Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Russie : Un groupe de metal arrêté en plein concert pour « symbolique nazie »

Des policiers, avec le soutien de la garde nationale, ont arrêté trois membres du groupe ; selon leur leader, le batteur se trouve "dans le coma après l'attaque de trois brutes"

Illustration : Des objets aux symboles nazis en vente sur l'étal d'un marché de Bangkok, en Thaïlande. (Crédit : Lillian Suwanrumpha/AFP)
Illustration : Des objets aux symboles nazis en vente sur l'étal d'un marché de Bangkok, en Thaïlande. (Crédit : Lillian Suwanrumpha/AFP)

Les membres d’un groupe russe de metal bien connu, Korrozia Metalla, ont été arrêtés samedi soir par la police en plein concert à Nijni-Novgorod, à l’est de Moscou, et inculpés pour « propagande de symboles nazis », ont rapporté les autorités.

« Des officiers de police avec le soutien de la garde nationale ont arrêté trois membres d’un groupe de musique dans l’un des clubs de Nijni-Novgorod », a indiqué la police régionale dans un communiqué.

Selon le leader du groupe, Sergueï Troïtsky, le batteur, Mark Beygun, se trouve « dans le coma après l’attaque de trois brutes » à Nijni-Novgorod, a-t-il publié dimanche soir sur un réseau social russe.

Il avait fait état, plus tôt, d’une « descente » menée lors du concert, au cours de laquelle du matériel, dont deux guitares de rechange, avait disparu.

« Tout d’abord, ils nous ont arrêtés, en dehors de la scène, Ram, le guitariste, et moi », a-t-il également raconté dans une interview au journal russe Izvestia. « Puis notre guitariste, Zummer, et ils ont dégagé la batterie de la scène […], Beygun est à l’hôpital de Nijni-Novgorod », a-t-il poursuivi, en ajoutant avoir écopé d’une amende de 132.000 roubles (1 350 euros).

Les trois membres du groupe, âgés de 57, 19 et 42 ans, sont accusés de « propagande ou exposition publique d’accessoires ou de symboles nazis », une infraction le plus souvent punie par une amende ou par une courte période de détention administrative.

La police a précisé avoir saisi des tee-shirts et des livres « portant des symboles interdits ».

Selon la manager du groupe, Maria Rounova, interrogée par l’agence d’État TASS, les symboles en question sont « d’anciens symboles slaves ».

Sur des images du concert diffusées sur les réseaux sociaux, on peut voir les forces de l’ordre faire irruption dans la salle pendant le concert et forcer les spectateurs à s’allonger sur le sol, parfois de manière musclée.

Le milieu de la culture en Russie est de plus en plus sous pression des autorités, après plus de deux ans de conflit en Ukraine doublé d’une répression tous azimuts contre les voix dissidentes.

En décembre 2022, une fête pour des participants conviés « presque nus », organisée par des célébrités russes dans un club moscovite, avait suscité un scandale et une enquête criminelle, forçant les participants à présenter des excuses publiques.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.