Séisme en Indonésie : une équipe israélienne sur le terrain
Rechercher

Séisme en Indonésie : une équipe israélienne sur le terrain

L'ONG IsraAID apportera un soutien psychologique et évaluera les besoins dans ce pays qui accueille la plus importante population musulmane au monde

Un homme sous un parapluie dans un quartier du village de Wani, dans la banlieue de Palu, dans le centre de Sulawesi, en Indonésie, le 4 octobre 2018 (Crédit : Dita Alangkara/AP)
Un homme sous un parapluie dans un quartier du village de Wani, dans la banlieue de Palu, dans le centre de Sulawesi, en Indonésie, le 4 octobre 2018 (Crédit : Dita Alangkara/AP)

Un groupe non-gouvernemental d’aide humanitaire israélien a indiqué jeudi qu’il allait dépêcher une équipe de spécialistes des catastrophes naturelles en Indonésie alors que le pays se remet d’un séisme et d’un tsunami dévastateurs qui ont fait plus de 1 400 morts. Ces événements ont laissé des centaines de milliers de personnes dans le dénuement le plus total.

L’ONG d’aide humanitaire IsraAID a fait savoir dans un communiqué qu’elle déploiera une équipe d’urgence sur l’île de Sulawesi.

IsraAID n’a donné aucun détail sur la constitution de l’équipe ou sur la date de son arrivée en Indonésie, un pays qui n’entretient pas de liens diplomatiques avec l’État juif.

« L’équipe va distribuer des secours d’urgence, fournir un soutien psychologique aux populations vulnérables, et évaluer les besoins de base afin de déterminer les nécessités immédiates et sur le long terme – notamment les soins médicaux, une aide psychologique et un approvisionnement sûr en eau », a dit l’organisation.

Vendredi, un séisme de 7,5 sur l’échelle de Richter a touché l’île de Sulawesi, au centre de l’Indonésie, entraînant un tsunami.

Presque 200 000 personnes ont besoin d’une aide d’urgence, selon les Nations unies, parmi lesquelles des dizaines de milliers d’enfants.

Des secouristes recherchent des survivants dans une maison effondrée à Balaroa, Palu occidental, dans le centre de Sulawesi, en Indonésie, le 3 octobre 2018, après qu’un tremblement de terre et un tsunami ont frappé la région le 28 septembre. (AFP/Yusuf Wahil)

« Les communautés touchées par ce désastre ont besoin d’un soutien immédiat, l’ampleur totale de la destruction n’apparaissant de manière claire que maintenant. Des milliers de personnes sont traumatisées et vivent dans l’incertitude du déplacement, ainsi que dans l’angoisse de la perte tragique de ceux qu’ils aimaient », ont déclaré les directeurs d’IsraAID dans un communiqué.

IsraAID a envoyé des équipes similaires dans le passé dans d’autres zones touchées par des catastrophes naturelles, notamment aux Philippines, au Népal et au Japon, pays qui ont souffert d’un tremblement de terre et d’un tsunami en 2011.

Israël a envoyé des purificateurs d’eau en Indonésie via la Croix rouge, a expliqué la chaîne publique Kan, mercredi, dans un reportage, une information qui n’a pas été confirmée par le ministère des Affaires étrangères. Interrogé à plusieurs reprises par le Times of Israël sur l’éventualité de l’envoi d’une aide israélienne en Indonésie suite au séisme de vendredi, le ministère comme le bureau du Premier ministre se sont refusés à tout commentaire. Interrogés par la suite sur la raison pour laquelle l’État juif ne pourvoyait aucune aide par rapport à cette catastrophe, les deux instances gouvernementales ont une fois encore refusé de répondre.

Dans le passé, Israël a envoyé d’importantes délégations dans les zones frappées par des catastrophes naturelles et a proposé son assistance dans des pays avec lesquels l’État juif n’entretient pas de relations diplomatiques.

Des équipes de l’armée israélienne avaient ainsi fourni des services médicaux et de secours après un séisme survenu en Turquie en 1999, après un tremblement de terre à Haïti en 2010, après un typhon aux Philippines en 2013 et, plus récemment, après un séisme au Népal, en 2015.

L’année dernière, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait offert son aide aux victimes d’un tremblement de terre en Irak et en Iran, deux pays avec lesquels Jérusalem n’entretient pas de relations diplomatiques. Cette offre avait été rejetée.

Raphael Ahren a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...