Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Shoah : Galit Distel Atbaryan suscite la controverse à la Knesset

La ministre a demandé à l'opposition de ne plus la comparer à Joseph Goebbels, ministre de la propagande nazi, ajoutant "ce sont vos familles qui ont brûlé là-bas"

La députée du Likud Galit Distel Atbaryan lors d'une conférence de la Fédération des Autorités locales, à Tel Aviv, le 8 décembre 2022. (Crédit :Tomer Neuberg/Flash90)
La députée du Likud Galit Distel Atbaryan lors d'une conférence de la Fédération des Autorités locales, à Tel Aviv, le 8 décembre 2022. (Crédit :Tomer Neuberg/Flash90)

La ministre de la Diplomatie publique, Galit Distel Atbaryan, a suscité l’indignation mardi à la Knesset, alors qu’elle s’adressait aux députés de l’opposition. Semblant établir une distinction entre la manière dont les Juifs sépharades et ashkénazes devraient parler du génocide nazi, elle leur a reproché de la comparer au ministre de la Propagande nazi Joseph Goebbels en soulignant que « ce sont vos familles qui ont brûlé là-bas ».

Distel Atbaryan, auteure et ancienne éditorialiste, a protesté dans son discours de mardi soir – prononcé avec l’énergie qui la caractérise – contre les comparaisons, ostensiblement faites par certains de ses détracteurs, entre les dirigeants du Likud, dont elle ferait partie, et les nazis.

« On m’appelle la ministre de la propagande – et Goebbels ci, et Goebbels ça », a déclaré la ministre du Likud, faisant référence à Joseph Goebbels, dont le titre officiel sous Adolf Hitler était ministre du Reich chargé de l’information et de la propagande. « Les comparaisons avec les nazis sont comme des confettis. Une douzaine de Hitler pour une pièce de dix cents. Je ne trouve même plus cela choquant ».

« C’est une mauvaise nouvelle pour vous, car pendant des années, j’ai préservé la mémoire [des victimes] de la Shoah. J’ai lutté pendant des années contre la banalisation de la Shoah. Mais cela ne me choque plus. Et ce sont vos familles qui ont été brûlées là-bas. Comment est-ce possible ? », a-t-elle ajouté à l’adresse de ses détracteurs.

Elle a semblé, par ces propos, faire référence aux origines européennes d’un grand nombre de députés de l’opposition.

Les victimes de la Shoah étaient principalement des Juifs ashkénazes européens, mais en Israël, la Shoah est traitée – et vécue – comme une tragédie pour l’ensemble du peuple juif. Cela inclut les séfarades, qui ont principalement immigré en Israël depuis le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord et qui représentent environ la moitié de la population juive du pays.

Photo non datée de Joseph Goebbels, ministre nazi de la propagande, prononçant un discours. (Crédit : Bengt von zur Muehlen/Yad Vashem Photo Archive)

Le discours de Distel Atbaryan portait principalement sur la réforme judiciaire radicale menée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son parti, le Likud, qui a fait campagne sur un sentiment de privation des droits des électeurs sépharades et qui est le parti le plus populaire dans de nombreuses municipalités à forte population sépharade.

Cette réforme permettrait au gouvernement d’annuler les décisions des tribunaux à la plus courte majorité et placerait la sélection de tous les juges entre les mains des politiciens de la coalition. Les opposants à cette réforme estiment qu’elle affaiblira le caractère démocratique d’Israël, qu’elle supprimera un élément clé de l’équilibre des pouvoirs et qu’elle laissera les minorités sans protection. Les partisans de cette réforme affirment qu’il s’agit d’une réforme indispensable pour maîtriser une cour activiste.

Les remarques de Distel Atbaryan ont déclenché un tollé sur les réseaux sociaux, certains interprétant les propos de la ministre comme signifiant qu’elle devrait se désintéresser de la Shoah parce que la plupart de ses victimes étaient liées à des Juifs ashkénazes de gauche, aujourd’hui critiques de la réforme.

« Je ne sais pas par où commencer pour essayer d’aborder ce texte, sans parler des idées qu’il représente », a déclaré Michal Shik, experte en développement commercial et ancienne directrice de la division des start-ups à l’Association des fabricants d’Israël. Elle a compris les remarques de Distel Atbaryan comme signifiant que, pour la ministre, « la Shoah n’appartient qu’à une partie de la population, qu’elle qualifie d’élitiste, d’anarchiste, de privilégiée et d’autres compliments de ce genre », a-t-elle écrit sur Facebook.

Le message de la ministre « est très rassembleur », a ajouté Shik sur un ton sarcastique. « La Shoah n’appartient pas à tous les Juifs, mais à vous, les Ashkénazes, et elle vous a gentiment fait plaisir en honorant la mémoire de ses victimes. Mais pas plus. »

Dans une publication sur Facebook mercredi soir, Distel Atbaryan a réagi aux critiques formulées à l’encontre de son discours. « Je maintiens ce que j’ai dit hier soir. Je ne suis plus choquée lorsque j’entends mon nom et le titre de ‘ministre de la propagande' », a-t-elle écrit, expliquant qu’elle percevait ce titre comme une référence à Goebbels. « Je suis choquée par la banalisation de la Shoah, par la façon dont nous réduisons de nos propres mains juives la mémoire que beaucoup de nos ennemis sont heureux de nier ».

Dans un entretien ultérieur avec le Times of Israel, Distel Atbaryan a insisté sur le fait qu’elle n’avait pas l’intention d’établir une distinction entre les Sépharades et les Ashkénazes, mais simplement de protester contre l’abus de la mémoire des victimes de la Shoah en général, se disant « horrifiée par de telles interprétations ».

« Ce n’est pas ce que je voulais dire et, rétrospectivement, je regrette d’avoir utilisé des termes qui peuvent être interprétés comme établissant une distinction entre la façon dont les différents groupes d’Israéliens devraient parler de la Shoah. Aucun d’entre nous ne devrait faire de comparaisons avec les nazis. Il n’y a aucune excuse à cela. Ce que je voulais dire, c’est que cela me fait de la peine, surtout quand je vois que cela est fait par des gens dont les propres parents ont péri dans le génocide, parce que cela ne s’explique pas ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.