Riyad al-Maliki: Jacques Chirac était un « ami du peuple palestinien »
Rechercher

Riyad al-Maliki: Jacques Chirac était un « ami du peuple palestinien »

Le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne a salué le défunt président français qui a accompagné Yasser Arafat "jusque dans les derniers instants"

Le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne, Riyad al-Maliki, au centre, s'entretient avec des journalistes alors que l’ambassadeur palestinien aux Nations unies, Riyad Mansour, se tient à sa gauche, et le responsable palestinien Omar Awdallah se tient à sa droite, à New York, le mercredi 26 septembre 2018. (AP Photo / Seth Wenig)
Le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne, Riyad al-Maliki, au centre, s'entretient avec des journalistes alors que l’ambassadeur palestinien aux Nations unies, Riyad Mansour, se tient à sa gauche, et le responsable palestinien Omar Awdallah se tient à sa droite, à New York, le mercredi 26 septembre 2018. (AP Photo / Seth Wenig)

Le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne Riyad al-Malki a salué jeudi la mémoire de l’ancien président français Jacques Chirac, « un ami du peuple palestinien », décédé jeudi matin à l’âge de 86 ans.

« Avec le décès de l’ancien président français Jacques Chirac, le peuple palestinien et sa juste cause ont perdu un ami », a ainsi affirmé le ministre de l’AP à l’AFP depuis New York où il participe à l’Assemblée générale des Nations unies.

Parmi les images marquantes pour les Palestiniens du président qui dirigea la France de 1995 à 2007, figure la grosse colère que M. Chirac piqua le 22 octobre 1996 contre la police israélienne dans la Vieille Ville de Jérusalem.

« Do you want me to go back to my plane? » (Voulez-vous que je remonte à bord de mon avion?) avait-il lancé au chef de la police. Les images avaient fait le tour du monde. Le Premier ministre israélien de l’époque, Benjamin Netanyahu, s’était ensuite excusé.

Jacques Chirac dans la Vieille Ville de Jérusalem lors de son coup de colère, en 1996. (Crédit : capture d’écran YouTube INA)

« Il a défié les mesures arbitraires ici », a commenté M. Maliki, soulignant que M. Chirac avait accompagné l’ancien dirigeant palestinien Yasser Arafat « jusque dans les derniers instants ».

Le président française Jacques Chirac avec le président de l’Autorité de l’Autorité palestinienne Yasser Arafat à son arrivée à Ramallah. (Crédit : GERARD FOUET / AFP)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...