Shaked dément tout rapprochement politique avec Liberman
Rechercher

Shaked dément tout rapprochement politique avec Liberman

Dans ce que la ministre pensait être un discours d'adieu, la co-fondatrice de HaYamin HaHadash a déclaré "nul ne sait ce qui peut encore se passer d'ici mercredi"

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

La ministre de la Justice Ayelet Shaked donne une conférence à Eilat le 27 mai 2019. (Crédit : capture d'écran Facebook)
La ministre de la Justice Ayelet Shaked donne une conférence à Eilat le 27 mai 2019. (Crédit : capture d'écran Facebook)

La ministre de la Justice Ayelet Shaked a fait taire lundi les rumeurs qui alléguaient qu’elle s’associerait avec le chef du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman en cas de nouvelles élections, affirmant que les reportages à ce sujet était incorrects.

Durant son discours à une conférence de l’Association du barreau israélien à Eilat, Shaked a déclaré : « je pensais que cela serait un discours d’adieu au ministère de la Justice et que la semaine prochaine, je devrais quitter [mon poste], mais la politique est imprévisible et nul ne sait ce qui peut encore se passer d’ici mercredi », date à laquelle une coalition doit être formée.

« Ce que je peux dire, c’est que les informations d’hier concernant mes affaires sont incorrectes », a clarifié Shaked.

La Treizième chaîne avait spéculé que la ministre de la Justice sortante, dont le parti HaYamin HaHadash n’était pas parvenu à dépasser le seuil électoral, négociait avec Liberman pour rejoindre Yisrael Beytenu, à la lumière de récents entretiens entre les deux politiciens.

Une enquête menée par « une entité politique » pour le compte d’Yisrael Beytenu a déterminé que si Shaked et Liberman se présentaient ensemble, leur liste conjointe remporterait 10 sièges à la Knesset, soit le double du nombre de sièges que détient actuellement Liberman

Dimanche, le président d’Yisrael Beytenu Avigdor Liberman a indiqué qu’il serait ravi d’accueillir Shaked dans les rangs de son parti en cas de nouveau scrutin.

Pour sa part, HaYamin HaHadash se présentera à de nouvelles élections si le Premier ministre Benjamin Netanyahu est incapable de former une coalition avant la date-butoir de mercredi,  « avec ou sans Shaked ».

Alors que cette date-butoir approche, les chances de parvenir à former un gouvernement semblent mince.

Le député du Likud Miki Zohar a déclaré que, sur ordre de Netanyahu, il avait introduit un texte de dissolution de la Knesset, qui a été soumis à une lecture préliminaire lundi après-midi et a passé ce vote.

« La date souhaitée [pour les élections] est le 27 août », a-t-il tweeté.

Le radiodiffuseur public Kan a rapporté que la date du 3 septembre était également envisagée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...