Service militaire : plusieurs ultra-orthodoxes arrêtés à Bnei Brak
Rechercher

Service militaire : plusieurs ultra-orthodoxes arrêtés à Bnei Brak

Des membres de la faction radicale de Jérusalem bloquent les routes pour manifester contre l'arrestation d'un élève de la yeshiva

Affrontements entre Ultra-orthodoxes et policiers à Bnei Brak, le 20 novembre 2017 (Crédit : ossi Zeliger/Flash90)
Affrontements entre Ultra-orthodoxes et policiers à Bnei Brak, le 20 novembre 2017 (Crédit : ossi Zeliger/Flash90)

Des centaines de manifestants ultra-orthodoxes ont manifesté lundi dans la ville de Bnei Brak à la suite de l’arrestation récente d’un étudiant en yeshiva qui ne s’est pas présenté à un bureau de l’armée.

Les manifestants qui clamaient « Nous préférons mourir plutôt que d’être recrutés » en brandissant des pancartes dénonçant une « nation persécutrice de religion » ont tenté de bloquer les rues centrales de la ville, provoquant un fort embouteillage sur la route Ze’ev Jabotinsky qui traverse Ramat Gan, Bnei Brak et Petah Tikva.

La police a été déployée sur les lieux en grand nombre pour gérer la manifestation. Des affrontements ont été signalés entre des officiers et des manifestants et au moins 19 personnes ont été arrêtées.

Les autorités ont déclaré qu’ils tentaient d’empêcher les manifestants de bloquer la principale autoroute située à proximité, comme cela s’était produit lors des précédentes manifestations.

Les manifestants étaient membres de la faction de « Jerusalem », un groupe radical ultra-orthodoxe qui avait été créé par feu le Rabbin Shmuel Auerbach.

La police a déclaré qu’ils « n’empêcheront pas la manifestation, par désir sincère de permettre la liberté d’expression et de protestation de chaque citoyen … même si nous n’autoriserons pas le désordre et agirons avec détermination contre toute violence. »

Une manifestation similaire a eu lieu jeudi à Jérusalem, 46 personnes avaient été arrêtées et un policier blessé alors que des centaines de personnes avaient bloqué une intersection près de l’entrée de la capitale.

L’enrôlement des ultra-orthodoxes est sujet à débat en Israël depuis plusieurs décennies. La question de savoir si les jeunes ultra-orthodoxes qui étudient dans les yeshivot devraient ou non être appelés au service militaire obligatoire comme le reste de la population juive d’Israël divise la population israélienne.

Les Israéliens ultra-orthodoxes sont systématiquement exemptés de l’enrôlement, mais ils doivent se présenter aux bureaux de recrutement pour signer un report de service. Les dirigeants rabbiniques de la faction de Jérusalem interdisent aux étudiants de se présenter au bureau.

Les Israéliens ultra-orthodoxes bénéficient depuis des décennies d’une exemption générale du service militaire. Les récentes tentatives visant à recruter des ultra-orthodoxes ont connu un certain succès, ils sont passés de quelque 300 recrues ultra-orthodoxes par année il y a dix ans à environ 3 000 l’an dernier. Mais de nombreux soldats ultra-orthodoxes sont toujours harcelés, menacés et agressés lorsqu’ils rentrent chez eux dans les quartiers haredim.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...