Israël en guerre - Jour 147

Rechercher

Russie : Poutine lance la construction d’un navire à propulsion nucléaire

Selon le président, le brise-glace nucléaire "Leningrad" est crucial pour les ambitions polaires de Moscou qui veut faire des eaux de l'Arctique une route commerciale clé vers l'Asie

Le président russe Vladimir Poutine rencontrant des étudiants qui participent à l'action militaire russe en Ukraine et des volontaires lors d'une visite à l'Université technique maritime d'État de Saint-Pétersbourg, à Saint-Pétersbourg, le 26 janvier 2024. (Crédit : Alexey Danichev/POOL/Sputnik/AFP)
Le président russe Vladimir Poutine rencontrant des étudiants qui participent à l'action militaire russe en Ukraine et des volontaires lors d'une visite à l'Université technique maritime d'État de Saint-Pétersbourg, à Saint-Pétersbourg, le 26 janvier 2024. (Crédit : Alexey Danichev/POOL/Sputnik/AFP)

Le président russe Vladimir Poutine a donné vendredi le feu vert pour la construction d’un nouveau brise-glace nucléaire, baptisé « Leningrad », crucial pour les ambitions polaires de Moscou qui veut faire des eaux de l’Arctique une route commerciale indispensable vers l’Asie.

« Il devra opérer sur la route maritime du Nord, participer aux programmes les plus importants d’exploration et de recherche dans l’Arctique et assurer la livraison de marchandises », a déclaré Poutine dans un discours prononcé sur le site des chantiers navals de la Baltique, à Saint-Pétersbourg (nord-ouest), sous un ciel gris.

Son futur déploiement doit aider Moscou à assurer sa suprématie dans l’Arctique, alors que la Russie est confrontée dans la région aux ambitions d’autres puissances, notamment la Chine, mais aussi de ses rivaux occidentaux dont les États-Unis.

Le navire s’appellera « Leningrad », le nom soviétique de Saint-Pétersbourg, « un nouvel hommage » au « courage » des habitants de l’ancienne capitale impériale face aux nazis, a souligné Poutine vendredi, à la veille des célébrations commémorant le 80e anniversaire de la fin du siège de Leningrad pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ce nouveau navire à propulsion nucléaire construit par le géant atomique Rosatom, de plus de 170 mètres de long, pourra briser la glace jusqu’à trois mètres de profondeur.

Depuis 2022, la Russie doit réorienter vers l’Asie ses livraisons d’hydrocarbures, vitales pour son économie frappée par des sanctions occidentales, le marché européen lui étant quasiment complètement fermé en conséquence de son assaut en Ukraine.

D’où le besoin urgent d’augmenter et moderniser sa flotte de brise-glaces nucléaires, qui permettent de tracer la route aux tankers pétroliers et autres méthaniers transportant les hydrocarbures extraites principalement en Sibérie.

Pour développer le commerce via les eaux gelées de l’Arctique, les autorités russes comptent enfin sur la « Route maritime du Nord », une voie rendue plus navigable du fait de la fonte des glaces entraînée par le changement climatique.

Vendredi, le patron de Rosatom, Alexeï Likhatchiov, a indiqué que 36 millions de tonnes de marchandises avaient transité par cette route maritime en 2023, « un record ».

La Russie, seul pays au monde à posséder une flotte de brise-glaces nucléaires, a inauguré ces dernières années trois nouveaux navires et un gigantesque bateau, de plus de 200 mètres de long, doit voir le jour en 2027.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.