Sissi rencontre Ronald Lauder avant de se rendre à la Maison Blanche
Rechercher

Sissi rencontre Ronald Lauder avant de se rendre à la Maison Blanche

Le président égyptien a parlé du conflit israélo-palestinien et des relations entre Le Caire et Washington avec le président du Congrès juif mondial, ancien associé de Trump

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi pendant une conférence de presse à Nairobi, le 18 février 2017. (Crédit : Simon Maina/AFP)
Le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi pendant une conférence de presse à Nairobi, le 18 février 2017. (Crédit : Simon Maina/AFP)

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a discuté dimanche des relations américano-égyptiennes, des négociations israélo-palestiniennes et de son futur voyage à la Maison Blanche avec Ronald Lauder, le président du Congrès juif mondial.

Sissi doit rencontrer le président américain Donald Trump à la Maison Blanche la première semaine d’avril, et le processus de paix devrait être l’un de leurs principaux points de discussion.

« La prochaine étape nécessite le renforcement […] des relations entre l’Egypte et les Etats-Unis à tous les niveaux », a dit Sissi à Lauder en décrivant les relations actuelles entre Le Caire et Washington comme « étroites, vastes et de nature stratégique », selon un communiqué égyptien publié par l’agence turque Anadolu.

La rencontre entre Sissi et Lauder a eu lieu au palais présidentiel du Caire, et Khaled Fawzi, le chef des renseignements égyptiens, y était présent.

Lauder, milliardaire américain comme son président, est un ancien camarade de classe de Trump. Les deux hommes ont fait affaire ensemble concernant un parfum portant le nom de Trump en 2004, selon un article du Forward.

Donald Trump avec Ronald Lauder, le président du Congrès juif mondial, à Mar-a-Lago, en Floride, le 28 décembre 2016. (Crédit : Don Emmert/AFP)
Donald Trump avec Ronald Lauder, le président du Congrès juif mondial, à Mar-a-Lago, en Floride, le 28 décembre 2016. (Crédit : Don Emmert/AFP)

Lauder avait défendu le président américain en janvier, quand le communiqué sur l’Holocauste publié par la Maison Blanche ne citait pas le mot « Juif ».

« C’est une rencontre personnelle, qui n’est pas liée au Congrès juif mondial », a déclaré un porte-parole du Congrès au sujet de la rencontre entre Lauder et Sissi.

Pendant la réunion, Sissi a exprimé son désir de « continuer à contribuer de manière positive à la création du climat nécessaire pour la reprise des négociations de paix entre les parties israélienne et palestinienne. »

Le président égyptien a réaffirmé son appel à une solution à deux états, avec Jérusalem Est comme capitale de l’état palestinien.

Le prochain voyage de Sissi à la Maison Blanche et sa rencontre avec Lauder font suite à la récente plongée de Trump dans le conflit israélo-palestinien, vieux de plusieurs décennies. Ce mois-ci, l’administration a envoyé l’un des conseillers les plus importants du président dans la région pour discuter avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, et le roi Abdallah II de Jordanie.

Lauder a déclaré que la future rencontre de Sissi et Trump « prend de l’importance » et montre l’importance du « développement d’un partenariat stratégique entre les deux pays […] à la lumière des défis majeurs qu’affronte la région, en particulier la menace du terrorisme et la propagation des crises politiques et sécuritaires. »

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (à gauche) et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, en 2014. (Crédit : AFP)
Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (à gauche) et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, en 2014. (Crédit : AFP)

Sissi a rencontré Abbas au Caire la semaine dernière. Les deux hommes avaient discuté de la future rencontre de Sissi et Trump, et avaient « coordonné leur position » sur les questions palestiniennes, notamment sur la réalisation d’une solution à deux états au conflit, avait annoncé l’agence de presse palestinienne officielle, Wafa.

Même si Sissi était aux Etats-Unis pour l’Assemblée générale des Nations unies en 2014 et en 2016, le président d’alors, Barack Obama, ne l’avait pas invité officiellement.

Au contraire, Trump et Sissi ont rapidement développé une relation plus positive. Les deux dirigeants se sont rencontrés en marge de l’Assemblée en septembre 2016, et ils veulent tous les deux réprimer les Frères musulmans égyptiens.

Sissi a été le premier dirigeant étranger à féliciter Trump pour sa victoire électorale, et, même s’il dirige un état très majoritairement musulman, il n’a pas critiqué le décret anti-immigration de l’administration ciblant six autres pays musulmans.

L’aide militaire annuelle de Washington à l’Egypte, d’un montant de 1,3 milliard de dollars par an, avait été brièvement suspendue par Obama en 2013 suite à la destitution du président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...