bashert, généralement défini comme « l’âme sœur », ne signifie pas que chaque personne n’a qu’un seul partenaire prédestiné.

« La définition que nous avons trouvée est celle de la personne avec laquelle vous êtes compatible et qui vous emmène vers votre but divin… quelqu’un qui vous aidera à devenir une meilleure personne », a expliqué Bernath. « La rencontre avec l’âme sœur est orchestrée par le divin, et c’est exactement ce que notre modèle vous propose de faire, en vous aidant tout au long de votre cheminement. »

Pour reprendre le cliché « deux juifs, trois opinions », il était clair dimanche que si vous réunissez 100 marieurs, vous obtiendrez 150 opinions.

Le public a discuté et débattu d’une variété de sujets délicats, y compris le degré de pression à exercer sur les célibataires, la durée de fréquentation des couples avant les fiançailles, la quantité d’informations à partager avant un premier rendez-vous, et la question de savoir si les célibataires devraient fréquenter plus d’une personne à la fois.

Jeremy Hamburgh (à gauche), Ilana Frank et le rabbin Yisroel Bernath (à droite) s’adressent aux participants d’une conférence d’entremetteurs à Jérusalem, le 23 avril 2023. (Crédit : Amy Spiro/Times of Israel)

Jeremy Hamburgh et Ilana Frank, deux fiancés, ont parlé de leur expérience en tant qu’accompagnateurs de personnes autistes.

« Notre conviction est que chaque personne mérite l’amour », a déclaré Jeremy Hamburgh. « Il y a quelqu’un pour tout le monde… Tout le monde a quelqu’un dans le monde pour lui, il s’agit juste d’avoir la bonne équipe en place pour trouver cette personne et pour la coacher et l’encadrer, afin qu’ils puissent être ensemble. Mais tout le monde mérite un partenaire ».

La discussion s’est poursuivie sur les meilleures – et les pires – façons de mettre en relation des personnes souffrant de divers handicaps ou de maladies mentales, et sur la manière et le moment de divulguer ces informations aux futurs partenaires.

Au cours de l’un des échanges les plus animés de la soirée, une entremetteuse présente dans l’auditoire a rappelé l’histoire d’une femme d’une communauté hassidique dont les parents étaient divorcés et qui avait été mise en contact avec un prétendant qui n’avait qu’une jambe.

« Cela l’a profondément blessée, au point qu’elle s’est complètement détachée de la communauté, parce qu’elle avait l’impression que c’était ainsi que les gens la voyaient : ‘étais-je si imparfaite et brisée simplement parce que mes parents avaient divorcé ?' », a raconté l’entremetteuse dans l’assistance.

Quelqu’un dans le public a répliqué : « L’homme qui n’a qu’une jambe mérite lui aussi d’être aimé. »

Hamburgh a exhorté les participants à aller au-delà de ces étiquettes et de ces définitions.

« Trop souvent, nous commençons par ce qui ne va pas, ce qui est cassé ou ce qui est défectueux, et nous laissons cela définir la personne avec laquelle nous travaillons », a-t-il analysé. « Nous sommes plus que la somme de nos membres, nous sommes plus que la façon dont notre cerveau est câblé, nous sommes plus que nos diagnostics et les médicaments que nous prenons. Pour chaque défaut que nous avons, nous avons aussi des points forts. »

Illustration : Un couple israélien photographié à l’occasion de son mariage dans un champ d’amandiers en fleurs, à Latrun, le 25 février 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Ben Shalom a souligné que même les marieurs professionnels sont motivés par bien plus que la rémunération.

« Nous croyons personnellement et nous savons que la plupart des gens font de l’entremise par bonté et gentillesse de cœur », a déclaré Ben Shalom dès le départ. « Certaines personnes en ont fait leur métier, elles le font de manière professionnelle, elles se font payer… mais vous savez que vous ne serez jamais payé pour toutes les heures que vous y consacrez ».

Esther Kozadayev, originaire de Russie, qui a récemment déménagé de Milwaukee (Wisconsin) à Efrat, en Cisjordanie, avec son mari et ses sept enfants, a déclaré qu’elle faisait de l’entremise en tant que bénévole depuis environ 13 ans.

« J’ai organisé des rencontres ici et là, et j’aimerais aider les gens », a déclaré Kozadayev. « Des gens entrent dans notre vie, nous les voyons à la table de Shabbat, et ce sont des Juifs religieux qui ne sortent pas particulièrement sur la scène sociale – ils ont besoin d’aide pour être mis en relation, et ils recherchent ce genre d’aide ».

Yael Reshef, née en Israël de parents britanniques, travaille comme entremetteuse et coach professionnelle depuis environ quatre ans. Elle a expliqué qu’elle était venue dimanche parce qu’il était « vraiment agréable de rencontrer d’autres personnes qui s’intéressent à ses propres intérêts. Je veux juste savoir ce qu’ils font ».

Glenn Bochner, l’un des rares hommes présents dans la salle, a déclaré qu’il s’occupait de rencontres depuis une dizaine d’années avec sa femme, Nellie Bochner, qui était également présente.

« Nous travaillons en partenariat, nous tirons parti de nos personnalités respectives », a-t-il déclaré. « Ma femme fait une grande partie des recherches pour trouver le partenaire, et je finis par interagir avec les célibataires pour les sensibiliser à l’idée. »

Bien qu’il soit « un peu rare » qu’un homme travaille comme entremetteur, Bochner et sa femme sont tous deux des bénévoles dévoués, « parce que nous aimons le klal Yisrael [le peuple juif] et que nous voulons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour l’aider ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.