Ryad ne veut pas la chute de Netanyahu, selon Ayman Odeh
Rechercher

Ryad ne veut pas la chute de Netanyahu, selon Ayman Odeh

Le chef de la Liste arabe unie dit à Al Mayadeen, chaîne d'information affilié au Hezbollah, que le royaume forge une alliance directe avec la droite israélienne

Khaled Abu Toameh est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Ayman Odeh, chef de file de la Liste arabe unie, dirige une réunion des factions à la Knesset, à Jérusalem, le 31 octobre 2016 (Miriam Alster/Flash90)
Ayman Odeh, chef de file de la Liste arabe unie, dirige une réunion des factions à la Knesset, à Jérusalem, le 31 octobre 2016 (Miriam Alster/Flash90)

L’Arabie saoudite est en train de forger une alliance directe avec le pire ennemi des Palestiniens – la droite israélienne dirigée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a affirmé mardi le député Ayman Odeh, chef de la Liste arabe unie, troisième force parlementaire à la Knesset.

« L’Arabie Saoudite ne veut pas la chute de Netanyahu », a dit Odeh.

« L’Arabie saoudite ne veut pas que la droite israélienne soit remplacée. L’Arabie saoudite estime que Netanyahu est le meilleur homme dans la bataille contre l’Iran », a-t-il déclaré dans une interview accordée à la chaîne de télévision Al Mayadeen, affiliée au Hezbollah.

Les relations entre l’Arabie saoudite et le groupe terroriste du Hezbollah soutenu par l’Iran sont tendues depuis quelques années.

Présentant le député de la Knesset, le présentateur du programme « Dialogue de l’heure » a décrit Odeh comme le chef de la Liste arabe unie en « Palestine historique ».

Ni le Hezbollah ni l’Iran ne reconnaissent le droit d’Israël à exister.

Al Mayadeen offre régulièrement une tribune à tout Arabe ou musulman qui souhaite condamner l’Arabie saoudite et d’autres pays arabes relativement modérés.

« Ce qui est nouveau et dangereux, c’est ce que fait l’Arabie Saoudite », a déclaré Odeh dans l’interview. L’Arabie saoudite ne se concerte pas seulement avec Israël, c’est déjà derrière nous et c’est un fait établi. Il y a quelque chose de plus dangereux que ça. L’Arabie Saoudite est alliée à l’aile droite israélienne et à Netanyahu. »

Odeh a déclaré que son accusation était fondée sur une « analyse scientifique » de la situation.

L’Arabie saoudite, a-t-il expliqué, considère la question iranienne comme la plus importante de la région, encore plus importante que le conflit israélo-arabe.

« Qui est donc l’allié de l’Arabie saoudite et partage son point de vue sur cette question ? Est-ce Avi Gabbay du Parti travailliste ou Yair Lapid de Yesh Atid ? Ou est-ce Netanyahu, le leader de l’extrême droite israélienne ? Tous ceux qui nous regardent aujourd’hui peuvent faire un signe de tête et dire que c’est scientifiquement vrai. »

Netanyahu se félicite souvent de la coopération croissante en coulisse avec les pays arabes sunnites comme les Saoudiens ou les États du Golfe.

Odeh a souligné que dans le passé, l’Arabie saoudite et d’autres pays arabes disaient qu’il n’y aurait pas de normalisation des relations avec Israël avant qu’il y ait une solution à la question palestinienne.

Maintenant, a-t-il ajouté, il y a « une alliance directe entre l’Arabie Saoudite et la droite israélienne parce que les Saoudiens croient que Netanyahu est le seul capable de pousser l’Amérique contre l’Iran. »

Les Saoudiens, a dit M. Odeh, croient également que Netanyahu est le seul à pouvoir œuvrer à l’annulation de l’accord avec l’Iran.

« Concrètement, il y a une alliance directe entre l’Arabie Saoudite et la droite israélienne », a déclaré Odeh, dénonçant le gouvernement israélien actuel comme le plus dangereux pour les Palestiniens. L’Arabie saoudite s’aligne sur les ennemis les plus farouches des Palestiniens. C’est méprisable, à tous les niveaux. »

Odeh a utilisé le plateau affilié au Hezbollah pour critiquer les pays arabes pour avoir prétendument encouragé la normalisation avec Israël.

« En 1948, certains régimes arabes ont comploté avec le mouvement sioniste contre le peuple palestinien. Ces régimes arabes ont contribué à la Nakba palestinienne (catastrophe). Certains de ces régimes entretenaient des relations secrètes avec Israël. Certains de ces régimes ont par la suite signé des traités de paix avec Israël », a-t-il dit, faisant apparemment référence à la Jordanie et à l’Égypte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...