Selon un expert, la vague actuelle de coronavirus est en train de ralentir
Rechercher

Selon un expert, la vague actuelle de coronavirus est en train de ralentir

Eran Segal déclare que le taux de reproduction de base, qui mesure le nombre de cas entraîné par chaque malade, est tombé au-dessous de 1 pour la première fois depuis début juin

Un enfant se fait dépister au coronavirus dans un centre de la ville de Katzrin, sur le plateau du Golan, le 6 septembre 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)
Un enfant se fait dépister au coronavirus dans un centre de la ville de Katzrin, sur le plateau du Golan, le 6 septembre 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

Un éminent expert de la santé a déclaré, mercredi, qu’un facteur déterminant dans l’évaluation de la propagation du coronavirus laissait penser que la vague israélienne actuelle commençait à s’éloigner.

Le taux de reproduction de base – le R0 – mesure le nombre de cas entraînés par chaque personne contaminée. Un chiffre qui dépasse le 1 indique que les infections sont en hausse, tandis qu’un chiffre en-dessous de 1 signale que l’épidémie décroît.

Selon Eran Sigal, biologiste informatique de l’Institut Weizmann des Sciences et conseiller auprès du cabinet gouvernemental de la lutte contre la pandémie, le taux de reproduction de base est aujourd’hui à 0,95.

La dernière fois que le R0 était passé en-dessous de 1 remonte à début juin, avant que le nombre de nouveaux malades ne recommence à augmenter.

« Ce déclin n’est pas dû à un moins grand nombre de tests de dépistage réalisés. Le nombre de tests, au cours des derniers jours, est similaire à celui d’il y a une semaine », a écrit Segal sur Twitter, se référant à la possibilité que les dépistages aient diminué en raison de Rosh HaShana, la nouvelle année juive, une fête qui a commenté lundi soir et qui se terminera mercredi au crépuscule.

Il a noté qu’il y avait également une baisse du taux de positivité des tests et du nombre de malades hospitalisés dans un état grave suite à des complications de la COVID-19 – un outil de mesure déterminant pour le nouveau gouvernement dans la vague actuelle.

Eran Segal. (Autorisation)

Il n’y a pas eu de confirmation officielle du côté du ministère de la Santé, même si le tweet de Segal a été partagé par le ministre de la Santé Nitzan Horowitz. Le tableau du coronavirus présenté sur internet par le ministère – dont la dernière réactualisation remonte à dimanche soir – fait part d’un taux de reproduction de base de 1,05.

Il y a eu de longues files d’attente dans les centres de dépistage de tout le pays, mercredi. Selon les médias israéliens, les citoyens sont restés dans leur voiture pendant des heures en attendant de pouvoir être testés.

Le site d’information Ynet a noté que la majorité des véhicules transportaient de jeunes enfants – alors que les enfants de moins de 12 ans ne sont pas éligibles à la vaccination et qu’ils sont donc tenus de présenter un test négatif au coronavirus pour rentrer dans les lieux soumis aux règles du Passeport vert.

Pour entrer dans les commerces et autres établissements dont l’accès est régi par le passe – une obligation qui, le mois dernier, s’est élargie aux enfants de moins de 12 ans dans un contexte de morbidité en hausse – il faut montrer une preuve de vaccination ou de rémission de la COVID-19 ou présenter un résultat de test de dépistage négatif datant de moins de 72 heures.

Ces informations portant sur des temps d’attente prolongés pour se faire tester surviennent alors que les Israéliens ont pris d’assaut les parcs et les plages de tout le pays, profitant d’une météo chaude et agréable et des congés de Rosh HaShana.

Un enfant se fait dépister au coronavirus dans un centre de la ville de Katzrin, sur le plateau du Golan, le 6 septembre 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

L’année dernière, les Israéliens avaient fêté Rosh HaShana en confinement, mais le gouvernement actuel s’est abstenu de réimposer des restrictions d’ampleur pour contenir la dernière vague, s’appuyant plutôt sur la vaccination et sur des limitations plus importantes des rassemblements.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...