Rivlin exhorte à aider les leaders locaux du Néguev
Rechercher

Rivlin exhorte à aider les leaders locaux du Néguev

Le président s'est réjoui des investissements pour développer le sud du pays, mais déplore les taux de chômage élevés de la région

Le président Reuven Rivlin devant la 7e conférence du Néguev, à Yeruham, le 12 avril 2016. (Crédit : Mark Neiman / GPO)
Le président Reuven Rivlin devant la 7e conférence du Néguev, à Yeruham, le 12 avril 2016. (Crédit : Mark Neiman / GPO)

Le président Reuven Rivlin s’est exprimé ce matin lors de la 7e conférences annuelle du Néguev, qui a eu lieu cette année à Yeruham, dans le sud du pays, en présence du ministre du Développement de la périphérie, du Néguev et de Galilée, le député Shas Aryeh Deri.

D’après un communiqué de son bureau, Rivlin a commencé son discours en faisant référence au développement qui a eu lieu « sur le terrain » dans le Sud, qui est visible entre autres sous la forme de travaux pour des lignes de chemin de fer et des routes et la mise en place d’un complexe de formation de l’armée israélienne.

Le président a déclaré : « Nous avons tous un objectif partagé : améliorer le processus de développement du Néguev, via le renforcement des moyens de coopérations et le développement du capital humain. »

Le président a souligné la force et la capacité des dirigeants locaux du Néguev, et a déclaré que « le leadership ici est de haut niveau, et j’ai été ravi de les rencontrer dans le cadre accueillant de l’initiative du conseil du Néguev. L’accord sur la division de terrain, ainsi que la mise en place du conseil du Néguev, montrent la compréhension qu’un bon voisinage n’est pas un jeu à somme nulle. Je pense que le même esprit de partage et d’investissement dans les autres, peut et doit guider notre approche sur un accord sur le statut de la population bédouine dans le Sud, et particulièrement dans les villages non reconnus. Cela devrait être fait en sachant que sans atteindre d’accord sur ce sujet complexe, le Sud aura des difficultés à avancer. »

Le mont Harif dans le désert du Néguev central, à environ 112 kilomètres d'Eilat. (Crédit : domaine public/Wilson44691/Wikimedia commons)
Le mont Harif dans le désert du Néguev central, à environ 112 kilomètres d’Eilat. (Crédit : domaine public/Wilson44691/Wikimedia commons)

« Sans investissement dans les personnes, l’investissement dans les infrastructures sera perdu, a continué Rivlin. Le développement du capital humain est le défi qui nous attend quand nous regardons le futur du Néguev. »

Le président a noté qu’alors que le taux de chômage a baissé dans le pays en général l’année dernière, et est à présent de 5,3 %, le taux de chômage dans les villes du Sud est de 10 %, et même de 30 % dans certaines municipalités. « C’est une situation intolérable », a déploré Rivlin.

« En dehors de la grande détresse humaine qui se cache derrière ces chiffres, la situation enracine le Sud comme étant une périphérie désavantagée et menace de réduire à néant l’investissement énorme dans les infrastructures physiques. Cependant, le problème ne repose pas seulement sur le taux de chômage. Le Sud souffre d’emplois peu qualifiés et des bas salaires reçus par les résidents. Réduire l’écart entre le Néguev et les autres régions d’Israël dépend donc non seulement de la baisse du taux de chômage, mais aussi du développement d’un emploi de qualité. Le chemin qui s’ouvre à nous est difficile, mais il n’est pas impossible. Le succès du Sud, et le développement du capital humain qui s’y cache seront un succès pour Israël dans son ensemble. »

Le président a continué en déclarant : « Je vois la grande importance de la collaboration des parties prenantes présentes ici aujourd’hui : représentants du gouvernement, membres d’organisations sociales, dirigeants des autorités locales et leaders du secteur commercial, collaborant pour développer le capital humain dans le sud d’Israël. Nous devons tous nous rassembler via des actions, pas simplement des mots, afin d’aider les leaders locaux à tous les niveaux, – politique, entrepreneurial, scolaire et social. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...