Roni Alsheich insinue que Tel-Aviv n’est plus menacée par Nashat Milhem
Rechercher

Roni Alsheich insinue que Tel-Aviv n’est plus menacée par Nashat Milhem

Dans des termes vagues, le chef de la police a dit que la « tension » dans la ville peut être « considérablement réduite »; et a répondu à des critiques

Roni Alsheich, chef de la police, au siège de la police israélienne  à Jérusalem, le 3 décembre 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Roni Alsheich, chef de la police, au siège de la police israélienne à Jérusalem, le 3 décembre 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Alors que la chasse à l’homme pour retrouver l’auteur de la fusillade mortelle de vendredi à Tel Aviv entre dans sa cinquième journée, le chef de la police israélienne a insinué mardi matin dans des termes vagues que l’alerte accrue de terreur peut être terminée.

Roni Alsheich a dit qu’il était possible de « réduire considérablement la tension dans la région de Tel Aviv. »

Prenant la parole après une visite de condoléances à la famille de Alon Bakal, l’une des deux personnes tuées vendredi dans l’attaque, le nouveau chef de la police a assuré le public que les policiers faisaient « tous les efforts » pour attraper Nashat Milhem, désigné comme le principal suspect.

« Nous effectuons des recherches en collaboration avec le service de sécurité du Shin Bet, avec de nombreux policiers, et avec les forces spéciales de la police. Notre objectif principal est que ce soit rapidement derrière nous. Nous nous concentrons sur une seule mission – attraper le meurtrier », a déclaré Alsheich.

« Notre objectif secondaire est de ne pas nuire à la sécurité de nos forces. Au bout du compte, je dois regarder dans les yeux des femmes, enfants, frères, sœurs et parents si, à Dieu ne plaise, je mets inutilement en danger des agents pour des raisons de relations publiques », a-t-il ajouté.

Alsheich a été accusé de ne pas avoir communiquer sur les progrès de la police dans la chasse à l’homme à un public inquiet.

« Ceci est une mission qui est maintenant sur mes épaules », a déclaré Alsheich mardi, « et je dois donc décider ce que je dis et ce que je ne dis pas. Parfois, on ne sait pas pourquoi une pièce d’information semble suffisament marginale [pour pouvoir la publier] – la raison pour laquelle nous publions ou ne publions pas l’explication peut provoquer des dégâts. Rétroactivement, vous pourrez poser toutes les questions, et aussi longtemps que cela ne cause pas de mal, nous pourrons y répondre ».

La police doit protéger « les outils dont nous disposons pour les opérations futures, pour de futures missions. Nos outils ne sont pas jetables, ni nos outils et ni les outils du service de sécurité du Shin Bet », at-il dit.

« Par conséquent, à ce stade, nous faisons une chose et une seule chose – mettre à jour le public sur les directives [de sécurité], et c’est que quelque chose que nous avons fait et que nous ferons. A ce stade, nous pouvons dire qu’à partir de ce matin, nous pouvons réduire considérablement la tension dans la région de Tel Aviv. Je ne vais pas donner plus de détails afin de ne pas causer des dommages, mais nous pouvons réduire considérablement la tension dans la région de Tel Aviv. »

Milhem aurait fui la scène de la fusillade de la rue Dizengoff à pied et aurait hélé le taxi d’Amin Shaaban à proximité de la rue Ibn Gabirol.

Le véhicule l’a conduit au nord de Tel Aviv, où Milhem travaillait. Là, Milhem aurait assassiné Shaaban devant l’Hôtel Mandarin. Il aurait ensuite conduit le taxi jusqu’à l’avenue Namir, où il l’aurait abandonné près d’un arrêt de bus.

Des milliers de policiers ont effectué des recherches autour de la ville pour trouver Milhem, et Israël s’est également tourné vers l’Autorité palestinienne pour aider à le localiser.

Les recherches ont été axées sur le quartier de Ramat Aviv Gimel dans le nord de Tel Aviv.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...