Rechercher

Saint-Brieuc : Un individu condamné pour des publications haineuses et antisémites

Dorian Noël, 31 ans, s’est montré en public effectuant des "quenelles" - geste antisémite de Dieudonné - et reprenant des caricatures antisémites

Le tribunal judiciaire de Saint-Brieuc. (Crédit : Spendeau / CC BY-SA 3.0)
Le tribunal judiciaire de Saint-Brieuc. (Crédit : Spendeau / CC BY-SA 3.0)

Le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) a condamné ce jeudi un militant d’extrême droite pour des publications haineuses et antisémites sur les réseaux sociaux, a rapporté la presse locale.

Le prévenu, Dorian Noël, âgé de 31 ans, sans profession, n’était pas présent à l’audience.

Il a été reconnu coupable de provocation publique à la haine ou à la violence en raison de l’ethnie, la nation, la race ou la religion. Il a écopé de 6 mois de prison avec sursis, 5 000 € à titre de dommages et intérêts pour le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme, qui s’était porté partie civile, et de 1 200 € de remboursement des frais de justice. Le jugement sera également publié par la mairie du domicile de l’homme.

Celui-ci était jugé pour avoir posté de nombreux messages antisémites et haineux ces dernières années sur les réseaux sociaux, compilés en partie par la Ligue de défense juive en 2020.

Ces posts le montraient notamment effectuant des saluts nazis, des « quenelles » – geste antisémite de Dieudonné – ou reprenant des caricatures antisémites.

« Le suspect a été entendu par les gendarmes le 10 décembre 2021 », a indiqué la présidente du tribunal correctionnel. Il aurait partiellement reconnu les faits pendant son audition, expliquant aux gendarmes que « la quenelle n’est pas un geste antisémite, c’est un symbole maçonnique » et que son propos n’était « pas raciste mais ethnologique ».

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme avait été la seule association à déposer plainte contre l’homme – auprès du procureur de Paris, avant que le dossier ne soit transmis à Saint-Brieuc.

« C’est toujours cette idéologie-là qui précède le passage à l’acte », a déclaré l’avocat du BNVCA, Me Franck Serfati. « Quand on appelle ouvertement à la mort de certaines personnes, comme c’est le cas ici, ce n’est pas une formule de style, un langage, on est un délinquant. »

L’association s’est félicitée ce jeudi du jugement rendu.

Dorian Noël sera à nouveau convoqué par la justice de Saint-Brieuc en novembre prochain pour avoir tagué des éoliennes dans son village des Côtes-d’Armor, Saint-Caradec, avec des croix gammées, des incitations à la haine et des menaces envers Emmanuel Macron la nuit du 31 décembre 2021.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...