Rechercher

Selon l’ex-directrice de Yamina, Silman « n’avait que son prochain poste en tête »

"Ils peuvent mentir tant qu'ils veulent, mais (...) je les ai vu", a déclaré Stella Weinstein à propos des membres du parti qui ont défié le gouvernement dirigé par Bennett

Le Premier ministre sortant Naftali Bennett après une conférence de presse au Parlement israélien au cours de laquelle il a annoncé qu'il ne se présenterait pas aux prochaines élections en présence d'Ayelet Shaked, la nouvelle chef du parti Yamina, à droite, et Stella Weinstein, la présidente sortante de Yamina, au centre, le 29 juin 2022. (Crédit: Olivier Fitoussi/Flash90)
Le Premier ministre sortant Naftali Bennett après une conférence de presse au Parlement israélien au cours de laquelle il a annoncé qu'il ne se présenterait pas aux prochaines élections en présence d'Ayelet Shaked, la nouvelle chef du parti Yamina, à droite, et Stella Weinstein, la présidente sortante de Yamina, au centre, le 29 juin 2022. (Crédit: Olivier Fitoussi/Flash90)

Stella Weinstein, qui a occupé le poste de directrice générale du parti Yamina de l’ancien Premier ministre Naftali Bennett avant de démissionner la semaine dernière, a révélé samedi ses opinions sans filtre sur les membres de la faction rebelle, fustigeant ceux qui ont finalement contribué à l’effondrement de la coalition.

Weinstein, qui s’exprimait lors d’une conférence à Rishon Lezion, a critiqué la députée rebelle de Yamina, Idit Silman, qui a retiré son soutien au gouvernement en avril, l’un des premiers gestes qui ont conduit à l’effondrement de la coalition le mois dernier.

En prenant cette décision, Silman « n’avait que son prochain poste en vue », a affirmé Weinstein, faisant apparemment référence à une place qui lui aurait été promise dans un éventuel futur gouvernement dirigé par l’actuel leader de l’opposition Benjamin Netanyahu.

« Elle croit au bien commun, c’est une amie d’Ibtisam Maraana », a déclaré Weinstein, cité par la Douzième chaîne, en référence à une députée arabe du parti travailliste de la coalition.

« Elle croit en deux États pour deux peuples. Elle me l’a dit, et je n’ai aucun problème à être interrogée à ce sujet », a ajouté Weinstein sans apporter d’autres précisions, faisant apparemment référence à une solution à deux États avec les Palestiniens, à laquelle Yamina s’oppose farouchement.

Silman a déclaré avoir démissionné de la coalition en raison de questions relatives à la religion et à l’État sur lesquelles les accords ont été violés par le gouvernement. Elle a affirmé qu’on ne lui avait rien promis en échange de sa démission de la coalition.

« Elle a essayé d’obtenir un rôle avec Yesh Atid et Kakhol lavan », a déclaré Weinstein, en référence aux partis du Premier ministre Yair Lapid et du ministre de la Défense Benny Gantz, respectivement. « Et si elle pouvait obtenir l’adhésion de la Liste arabe unie, elle y irait aussi. Je dis cela de manière sarcastique bien sûr, mais le fond est clair. »

Les députés Idit Silman, à droite, et Nir Orbach arrivent pour une réunion de la faction Yamina à la Knesset le 16 mai 2022. (Crédit: Olivier Fitoussi/Flash90)

« Il n’y a pas d’idéologie. Après tout, [Nir] Orbach avait aussi des nausées », a ajouté Weinstein, faisant référence à un autre député de Yamina qui, tout en ayant des problèmes majeurs avec le gouvernement depuis le tout début, est resté longtemps assis sur le banc de touche avant d’annoncer son intention de quitter la coalition le mois dernier.

« En fin de compte, […] elle ne faisait que courir pour un poste [en politique]. Ils peuvent mentir autant qu’ils veulent, mais j’étais avec eux et je les ai vu », a-t-elle déclaré.

Weinstein a également déclaré qu’il y avait une « différence significative » entre la façon de penser de Bennett et celle de l’ancienne numéro deux du parti, Ayelet Shaked, qui est maintenant devenue le leader de Yamina après que Bennett a déclaré son retrait de la politique.

« À l’époque, j’ai dit à Bennett que nous devions évincer Amichai Chikli immédiatement parce qu’il n’avait pas voté pour la formation de la coalition », a déclaré Weinstein, faisant référence à un autre député renégat de Yamina qui s’est opposé à la coalition dès le début et a été officiellement déclaré transfuge près d’un an plus tard.

Mais « Bennett a dit que Chikli était un homme de valeurs, et que lorsqu’il aurait la possibilité de voter pour quelque chose d’important pour Israël, il voterait avec nous », a-t-elle ajouté.

Le député Amichai Chikli lors d’une réunion de la commission de la Knesset sur la demande du parti Yamina de le déclarer « transfuge », le 25 avril 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Au total, Chikli a voté 754 fois contre la position de Yamina, y compris contre le budget de l’État et des projets de loi qu’il aurait normalement dû soutenir d’un point de vue idéologique, selon le parti.

« Pendant toute cette période, Chikli était contre [la coalition], clairement et simplement. En revanche, Silman a toujours été en faveur », a-t-elle déclaré.

Répondant aux commentaires de Weinstein, les sources de Yamina ont déclaré qu’elle était largement responsable du « manque de succès » du parti.

« Stella Weinstein n’a rien fait pour le parti », ont déclaré les sources anonymes citées par le site Israel National News.

Weinstein a démissionné du parti après que Bennett a annoncé mercredi qu’il ne se présentera pas aux prochaines élections du 1er novembre.

Bennett devrait rester dans le gouvernement intérimaire – actuellement dirigé par Lapid – en tant que Premier ministre par alternance.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...