Rechercher

Rivlin soutient un « Taglit inversé » pour renforcer les liens avec la Diaspora

Le président a déclaré à l'Assemblée générale des fédérations juives d'Afrique du nord que la crise entre Israël et le judaïsme américain impose la révision d'un pacte de 1950

Le président Reuven Rivlin à l'Assemblée générale des Fédérations juives d'Amérique du nord, le 22 octobre 2018. (Crédit : Mark Neyman/GPO)
Le président Reuven Rivlin à l'Assemblée générale des Fédérations juives d'Amérique du nord, le 22 octobre 2018. (Crédit : Mark Neyman/GPO)

Le président israélien Reuven Rivlin a appelé lundi à la conclusion d’un nouvel accord entre Israël et les Juifs de Diaspora, qui mettrait l’accent sur la familiarisation des Israéliens avec les communautés du reste du monde.

S’exprimant à Tel Aviv à l’occasion de l’Assemblée générale des fédérations juives d’Afrique du nord, Rivlin a déclaré que le fait que cet évènement annuel ait lieu en Israël tous les cinq ans est « lourd de sens ».

Mais il a jouté qu’Israël et le judaïsme à l’étranger « ont besoin de parler, nous devons parler, et nous devons écouter », a-t-il dit en référence aux tensions qui entourent la mainmise orthodoxe sur les institutions étatiques.

La création d’un espace de prière égalitaire au mur Occidental a été le centre névralgique des tensions. Le gouvernement avait cédé à la pression ultra-orthodoxe et annulé un tel projet, qui a finalement ressuscité sous une forme réduite.

« Il n’est peut-être pas facile d’avoir une conversation véritablement honnête, mais c’est, je pense, ce qu’il faut faire », a dit Rivlin dans son discours. « Nous ne pourrons pas éviter de rediscuter de nos désaccords. »

Le président a salué un accord de 1950 signé par le premier Premier ministre d’Israël David Ben Gurion et par le président de la Commission juive américaine, Jacob Blaustein, qui définit la relation entre Israël et le judaïsme américain.

« L’accord Blaustein-Ben gurion… capture savamment l’équilibre délicat entre la responsabilité mutuelle et la non-ingérence. Nous devons chérir ce principe », a-t-il dit.

« Dans la même veine, il est temps de mettre à jour, ou de formuler un nouvel accord Blaustein-Ben Gurion », a-t-il dit. « Un accord qui traite des réalités actuelles et des défis. »

« Nous devons créer des cercles plus larges de sensibilisation, ici en Israël. Pour de nombreux jeunes juifs israéliens, être Juif signifie être israélien », a-t-il dit. « Nous devons les exposer davantage à vos écoles, à vos camps et à vos communautés. Il est temps de réaliser et de ressentir qu’ils ont une famille, une famille qu’ils doivent prendre en considération. »

« Je soutiens l’idée d’un voyage ‘Taglit inversé’, pour que les jeunes israéliens apprennent à connaître les communautés juives du monde », a déclaré Rivlin, ajoutant que de tels programmes pour les leaders d’opinion israéliens étaient en cours de préparation.

Le président a également souligné l’importance de la collaboration entre Israël et le judaïsme de la diaspora sur la création de partenaires dans les pays émergents, citant une récente visite en Ethiopie accompagné du grand-rabbin britannique Ephraim Mirvis et d’autres dirigeants d’organisations juives.

« Cette expérience était puissante », a-t-il dit. « Israël, avec sa capacité d’innovation, doit aspirer à être un partenaire significatif dans la gestion des objectifs internationaux. Je pense que l’heure est venue de créer un fonds juif pour soutenir les innovations qui font la promotion des objectifs de développement. »

« Nous nous en sortons bien, mais nous pouvons en faire plus, ensemble. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...