Rechercher

Smotrich exige que la Banque Discount renonce à ses cartes de crédit

Pour le ministre des Finances, la 4e banque d'Israël doit vendre CAL dans le cadre de la politique visant à stimuler la concurrence sur le marché du crédit à la consommation

Un Juif ultra-orthodoxe devant un distributeur de la Banque Discount, à Jérusalem, le 1er juillet 2013. (Crédit : Nati Shohat/Flash 90)
Un Juif ultra-orthodoxe devant un distributeur de la Banque Discount, à Jérusalem, le 1er juillet 2013. (Crédit : Nati Shohat/Flash 90)

Israël Discount Bank Ltd, la quatrième plus grande banque du pays, devra céder sa société de cartes de crédit, CAL, dans le cadre de la politique gouvernementale visant à stimuler la concurrence dans les secteurs du crédit et de la banque, a annoncé jeudi le ministre des Finances, Bezalel Smotrich.

Smotrich a déclaré qu’il avait décidé de rédiger une nouvelle loi qui obligera la Banque Discount à vendre sa société de cartes de crédit, ce qui, selon lui, permettra à un nouvel acteur d’entrer sur le marché du crédit trop « fermé » et entraînera une concurrence accrue pour les ménages et les petites entreprises.

« Cette mesure, combinée à d’autres mesures que nous prendrons bientôt, conduira à un marché du crédit compétitif et contribuera à la croissance économique », a déclaré Smotrich.

Smotrich a transmis les projets de loi au gouverneur de la Banque centrale d’Israël, Amir Yaron, qui a donné son accord, et ils attendent maintenant l’approbation de la commission des Finances de la Knesset, a déclaré le ministère des Finances dans un communiqué.

Amir Yaron, le gouverneur de la Banque d’Israël, participe à une conférence de presse à Jérusalem le 31 mars 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Une commission avait été mise en place pour faire des recommandations sur la question, composé de représentants de la Banque centrale, de l’Autorité de la concurrence, de l’Autorité des marchés financiers et du ministère des Finances. Sept des huit membres de la commission ont recommandé que le ministre des Finances exerce son autorité pour abaisser le seuil fixé par la loi pour définir une « banque ayant un large champ d’activité », d’une manière qui obligera la Discount à se séparer de CAL. La commission a conclu que cette mesure renforcerait la concurrence et réduirait la concentration dans le système bancaire, notamment sur le marché du crédit à la consommation.

La Banque Discount détient 71,8 % du capital de CAL, le reste des actions de la société de cartes de crédit étant détenu par la First International Bank of Israel (FIBI).

Commentant le projet de loi de Smotrich, la Banque Discount a déclaré que « la décision de dissocier CAL de la Discount, qui doit encore être approuvée par la commission des Finances de la Knesset, est erronée et ne renforcera certainement pas la concurrence dans le système bancaire ».

Une pile de cartes de crédit. (Crédit : alexialex ; iStock by Getty Images)

« Le Groupe Discount continuera à générer une valeur importante pour ses actionnaires, même face à cette décision », a déclaré la Discount dans un communiqué.

La décision de Smotrich intervient après que les deux plus grands prêteurs d’Israël, la Banque Leumi et la Banque Hapoalim, ont été contraints de vendre leurs sociétés de cartes de crédit ces dernières années, conformément à la loi visant à accroître la concurrence et à réduire la concentration sur le marché bancaire israélien.

La loi fait partie d’une réforme basée sur les recommandations de la commission Strum, formée en juin 2015 et qui comprend des changements majeurs visant à accroître la concurrence, tels que l’autorisation pour les sociétés non-bancaires de fournir des crédits aux consommateurs, et la séparation de la propriété des sociétés de cartes de crédit de celle des banques.

Smotrich a également annoncé son intention de nommer une commission ministérielle chargée d’examiner si le contrôle des sociétés de cartes de crédit par de grands organismes institutionnels pose problème. La commission, qui devrait soumettre ses recommandations dans les prochaines semaines, sera mise en place en raison de « l’impact potentiel des récents développements dans la structure de propriété des sociétés de cartes de crédit séparées », a déclaré le ministère.

Au début du mois, Harel Insurance Investments & Financial Services Ltd. a fait une offre pour acquérir l’entreprise israélienne de cartes de crédit Isracard dans le cadre d’une transaction évaluée à 2,7 milliards de shekels. En parallèle, Clal Insurance Enterprise Holdings Ltd. est en train d’acheter la société israélienne de cartes de crédit Max à son actionnaire majoritaire, la société américaine de capital-investissement Warbus Pincus LLC, dans le cadre d’une transaction d’une valeur de 2,5 milliards de shekels.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.