Rechercher

Sarah Silverman fustige le casting de non-Juifs dans des rôles de Juifs

L'actrice et comédienne interroge : "Pourquoi, alors que l'importance de la représentation est considérée comme si essentielle, la nôtre est-elle constamment violée ?"

Sarah Silverman participe à un panel au Beverly Hilton, le 27 juillet 2017. (Crédit :  Willy Sanjuan/Invision/AP)
Sarah Silverman participe à un panel au Beverly Hilton, le 27 juillet 2017. (Crédit : Willy Sanjuan/Invision/AP)

L’actrice et comédienne Sarah Silverman a dénoncé les castings choisissant des non-Juifs pour incarner des personnages juifs à la télévision et dans les films, une pratique à laquelle elle s’est référée sous le terme de « Jewface ».

Dans des propos tenus sur son podcast, qui a été diffusé la semaine dernière, Silverman a souligné le choix récent de l’actrice non-juive Kathryn Hahn pour interpréter feu la comédienne juive Joan Rivers dans une prochaine mini-série.

« Voir des non-Juifs jouer des Juifs – pas des personnages dont il s’avère qu’ils sont Juifs, mais des personnages dont la judéité fait partie de leur identité profonde – est une longue tradition », explique ainsi Silverman dans son podcast. « On pourrait dire de manière très correcte, par exemple, qu’une non-Juive qui prête ses traits à Joan Rivers se livre à ce qu’on peut appeler une pratique de ‘Jewface’. »

Le « Jewface », un jeu de mot basé sur la pratique raciste du blackface (où un individu blanc se grime le visage en noir pour incarner un homme de couleur), « intervient quand un non-Juif fait le portrait d’un Juif en mettant en avant son caractère juif – souvent à l’aide de maquillage, d’un gros nez, avec toute l’inflexion new-yorkaise et yiddish ».

Silverman s’interroge ensuite, se demandant pourquoi aujourd’hui, « alors que l’importance de la représentation est considérée comme si essentielle, si centrale, la nôtre est-elle constamment violée, en plein dedans ? »

Silverman note qu’elle ne pense pas que Hahn ait fait quoi que ce soit de mal et elle estime qu’elle saura parfaitement interpréter Rivers. « Je pense que jouer la comédie, c’est jouer la comédie mais je pense aussi que c’est quelque chose à examiner et peut-être à souligner », continue-t-elle.

« Le modèle qui apparaît dans les films est indéniable et ce modèle, c’est que si le personnage féminin juif est courageux, s’il mérite de l’amour, alors il n’est jamais interprété par une Juive. Jamais ! », poursuit Silverman.

La comédienne évoque alors des séries où des rôles de femmes juives sont jouées par des actrices non-juives, et notamment Rachel Brosnahan dans « The Marvelous Mrs. Maisel » et Felicity Jones qui prête ses traits à feu la magistrate de la Cour suprême américaine Ruth Bader Ginsburg dans « On the Basis of Sex. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...