Russie : démantèlement d’un groupe de propagande de l’EI
Rechercher

Russie : démantèlement d’un groupe de propagande de l’EI

Cette communauté en ligne était constituée de plus de 100 000 membres dispersés en Russie et en Asie centrale

La place Rouge à Moscou (Crédit :  Anna Kaplan/Flash90/File)
La place Rouge à Moscou (Crédit : Anna Kaplan/Flash90/File)

Les services de sécurité russe (FSB) ont annoncé jeudi avoir saisi des explosifs et des armes lors de perquisitions dans le cadre du démantèlement d’un vaste groupe de propagande en ligne de l’organisation Etat islamique (EI).

Le FSB a indiqué dans un communiqué avoir mené mercredi 27 perquisitions dans les régions de Sverdlosk (Oural), Tioumen et Tchéliabinsk (Sibérie occidentale) et saisi des armes automatiques, des explosifs, des grenades, du matériel de propagande djihadiste ainsi que des ordinateurs et des téléphones portables.

Ces perquisitions ont permis d’ « identifier et de démanteler les activités de cette communauté en ligne internationale créée pour (diffuser sur internet) la propagande » de l’EI, a précisé le FSB.

Constituée de plus de 100 000 membres dispersés en Russie, en Asie centrale et au Proche-Orient, cette communauté en ligne avait également pour but de « recruter des combattants terroristes » et « recueillir des dons afin de financer » l’EI, ajoute le communiqué.

Une enquête visant le chef de la cellule et trois de ses membres – qui communiquaient en tadjik, langue du Tadjikistan, république d’Asie centrale- a été ouverte pour « organisation et participation à des activités terroristes », a déclaré le FSB, sans préciser si ces quatre personnes ont été arrêtées.

Le FSB avait annoncé en février avoir arrêté à Sverdlosk sept membres présumés de l’EI accusés de préparer des attentats dans plusieurs grandes villes russes, dont Moscou.

En mai, les services de sécurité avaient annoncé avoir déjoué plusieurs attentats préparés par des « terroristes » en provenance de Turquie et Syrie.

Depuis le début de son intervention militaire en Syrie le 30 septembre, la Russie, alliée du régime de Damas, a été menacée de représailles par l’EI et par la branche syrienne d’Al-Qaïda, Al-Nosra.

Près de 7 000 ressortissants de pays issus de l’ex-URSS ont rejoint des groupes djihadistes en Syrie et en Irak, selon les services russes de sécurité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...