Simone Veil à nouveau visée par un tag antisémite à Nancy
Rechercher

Simone Veil à nouveau visée par un tag antisémite à Nancy

Le message « Simone Veil, avorteuse juive » a été découvert inscrit au feutre sur un arrêt de bus dans le centre de la ville du Grand-Est

L'avocate et politicienne française Simone Veil devant l'Elysée à Paris, le 13 novembre 1974 (Keystone / Hulton Archive / Getty Images / JTA)
L'avocate et politicienne française Simone Veil devant l'Elysée à Paris, le 13 novembre 1974 (Keystone / Hulton Archive / Getty Images / JTA)

Jeudi matin, un message antisémite « Simone Veil, avorteuse juive » a été découvert inscrit au feutre sur un arrêt de bus situé dans le centre de Nancy, place du Cours Léopold, a rapporté le journal régional L’Est Républicain.

Signalé à 10 h 45, le message a été effacé une vingtaine de minutes plus tard. Une enquête menée par le groupe d’appui judiciaire a été ouverte.

Laurent Hénart, maire de Nancy, a manifesté sa « tristesse et son indignation » et affirmé souhaiter que les auteurs du tag « soient rapidement appréhendés et sévèrement punis ».

« Dans notre métropole humaniste et partout en France, nous ne devons jamais céder à la banalisation de tels actes », a quant à lui affirmé André Rossinot, président de la métropole du Grand Nancy.

Dans un tweet, Mathieu Klein, président du conseil départemental, a lui affirmé : « Honte à ceux qui souillent la mémoire de Simone Veil et Nancy. Haine des juifs et haine des femmes font toujours bon ménage. Féminisme et lutte contre l’antisémitisme doivent rester des alliés indéfectibles. »

Le mois dernier, à Paris, des portraits de Simone Veil, figure de la vie politique et survivante d’Auschwitz, réalisés par le street artiste C215, avaient été recouverts de croix gammées sur des boîtes aux lettres. Le procureur de Paris et le Préfet de Police avaient alors été saisis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...