Rivlin rencontre Dempsey à Jérusalem
Rechercher

Rivlin rencontre Dempsey à Jérusalem

Le président israélien a évoqué la décision de la Cour suprême américaine et a réaffirmé que Jérusalem est la capitale d'Israël

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Le président Rivlin et le général Dempsey, président du Joint Chiefs of Staff des États-Unis (Crédit : Porte-parole du président)
Le président Rivlin et le général Dempsey, président du Joint Chiefs of Staff des États-Unis (Crédit : Porte-parole du président)

Le président Reuven Rivlin a informé le général Martin Dempsey, président du Joint Chiefs of Staff des États-Unis, qu’Israël respectait la récente décision de la Cour suprême des États-Unis d’empêcher les Américains nés à Jérusalem d’utiliser la mention Israël comme leur lieu de naissance.

« Bien sûr, nous n’avons aucune critique de la décision de la Cour suprême de Washington. Nous saluons la primauté du droit, et nous apprécions et comprenons qu’ils [les juges de la Cour suprême des États-Unis] ont décidé de ne pas dire si Jérusalem faisait partie d’Israël ou non, mais s’est prononcé sur qui règlera ces questions une fois que cela devient une question qui arrive entre le Congrès, l’administration et le président », a-t-il analysé.

« Et ils ont jugé ce qu’ils avaient à se prononcer ».

« Mais je voudrais seulement mentionner que je suis un habitant de Jérusalem et même si je suis né neuf ans avant que l’Etat d’Israël ne fut créé, je suis né à Jérusalem et je suis israélien », a ajouté Rivlin.

Dempsey, quant à lui, a affirmé que liens de sécurité entre les deux pays demeureront solides.

« Je suis heureux de revenir en Israël. Je suis ici pour acquérir une meilleure compréhension avec nos homologues de l’armée israélienne, sur les menaces et les défis sécuritaires, et de ce que nous pouvons faire pour y remédier. Bien que ce soit mon sixième voyage ici, mon homologue israélien a été en Amérique huit fois. Et à un niveau personnel, nous sommes en interaction constante, et ce genre d’interaction est nécessaire pour faire face aux défis sécuritaires auxquels sont confrontés non seulement Israël, mais les États-Unis. Vous avez notre profond engagement à continuer à miser sur cette relation, mais vous ne devez pas me remercier, ceci est quelque chose à laquelle nous sommes honorés de faire partie », a-t-il conclu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...