Rivlin : la plaie des temps modernes ne rompra pas les liens du peuple juif
Rechercher

Rivlin : la plaie des temps modernes ne rompra pas les liens du peuple juif

Le président s'est entretenu lundi avec les dirigeants du monde juif par vidéo-conférence et a livré des paroles d'encouragement à l'approche de la fête de Pessah

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le président Reuven Rivlin (deuxième à partir de la droite) tient une vidéoconférence pré-Pessah avec les dirigeants juifs du monde entier le 5 avril 2020 (Crédit ; Mark Neyman / GPO)
Le président Reuven Rivlin (deuxième à partir de la droite) tient une vidéoconférence pré-Pessah avec les dirigeants juifs du monde entier le 5 avril 2020 (Crédit ; Mark Neyman / GPO)

Le président Reuven Rivlin s’est entretenu lundi avec les dirigeants du monde juif et a délivré des paroles d’encouragement à l’approche de la fête de Pessah, qui débute mercredi soir, en pleine pandémie de coronavirus.

Reuven Rivlin a organisé une vidéo-conférence avec des dirigeants du Brésil, d’Inde, d’Italie, d’Afrique du Sud, du Royaume-Uni et des États-Unis, a fait savoir son bureau dans un communiqué.

Alors que les gouvernements imposent des règles de distanciation sociale et interdisent les rassemblements publics pour tenter de freiner la propagation du virus, les communautés juives sont contraintes de se résigner à ne pas pouvoir inviter leur famille et leurs amis à se joindre à elles pour le traditionnel repas de fête du Seder, un moment fort de la fête et de l’année juive.

« Ce Pessah sera très différent des autres fêtes de Pessah », a annoncé le chef de l’État. « Plutôt que de le passer avec de la famille et des amis, nous allons tous nous plier aux règles de distanciation sociale. Et malgré cela, nos valeurs de responsabilités mutuelles et la transmission de traditions de génération en génération, se perpétueront ».

Capture d’écran d’une vidéoconférence entre le président Reuven Rivlin et des dirigeants de la communauté juive du monde entier, le 5 avril 2020. (Crédit : Mark Neyman/GPO)

« Aucune plaie des temps modernes ne peut rompre la chaîne qui remonte à l’Exode d’Égypte et qui soude notre peuple », a-t-il poursuivi. « Plus que jamais, j’ai le sentiment que nous sommes une famille, avec une histoire commune, des valeurs communes et une destinée commune. »

Le grand-rabbin britannique Ephraim Mirvis, le président du Jewish Metropolitan Council on Poverty (Conseil juif métropolitain sur la pauvreté), le rabbin David Greenfield et le rabbin Angela Buchdahal de la Central Synagogue à New York, ont pris part à cette vidéo-conférence.

Noemi Di Segni, présidente de l’Union des communautés juives italiennes (UCEI), Mary Kluk, président national du South African Jewish Board of Deputies et Robert Ejnès, directeur exécutif du CRIF, y ont également participé, tout comme Lebana Pankar, une militante de la communauté juive d’Inde.

Lors de la réunion virtuelle, le président de l’Agence juive Isaac Herzog a déclaré que « le peuple juif dans le monde entier fait face à un défi de taille. Ce Pessah, le cœur juif battra en Israël et dans la communauté juive à l’international, et c’est le meilleur moment de témoigner de l’engagement mutuel qui caractérise notre peuple. »

Ephraim Mirvis a rappelé que « notre Torah est un livre de Vie. Elle nous demande de choisir la vie et nous devons agir avec responsabilité et suivre les instructions de notre gouvernement afin de protéger la vie de chacun. »

« Au-dessus des nuages sombres qui pèsent sur nous, il y a des rayons de lumière », a ajouté le grand-rabbin. « La responsabilité mutuelle, de chacun d’entre nous pour nos camarades et les inquiétudes concernant notre environnement. Nous devons tous nous rappeler que ça aussi ça passera ».

Le président de l’Agence juive Isaac Herzog, à gauche, et le président israélien Reuven Rivlin en vidéoconférence pré-Pessah avec les dirigeants juifs du monde entier le 5 avril 2020 (Crédit ; Mark Neyman / GPO)

« Aucune communauté juive de New York n’a été épargnée », a déclaré le rabbin David Greenfield. « Nous nous sentons comme si nous étions encore en Égypte, dans l’esprit de ces jours. Dans nos communautés, il y a de nombreux docteurs juifs. Ils sont en première ligne dans la lutte contre le virus, et nous sommes très fiers d’eux ».

Lebana Pankar, qui dirige la très jeune organisation juive indienne, et qui est membre du Board of the Indian Jewish Federation, a décrit aux participants l’impact du virus sur sa communauté.

« Comme tous nos amis du monde entier, nous avons fermé les organisations communautaires et tentons de créer autant d’activités que possible, dont les gens peuvent profiter depuis chez eux », a-t-elle dit. « C’est la première année où je ne participerai pas à un Seder communautaire, mais les membres du Habad, qui sont exceptionnels, se sont assurés que nous ayons tous du vin et de la matsa. »

Selon une liste partielle des victimes juives du virus dans le monde, 200 membres de la communauté juive française sont morts du coronavirus, 12 en Italie et quatre au Brésil, d’après des chiffres communiqués par les ambassades et consulats israéliens. Israël a enregistré 51 décès.

La semaine de Pessah, qui commémore l’exode des Israélites d’Égypte, commence mercredi soir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...