Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Saluant le sauvetage des otages, les responsables israéliens jurent « de ne pas renoncer » jusqu’au retour du dernier d’entre eux

Netanyahu a estimé "qu'une victoire totale" est déterminante pour rapatrier tous les captifs, promettant qu'aucune opportunité ne sera manquée ; d'autres se réjouissent de l'opération, un rayon de lumière dans une période obscure

Louis Har (à gauche) et Fernando Marman après leur sauvetage, à l’hôpital Sheba, à Ramat Gan, le 12 février 2024. (Crédit : Porte-parole de l’armée israélienne)
Louis Har (à gauche) et Fernando Marman après leur sauvetage, à l’hôpital Sheba, à Ramat Gan, le 12 février 2024. (Crédit : Porte-parole de l’armée israélienne)

Les messages de félicitations et les déclarations remplies d’un nouvel espoir se sont multipliés, lundi matin, de la part des responsables israéliens après la réussite d’une audacieuse opération de sauvetage de deux otages qui étaient retenus à Gaza.

Fernando Simon Marman, 61 ans et Norberto Louis Har, 70 ans, ont été secourus lors d’un raid complexe qui a eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi à Rafah, la ville la plus au sud de l’enclave côtière. C’est la deuxième opération de sauvetage d’otages détenus par le groupe terroriste à avoir été menée à bien dans le contexte de la guerre qui oppose Israël au Hamas dans la bande.

Le Premier ministre a répété ses promesses récentes de « victoire totale » dans un court communiqué qui a salué la remise en liberté des deux hommes.

« Fernando and Louis – Bienvenue chez vous. Je salue nos braves guerriers pour l’action audacieuse qui a permis aux captifs de recouvrer la liberté », a-t-il écrit. « Seule une pression militaire continue, jusqu’à une victoire totale, pourra entraîner la libération de tous ceux qui ont été enlevés ».

« Nous ne devons manquer aucune opportunité de les faire revenir à la maison », a-t-il ajouté.

Israël « n’abandonnera jamais » les otages, a juré de son côté le ministre du cabinet de guerre, Benny Gantz, alors qu’il se réjouissait de la nouvelle de la libération des deux captifs.

« Jamais nous ne les abandonnerons. L’armée israélienne, le Shin Bet et les forces spéciales de la police ont agi avec courage et avec précision », a-t-il écrit sur X, anciennement Twitter.

« En plus de cette grande joie entraînée par le retour chez eux de Fernando [Marman] et de Louis [Har], nous éprouvons une immense tristesse après la mort du sergent de première classe Adi Eldor et du sergent de première classe (réserviste) Alon Kleinman alors qu’ils combattaient pour nous », a ajouté Gantz. « Nous ne cesserons d’œuvrer en faveur de la libération des 134 otages. Nous nous souvenons et nous continuerons ».

Évoquant l’érudit Maïmonide, au Moyen-Age, le président Isaac Herzog a rendu hommage aux otages qui ont été libérés, a disant que « il n’y a pas de plus grande mitzvah que la rédemption des captifs ».

« Je rends hommage à tous ceux qui ont permis à Fernando et à Luis de revenir chez eux dans le cadre d’une opération de sauvetage audacieuse. Nous continuerons à faire tout notre possible pour ramener tous les otages dans leurs foyers », a ajouté Herzog.

Le désespoir croissant ressenti par de nombreux Israéliens face à l’incapacité du pays à conclure un accord potentiel qui garantirait le rapatriement les otages, ces dernières semaines, a été noté par le président de la Knesset, Amir Ohana, qui a fêté « l’opération de secours impressionnante, héroïque et complexe » qui a permis aux captifs d’être relâchés.

« Enfin une bonne nouvelle, a-t-il dit, remerciant les forces de sécurité. « Vous avez redonné l’espoir à une nation toute entière ».

Un proche de Fernando Simon Marman et de Louis Har, deux otages israéliens qui ont été secourus, cette nuit, par les forces israéliennes lors d’une opération spéciale, parle à la presse depuis l’hôpital Sheba de Ramat Gan, le 12 février 2024. (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90)

De son côté, le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir a évoqué la possibilité de mener et de réussir, à l’avenir, de nouvelles opérations de sauvetage de ce type, alors qu’il félicitait les forces spéciales pour leur implication dans « cette opération héroïque ».

« Ce matin, nous sommes tous heureux aux côtés des familles qui ont retrouvé leurs êtres chers. Nous espérons que nous serons en mesure de rapatrier les autres otages également », a-t-il écrit sur X.

« C’est une matinée très touchante et riche en enseignement – plus nous ferons des avancées militaires, plus nous serons capables de ramener chez eux les otages. C’est ainsi qu’il faut faire », a-t-il ajouté, faisant référence à son opposition à toute concession faite au Hamas en échange de la libération des captifs qui sont encore dans les geôles du Hamas à Gaza.

Un nuage de fumée pendant des frappes sur Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 février 2024. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

L’allié ultra-nationaliste de Ben Gvir, le ministre des Finances Bezalel Smotrich, a partagé le même point de vue en appelant à « la victoire contre les nazis du Hamas » dans un post particulièrement guerrier qui a été publié sur les réseaux sociaux.

« Nous continuerons à faire plier la nuque du Hamas jusqu’à la victoire et jusqu’à sa destruction. C’est seulement par ce moyen que nous ramènerons un nombre toujours plus important des nôtres chez eux et c’est seulement par ce moyen que nous restaurerons la sécurité au bénéfice de tous les citoyens d’Israël », a-t-il affirmé.

« Louis et Fernando, bienvenue, nous vous attendions ! Puissions-nous encore entendre un plus grand nombre de bonnes nouvelles comme celles-là ! », a-t-il ajouté.

De l’autre côté de l’arène politique, le leader de l’opposition Yair Lapid – qui défend avec force la conclusion d’un deuxième accord qui garantirait la libération des otages – s’est réjoui du retour des deux hommes, faisant remarquer que « la mission consistant à rapatrier toutes celles et tous ceux qui ont été enlevés est une mission nationale et nous devons tout faire, dans tous les domaines, jusqu’au retour du dernier d’entre eux. »

« C’est une matinée où perce un faible rayon de lumière dans des ténèbres de souffrance et dans la difficulté », a ajouté le chef du parti Yesh Atid.

Geffen, la nièce de Fernando Simon Marman et de Louis Har, deux otages israéliens qui ont été secourus, cette nuit, par les forces israéliennes lors d’une opération spéciale, parle à la presse depuis l’hôpital Sheba de Ramat Gan, le 12 février 2024. (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90)

Affirmant que le sauvetage de Marman et Har a été « un moment d’enthousiasme et de fierté », la responsable du parti Avoda, Merav Michaeli, a réaffirmé son soutien à un accord qui permettrait à tous les otages de revenir sur le sol israélien.

« Il y a encore 134 captifs. Nous ne relâcherons pas nos efforts jusqu’à ce qu’ils soient tous libérés, que ce soit par le biais d’un accord ou par le biais d’une opération militaire », a-t-elle déclaré.

Un hélicoptère militaire arrive à l’hôpital Sheba de Ramat Gan avec à son bord deux otages secourus pendant une opération de Tsahal, le 12 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Après la libération de Marman et de Har, il resterait 130 personnes encore en captivité à Gaza – elles avaient été kidnappées pendant l’assaut meurtrier commis par le groupe terroriste du Hamas sur le sol israélien.

Certains otages ne sont plus en vie.

105 civils avaient été relâchés par le Hamas à la fin du mois de novembre, au cours d’une trêve qui avait duré une semaine. Quatre femmes avaient été remises en liberté auparavant.

La seule opération de sauvetage qui était parvenue à secourir une captive avait eu lieu à la fin octobre et elle avait permis à une soldate, Ori Megidish, d’être secourue alors qu’elle se trouvait entre les mains de ses ravisseurs. Les corps sans vie de onze otages ont aussi été rapatriés par l’armée – notamment les dépouilles de trois Israéliens qui, ayant réussi à échapper à leurs geôliers, avaient accidentellement été abattus par les soldats.

Tsahal a confirmé la mort de 29 otages qui se trouvent encore dans les geôles du Hamas, citant de nouveaux renseignements et autres informations recueillis par les soldats qui sont sur le terrain, au sein de l’enclave côtière.

Une personne est encore portés-disparue depuis le 7 octobre, et son sort est indéterminé.

Le Hamas détient aussi les corps sans vie de deux soldats tués au combat en 2014 dans la bande, Oron Shaul et Hadar Goldin. Il garde aussi en captivité deux civils, Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, qui seraient encore en vie. Ils avaient été capturés après être entrés dans la bande de leur propre gré, en 2014 et en 2015 respectivement.

Indiquant le sentiment d’urgence qui est celui des familles de tous ceux qui sont encore détenus au sein de l’enclave côtière, le Forum des familles d’otages et de portés-disparus a salué l’opération de sauvetage et il a demandé au gouvernement « d’exploiter toutes les options » qui permettraient aux 134 captifs d’être relâchés.

Des Israéliens se rassemblent pour exiger la garantie de la libération des otages détenus par des terroristes dans la bande de Gaza, à Tel Aviv, le 3 février 2024. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« Nous rendons hommage aux soldats de l’armée qui ont fait une démonstration de force et de courage pour garantir la libération des deux otages et nous leur souhaitons à tous de pouvoir retourner chez eux rapidement et en toute sécurité », a commenté le Forum dans un communiqué.

« Mais le temps presse pour le reste des otages qui sont encore retenus en captivité par le Hamas. Leurs vies sont en péril à chaque instant qui passe. Le gouvernement israélien doit exploiter toutes les options qui sont sur la table pour les relâcher », a poursuivi le communiqué.

Envoyant ses félicitations depuis l’étranger, le président argentin Javier Milei a fait part de sa satisfaction en apprenant la remise en liberté des deux hommes qui avaient fait leur alyah en Israël depuis l’Argentine.

« Le bureau du président remercie l’armée israélienne, le Shin Bet et la police israélienne qui ont mené à bien et avec succès le sauvetage de deux Argentins, Fernando Simon Marman et Louis Har, » a dit la présidence dans un post paru sur X.

« Pendant sa visite au sein de l’État d’Israël, le président Javier Milei a répété au président Isaac Herzog et au Premier ministre Benjamin Netanyahu sa demande de libération de tous les otages argentins, et il a réaffirmé qu’il continuait à condamner avec fermeté le terrorisme du Hamas ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.