Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Smotrich : l’économie est « forte et stable » mais l’inflation est pire que prévue

Le ministre des Finances, qui accuse les manifestants contre la refonte de semer la "panique", avertit que les pressions inflationnistes "pourraient s'intensifier à cause de l'affaiblissement du shekel"

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich s'exprimant lors d'une conférence de presse, au ministère des Finances, à Jérusalem, le 9 août 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich s'exprimant lors d'une conférence de presse, au ministère des Finances, à Jérusalem, le 9 août 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Dans un rapport soumis lundi à la Knesset, le ministre des Finances Bezalel Smotrich a déclaré que l’économie et les finances d’Israël étaient relativement solides à l’échelle mondiale, mais il a reconnu que les pressions inflationnistes n’avaient pas diminué autant qu’il l’avait prévu.

« Les données économiques d’Israël sont solides et, Dieu merci, l’économie israélienne est forte et stable dans la mer d’instabilité mondiale, compte tenu de la crise économique internationale », a écrit Smotrich dans le rapport.

Le ministre des Finances a noté que « la croissance est élevée et que le marché de l’emploi est sain », et bien que le taux d’inflation soit inférieur à celui d’autres pays, il a admis qu' »il n’est pas aussi bon que nous l’avions prévu lorsque nous avons présenté le budget de l’État », et qu’il pourrait rester élevé à l’avenir.

Selon le rapport de Smotrich, le ministère avait prévu une inflation moyenne de 3,9 % en 2023 lorsque le budget a été présenté à la Knesset, de 4,2 % lorsqu’il a été adopté en mai, et de 4,3 % à la fin de l’année.

En outre, le shekel israélien s’est affaibli par rapport au dollar américain au cours de l’année, s’échangeant à 3,81 shekels pour un dollar lundi, contre 3,45 shekels pour un dollar lorsque le budget a été présenté et 3,60 shekels pour un dollar lorsqu’il a été adopté.

« En outre, l’inflation mondiale a un impact sur le marché israélien par le biais des importations. Cet effet pourrait s’intensifier en raison de l’affaiblissement du shekel », a-t-il ajouté.

Des manifestants rassemblés contre la refonte judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Gitaï Palti)

Entre-temps, la Banque d’Israël a décidé lundi de maintenir le taux d’intérêt de référence à 4,75 % pour le deuxième mois consécutif, alors que l’inflation montre des signes d’apaisement. Cependant, la banque centrale a mis en garde contre une « réelle possibilité » d’augmentation des coûts d’emprunt dans les mois à venir, étant donné que le shekel continue de s’affaiblir.

Les augmentations agressives des taux d’intérêt ont rapidement alimenté les coûts des détenteurs d’hypothèques et de prêts, qui ont du mal à faire face aux échéances mensuelles.

L’inflation annuelle a ralenti à 3,3 % en juillet, contre 4,2 % en juin, son taux le plus bas depuis plus d’un an. Toutefois, les prix à la consommation restent supérieurs à la fourchette cible du gouvernement, qui se situe entre 1 % et 3 %. Entre-temps, l’incertitude politique liée au projet de réforme judiciaire du gouvernement israélien a entraîné une dépréciation du shekel de plus de 8 % par rapport au dollar américain depuis le début de l’année.

« Depuis le début de l’année, le shekel est resté l’une des monnaies les plus faibles du monde, tandis que la volatilité du taux de change du shekel est restée élevée », a fait valoir la banque centrale.

Lundi, Smotrich a également attaqué les manifestations organisées pour dénoncer les efforts du gouvernement pour réformer en profondeur le système judiciaire, affirmant que la résilience de l’économie locale « est doublement évidente au vu de la campagne menée ces derniers mois par des personnalités irresponsables, qui tentent de nuire intentionnellement à l’économie dans le cadre de leur lutte politique contre le gouvernement de droite et les changements importants qu’il souhaite apporter au système judiciaire israélien ».

« D’énormes forces dotées de budgets gargantuesques et d’un soutien médiatique sans précédent calomnient Israël dans tout le monde économique avec des mensonges audacieux et un faux alarmisme, faisant tout ce qu’elles peuvent pour créer la panique et un sentiment économique négatif », a affirmé M. Smotrich. « Jusqu’à présent, il semble que leur influence sur l’économie soit minuscule.

Le président du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, qui était ministre des Finances dans le gouvernement précédent, a demandé à Smotrich de démissionner parce qu’il a reconnu que les chiffres économiques étaient pires que prévu.

« C’est ce qui se produit lorsque vous ignorez et rabaissez les fonctionnaires de la profession [des finances]. Il est temps pour vous de rendre les clés. Les citoyens israéliens méritent un comportement responsable et professionnel », a-t-il tweeté.

Le mois dernier, la Banque d’Israël a déclaré que l’incertitude entourant l’avancement du projet de refonte du système judiciaire avait déjà un impact sur l’économie, comme en témoignent l’augmentation de la prime de risque du pays, la dépréciation du shekel, la baisse des prix des actions et l’augmentation de la volatilité sur le marché des changes.

Pour l’instant, la Banque d’Israël prévoit une croissance économique de 3 % pour chacune des années 2023 et 2024. Comme principal risque pour les prévisions, la banque centrale a cité un scénario dans lequel l’avancement des changements juridiques et institutionnels conduit à une augmentation de la prime de risque d’Israël, à une dévaluation continue du shekel, à des dommages aux exportations et à une baisse des investissements locaux et de la demande pour la consommation privée. Si ce risque se matérialise, la banque centrale estime que les dommages causés au PIB d’Israël pour chacune des trois années à venir se situeront entre 0,8 % et 2,8 %.

Les agences de crédit internationales ont également mis en garde contre les dommages potentiels de la réforme.

Le logo de Fitch Ratings, à New York, le 9 octobre 2011. (Crédit : Henny Ray Abrams/AP)

Le mois dernier, Fitch Ratings a confirmé la note de crédit A+ d’Israël avec une perspective stable, comme elle l’avait fait en mars, mais a mis en garde contre les retombées si le gouvernement continue à faire avancer certaines parties de son remaniement du système judiciaire.

La note a été attribuée trois semaines après que l’agence rivale Moody’s Investors Service a mis en garde contre des « conséquences négatives » et un « risque important » pour l’économie et la sécurité d’Israël à la suite de l’adoption du premier projet de loi de la réforme judiciaire contestée du gouvernement.

D’autres agences de notation, dont Standard & Poor’s, ont mis en garde ces derniers mois contre une détérioration de la gouvernance d’Israël et l’affaiblissement potentiel du système judiciaire et de la force institutionnelle. Elles se sont inquiétées de l’aggravation des tensions sociales et politiques internes.

La principale inquiétude du monde des affaires et de la technologie est que la réforme judiciaire proposée érode la démocratie et affaiblisse l’équilibre des pouvoirs, ce qui rendra les investisseurs en capital-risque et les autres bailleurs de fonds réticents à investir leur argent dans le pays, déclenchant ainsi une fuite des fonds.

Sharon Wrobel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.