Sans fanfare, l’Australie ouvre un bureau commercial et de défense à Jérusalem
Rechercher

Sans fanfare, l’Australie ouvre un bureau commercial et de défense à Jérusalem

Le porte-parole insiste sur le fait que les locaux situés à l'ouest de la ville ne sont pas une extension de l'ambassade du pays à Tel Aviv, et n'auront pas de statut diplomatique

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Une diplomate australienne s'entretient avec un collègue israélien dans le nouveau bureau australien de la défense et du commerce à Jérusalem. (Twitter)
Une diplomate australienne s'entretient avec un collègue israélien dans le nouveau bureau australien de la défense et du commerce à Jérusalem. (Twitter)

Le mois dernier, l’Australie a ouvert discrètement un bureau de commerce et de défense à Jérusalem.

Cette initiative n’a pas été annoncée sur les sites Web du gouvernement et aucun haut fonctionnaire australien ou israélien n’a assisté à la cérémonie d’ouverture du nouveau bureau, qui, selon Canberra, n’a pas de statut diplomatique officiel.

En revanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a assisté l’année dernière à l’ouverture d’un bureau tchèque dans la capitale – qui n’a pas non plus de statut diplomatique – et a participé à l’inauguration d’un bureau commercial hongrois, qui est également situé à Jérusalem mais est considéré comme une annexe de l’ambassade de Tel Aviv du pays.

Le « Trade and Defence Office » de l’Australie, situé dans la tour de bureaux Migdal Hair à Jérusalem-Ouest, a été ouvert en mars sans fanfare, conformément à une promesse faite par le Premier ministre australien il y a quatre mois.

« Il s’agit d’un bureau à vocation commerciale, établi et géré par la Commission australienne du commerce et de l’investissement », a déclaré un porte-parole de l’ambassade d’Australie à Tel Aviv au Times of Israel. Il « n’aura pas de statut diplomatique et n’est pas une extension de l’ambassade d’Australie à Tel Aviv », a souligné le porte-parole.

« Nous recrutons actuellement du personnel sur place pour travailler de façon permanente dans le [bureau de la défense et du commerce]. Le gouvernement australien a été en liaison étroite avec le gouvernement israélien et d’autres partenaires dans la création du [bureau], afin qu’il soit pleinement opérationnel aussi rapidement que possible », a déclaré le porte-parole.

Le 15 décembre, le Premier ministre australien Scott Morrison a officiellement reconnu Jérusalem-Ouest comme capitale d’Israël et s’est engagé à déplacer l’ambassade d’Australie dans la ville « lorsque cela sera possible, en appui et après la fixation du statut final ».

« Nous avons cependant décidé de commencer la recherche d’un site approprié pour une ambassade australienne à Jérusalem Ouest », a-t-il déclaré.

Netanyahu n’a jamais commenté cette décision, tandis que d’autres hauts responsables israéliens ont exprimé leur déception quant à la distinction faite par Canberra entre les parties est et ouest de la ville.

« Par respect pour la préférence clairement exprimée par le gouvernement israélien de ne pas établir de consulats ou de bureaux consulaires honoraires à Jérusalem-Est, le gouvernement australien établira un bureau de commerce et de défense à Jérusalem-Ouest », avait déclaré M. Morrison à l’époque.

« Avec le renforcement des liens entre l’industrie de la défense et le commerce entre l’Australie et Israël, qui s’élève maintenant à plus de 1,3 milliard de dollars par an, cela nous aidera à continuer à bâtir de solides relations bilatérales. »

Suite à la décision du président américain Donald Trump de déplacer l’ambassade de son pays de Tel Aviv à Jérusalem, plusieurs autres pays se sont engagés à faire de même, bien que certains aient depuis fait marche arrière ou choisi d’ouvrir un bureau commercial dans la ville à la place.

Le président de la République tchèque Miloš Zeman (assis à droite) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) lors de l’inauguration de la Maison tchèque à Jérusalem, le 27 novembre 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le 27 novembre 2018, le président tchèque Miloš Zeman a inauguré la Maison tchèque à Jérusalem, un espace de bureaux à la Cinémathèque de la ville qui a été annoncée par Prague comme la « première étape » du transfert de l’ambassade du pays à la ville.

Israël a déclaré que la Maison tchèque « comptera des représentants du gouvernement tchèque », mais les responsables à Prague ont souligné que le bureau n’aura pas de statut diplomatique.

Le 19 mars, le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, a ouvert un bureau commercial dans la tour Migdal Hair de Jérusalem, qui a été qualifié de « statut diplomatique » officiel et est considéré comme une « succursale » de l’ambassade du pays d’Europe centrale en Israël.

« Je voudrais souligner… que notre ambassade est à Tel Aviv et qu’aucun projet de changement n’est à l’ordre du jour », a précisé Szijjártó plus tard en Jordanie.

Néanmoins, l’Autorité palestinienne a déclaré à l’époque qu’elle rappelait son ambassadeur en Hongrie pour des consultations en réponse à la décision de Budapest.

Le ministère hongrois des Affaires étrangères Péter Szijjártó et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans les locaux de la nouvelle mission commerciale hongroise, dans le centre de Jérusalem, le 19 mars 2019. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Le 19 février, le Premier ministre slovaque Peter Pellegrini a lui aussi annoncé l’ouverture d’un bureau culturel et commercial à Jérusalem, même si l’on ne savait pas encore très bien s’il aurait un statut diplomatique.

Le 24 mars, le président du Honduras, Juan Orlando Hernandez, a annoncé que son pays « ouvrira immédiatement une mission diplomatique officielle à Jérusalem, ce qui permettra d’étendre notre ambassade dans la capitale d’Israël, Jérusalem ».

Une semaine plus tard, le Brésil, lors d’une visite en Israël du président Jair Bolsonaro, déclarait qu’il avait « décidé de créer un bureau à Jérusalem pour la promotion du commerce, des investissements, des technologies et des innovations ».

La Slovaquie, le Honduras et le Brésil n’ont pas encore tenu leurs promesses.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...