S’occuper des tunnels du Hezbollah, avant de s’attaquer aux missiles – analystes
Rechercher

S’occuper des tunnels du Hezbollah, avant de s’attaquer aux missiles – analystes

Le Premier ministre a déclaré que "seule une petite partie de l'image d'ensemble" des efforts israéliens pour contrer l'organisation terroriste libanaise a été révélée

Sur cette photo publiée par le Hezbollah Central Military Media, des pelleteuses de l'armée israélienne travaillent à la frontière israélo-libanaise près d'un mur qu'Israël a construit le mardi 4 décembre 2018, face au village de Kafr Kila au sud du Liban. L'armée israélienne a lancé une opération pour "démasquer et neutraliser" les tunnels qu'elle dit avoir été construits par l'organisation terroriste du Hezbollah qui s'étendent du Liban au nord d'Israël. (Médias militaires du Hezbollah via AP)
Sur cette photo publiée par le Hezbollah Central Military Media, des pelleteuses de l'armée israélienne travaillent à la frontière israélo-libanaise près d'un mur qu'Israël a construit le mardi 4 décembre 2018, face au village de Kafr Kila au sud du Liban. L'armée israélienne a lancé une opération pour "démasquer et neutraliser" les tunnels qu'elle dit avoir été construits par l'organisation terroriste du Hezbollah qui s'étendent du Liban au nord d'Israël. (Médias militaires du Hezbollah via AP)

Les analystes israéliens de la sécurité estiment que la décision visant à dévoiler le tunnel d’attaque du Hezbollah est un prélude à une opération israélienne plus vaste visant à éliminer la menace posée par les missiles de précision actuellement développés par l’organisation terroriste libanaise et ses commanditaires iraniens.

Mardi, l’armée israélienne a déclaré avoir découvert le « premier des nombreux tunnels d’attaque » transfrontaliers creusés par le Hezbollah, dans le cadre de sa nouvelle opération baptisée Bouclier du Nord. Le tunnel a été découvert au sud de la ville israélienne de Metulla, le long de la frontière libanaise. L’armée a dit qu’il mesurait environ 200 mètres de long, pénétrant à 40 mètres environ en territoire israélien.

La Dixième chaîne de télévision israélienne a déclaré plus tard que Tsahal estime qu’il y aurait une dizaine de tunnels d’attaque.

Toutefois, la chaîne a noté que la réaction militaire d’Israël concernant la découverte du tunnel a été modérée et que les forces israéliennes ne sont pas entrées au Liban pour le détruire, en expliquant que c’était largement dû au fait que l’on peut s’attendre dans un avenir proche au lancement, par Tsahal, d’opérations bien plus importantes pour contrer les efforts du Hezbollah qui cherche à ajouter à son arsenal des dizaines de milliers de roquettes à guidage plus précis.

Cependant, les analystes de la Dixième chaîne ont souligné qu’il était important que les tunnels soient détruits avant qu’Israël ne lance une opération militaire à grande échelle.

Cette évaluation a été corroborée par Amos Yadlin, directeur de l’Institut d’études de sécurité nationale et ancien chef du renseignement militaire israélien.

« Le DÉFI PRINCIPAL, à savoir l’arrêt du ‘Projet de précision’, est toujours à venir, avec des problèmes de légitimité et des risques d’escalade à un tout autre niveau », a écrit Yadlin sur Twitter, ajoutant que c’était aussi un message important pour le Hezbollah.

« La révélation des tunnels transmet un message au Hezbollah, qui a fait reposer ses opérations sur le secret, l’action secrète et la surprise. Il doit tenir compte du fait qu’il est en fait exposé et vulnérable aux services de renseignement israéliens. Ses caches secrètes et sûres pourraient s’avérer des pièges mortels pour ses terroristes », a-t-il écrit.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a également laissé entendre que bien d’autres choses étaient à venir.

« Il y a deux semaines, j’ai dit que pour assurer la sécurité d’Israël, nous avons besoin d’une main ferme et de patience. J’ai ajouté que beaucoup de choses ne peuvent être révélées », a-t-il déclaré lors d’un discours télévisé depuis le ministère de la Défense à Tel Aviv.

« Aujourd’hui, encore une fois, je tiens à vous dire que ce que nous allons vous révéler maintenant n’est qu’une petite partie du tableau d’ensemble de nos efforts et de nos actions pour assurer notre sécurité sur tous les fronts. Nous prenons tout en compte et tout est fait avec la plus grande attention », a déclaré M. Netanyahu.

Israël a averti à plusieurs reprises que l’Iran essayait d’installer des usines de missiles au Liban pour améliorer les capacités du Hezbollah et a averti que c’était une ligne rouge pour Israël.

Une image satellite diffusée par l’armée israélienne montrant trois sites près de l’aéroport international de Beyrouth qui, selon l’armée, sont utilisés par le Hezbollah pour convertir des missiles conventionnels en missiles à guidage de précision, le 27 septembre 2018. (Crédit : Armée israélienne)

Dans son discours, M. Netanyahu a également déclaré que les efforts israéliens pour détruire les tunnels transfrontaliers construits par le Hezbollah n’étaient « pas une opération isolée, mais une opération vaste et continue » pour contrer une manœuvre plus vaste de l’organisation terroriste soutenue par l’Iran et visant à conquérir certaines zones de la Galilée à Israël.

« L’objectif du Hezbollah a été de creuser des tunnels sur notre territoire. Cela fait partie d’un effort d’une ampleur et d’une profondeur que nous n’avons jamais vues auparavant », a déclaré M. Netanyahu.

L’armée israélienne a rappelé mardi un petit nombre de réservistes alors qu’elle se préparait à des représailles éventuelles du Hezbollah en réponse à l’opération visant à trouver et détruire des tunnels transfrontaliers, qui selon Tsahal, ont été creusés en territoire israélien par l’organisation terroriste.

Les militaires ont déclaré que les tunnels étaient destinés à des fins offensives, contrairement aux tunnels et aux bunkers souterrains utilisés par le Hezbollah pendant la deuxième guerre du Liban en 2006, qui étaient principalement utilisés comme mesures défensives.

Des agents du Hezbollah travaillaient encore à l’intérieur du tunnel transfrontalier lorsqu’il a été découvert mardi matin, a déclaré le porte-parole de Tsahal mardi soir, montrant des images filmées quelques heures auparavant dans le passage souterrain, selon ses propres termes.

Netanyahu a ajouté que le tunnel, et d’autres tunnels similaires, faisaient partie d’un effort plus large visant à « infliger de grands dommages » à Israël et aux citoyens israéliens.

« La prise de certaines parties de la Galilée par le Hezbollah est une menace concrète », a-t-il déclaré. « Cela fait également partie d’un projet terroriste régional et mondial mené par l’Iran ».

Citant l’action militaire israélienne en Syrie ces dernières années qui, selon lui, a conduit à une diminution de 10 % du nombre de troupes iraniennes opérant dans ce pays déchiré par la guerre, Netanyahu a déclaré que l’opération de mardi s’inscrivait dans le cadre des efforts visant à contrecarrer les groupes terroristes iraniens opérant au Liban.

« L’opération se poursuivra jusqu’à ce que le résultat soit atteint, quel que soit le temps que cela prendra », a précisé M. Netanyahu.

« J’ai un message pour le peuple libanais », a-t-il ajouté. « Le Hezbollah met vos vies en danger. Il sacrifie votre bien-être pour servir les objectifs belliqueux de l’Iran. »

Il a souligné que « ces tunnels terroristes transfrontaliers ont été construits par le Hezbollah avec le soutien et le financement directs de l’Iran. Ils ont été construits dans un seul but – attaquer et assassiner des hommes, des femmes et des enfants israéliens innocents. Il s’agit d’une grave violation de la souveraineté d’Israël et d’une violation flagrante de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies. C’est un acte inacceptable d’agression gratuite ».

Le tunnel découvert mardi, a-t-il ajouté, « a été construit sous une maison dans un quartier populaire du sud du Liban. Ce n’est là qu’un exemple de plus de la façon dont le Hezbollah commet un double crime de guerre. Ils ciblent des civils tout en se cachant derrière des civils. Et cela doit être condamné haut et fort par toutes les nations qui se soucient de la paix, de la liberté et de la dignité humaine ».

Dans le but apparemment de devancer les allégations selon lesquelles la décision de lancer l’opération Bouclier du Nord était liée aux récentes recommandations de la police de le mettre en accusation, Netanyahu a indiqué que cette décision avait été prise « il y a plusieurs semaines ». Il a également remercié tout particulièrement « l’ancien ministre de la Défense Avigdor Liberman qui a participé à sa préparation ». Liberman a démissionné le mois dernier pour protester contre le refus de Netanyahu de sanctionner une attaque majeure du Hamas à Gaza dans laquelle l’organisation terroriste a tiré quelque 500 roquettes sur Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Avigdor Liberman et le chef d’Etat Major Gadi Eizenkot durant une réunion d’urgence organisée au ministère de la Défense à Tel Aviv, le 20 juin 2018 (Crédit : Ministère de la Défense/Ariel Hermoni)

Le chef d’état-major de Tsahal Gadi Eizenkot, s’exprimant directement après Netanyahu, a déclaré que les militaires se sont présentés devant le cabinet de sécurité en lui recommandant de lancer cette opération « lorsque les conditions seront réunies », ce qui remonte à environ un mois.

Selon Eizenkot, le cabinet a validé l’opération le 7 novembre.

Il a annoncé que l’opération devrait durer plusieurs semaines et est dirigée par le chef du Commandement Nord de Tsahal, le général de division Yoel Strick.

« Ce matin, nous avons pris des mesures pour contrecarrer l’intrusion du Hezbollah dans notre territoire, pour améliorer notre sécurité dans le nord… pour frapper et continuer à frapper les implantations iraniennes au nord », a encore dit M. Eizenkot.

Le chef de l’armée a déclaré que l’opération Bouclier du Nord a été lancée avant que les tunnels ne deviennent opérationnels et qu’ils « ne deviennent une menace immédiate et directe pour les localités et bases militaires du Nord ».

Photo prise le 4 décembre 2018 depuis le village libanais de Kafr Kila. On voit les engins israéliens opérer derrière le mur frontalier. (Crédit : Ali Dia/AFP)

Eizenkot a déclaré qu’à la suite de la guerre de Gaza de 2014, au cours de laquelle la menace des tunnels du Hamas était une question clé, l’armée israélienne « a mis au point une capacité opérationnelle, technologique et de renseignement très avancée pour neutraliser les tunnels d’attaque, tant dans le nord que dans le sud ».

Le chef de l’armée a déclaré que les responsables des localités du nord d’Israël avaient été informés à l’avance de l’opération et les a félicités d’avoir fait preuve de sens de « responsabilité » en ne dévoilant pas que celle-ci était sur le point de se dérouler.

Il a déclaré que Tsahal était « en possession des plans de creusement de tunnels offensifs du Hezbollah » et a appelé les Israéliens à « se sentir en sécurité, à poursuivre leurs activités quotidiennes et à continuer à voyager dans le nord ».

S’exprimant en présence de Netanyahu, le porte-parole de Tsahal, le général de brigade Ronen Manelis, a déclaré que des agents du Hezbollah se trouvaient dans ce tunnel, qui a été découvert mardi matin par les militaires israéliens, en montrant une vidéo qui a été tournée mardi matin à l’intérieur du souterrain.

Pour l’instant, les activités de l’armée se limitent au côté israélien de la Ligne bleue – la ligne d’armistice internationalement reconnue qui sert de frontière de facto entre Israël et le Liban – bien que Manelis a indiqué plus tôt dans la journée que d’autres tunnels seraient également détruits au Liban.

« Nous sommes prêts pour toutes les options, et l’opération n’en est qu’à ses débuts. La neutralisation des tunnels ne se fera pas nécessairement à l’intérieur de notre territoire », a-t-il précisé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...