Smotrich met en garde contre une tentative de Mandelblit de récuser Netanyahu
Rechercher

Smotrich met en garde contre une tentative de Mandelblit de récuser Netanyahu

Le chef du parti Sioniste religieux promet des "troubles" si le procureur-général devait considérer le Premier ministre comme "inapte" à son poste suite au vote "illégal"

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le chef du Parti sioniste religieux Bezalel Smotrich fait une déclaration de presse à la Knesset, à Jérusalem, le 4 avril 2021. (Olivier FItoussi/Flash90)
Le chef du Parti sioniste religieux Bezalel Smotrich fait une déclaration de presse à la Knesset, à Jérusalem, le 4 avril 2021. (Olivier FItoussi/Flash90)

Le chef du Parti sioniste religieux Bezalel Smotrich a averti mercredi que le public « luttera pour son indépendance et sa souveraineté » si le procureur-général Avichai Mandelblit envisageait de déclarer Benjamin Netanyahu « inapte » à son poste de Premier ministre suite à un vote du cabinet que Mandelblit a dénoncé, disant qu’il était « illégal ».

La Haute-cour de Justice a temporairement gelé, mardi, la nomination d’Ofir Akunis, député du Likud, au poste de ministre de la Justice, quelques heures après que le cabinet dirigé par Netanyahu a ouvertement ignoré les mises en garde lancées par le procureur-général. Netanyahu a ensuite accepté de nommer Benny Gantz ministre de la Justice par intérim.

Mandelblit a dit à Netanyahu pendant la réunion qu’en organisant ce vote, le bloc pro-Netanyahu au sein du gouvernement transitoire contreviendrait à une Loi fondamentale quasi-constitutionnelle qui avait été amendée l’année dernière par Netanyahu et Gantz – et qui prévoyait que le poste de ministre de la Justice reviendrait à un candidat soutenu par le bloc de Kakhol lavan, placé sous l’autorité de Gantz.

Suite à ce vote hors-la-loi, le Mouvement pour un gouvernement de qualité en Israël, un groupe de veille anti-corruption, a fait savoir qu’il porterait plainte devant la Haute-cour pour demander à ce que Netanyahu soit démis de sa fonction.

Si Mandelblit ne s’est pas publiquement exprimé sur une éventuelle récusation de Netanyahu après ce qui s’est passé pendant la réunion du cabinet et qu’il a, de manière répétée, rejeté des appels antérieurs à ce que le Premier ministre soit considéré comme « inapte » à son poste, Smotrich a mis en garde, mercredi, le procureur-général contre toute tentative allant dans ce sens.

« Mandelblit n’est pas autorisé à déclarer l’inaptitude du Premier ministre. Aucune loi ne le permet », a-t-il écrit sur Twitter.

« Cette menace dangereuse n’est pas une menace à l’encontre de Netanyahu. Ce n’est pas du tout le problème. C’est une menace à l’encontre de la démocratie et du peuple et si Mandelblit devait forcer un coup d’état, il se heurtera à la puissance du peuple qui luttera pour son indépendance et sa souveraineté », a-t-il continué.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Knesset le 20 novembre 2019 (gauche), l’avocat général Avichai Mandelblit s’adresse lors d’une conférence de presse à Jérusalem le 21 novembre 2019. (Gali Tibon, Menahem Kahana / AFP)

La réunion chaotique du cabinet a eu lieu un mois après l’expiration du mandat de Gantz à la tête du ministère de la Justice, ce qui a restreint de manière significative le travail du ministère et entravé les capacités d’opération de l’exécutif.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...