Sortie du premier rapport ordonné par la loi Wiesel de prévention des génocides
Rechercher

Sortie du premier rapport ordonné par la loi Wiesel de prévention des génocides

C'est Trump qui a soumis ce document commandé en vertu d'une loi qui supervise les efforts américains visant à prévenir et à répondre aux atrocités de masse dans le monde

Photo d'illustration : Le président américain  Donald Trump brandit un ordre exécutif signé dans le bureau ovale, à la Maison Blanche de Washington, le 24 juin 2019 (Crédit : AP Photo/Alex Brandon)
Photo d'illustration : Le président américain Donald Trump brandit un ordre exécutif signé dans le bureau ovale, à la Maison Blanche de Washington, le 24 juin 2019 (Crédit : AP Photo/Alex Brandon)

Le président américain Donald Trump a soumis le premier rapport exigé par la loi de prévention des génocides et des atrocités qui porte le nom d’Elie Wiesel.

Le rapport a été soumis au Congrès jeudi dernier.

Il donne une vue d’ensemble des initiatives actuelles et prévues prises par le gouvernement des États-Unis pour prévenir, atténuer et répondre aux atrocités de masse commises dans le monde, a expliqué le secrétaire d’État Mike Pompeo dans un communiqué.

« De manière spécifique, le rapport met en lumière la manière dont le département d’État utilise les aides étrangères, la défense des intérêts diplomatiques et les engagements multilatéraux, en plus de la formation à destination de nos diplomates », ajoute le communiqué.

Le rapport marque également le lancement d’un groupe de travail qui se consacrera à la prévention des atrocités et les génocides, appelé la Atrocity Early Warning Task Force, un mécanisme inter-agences dirigé par la Maison Blanche. Le groupe se rencontrera régulièrement, selon un haut conseiller de Trump, et ne sera pas seulement actif en cas d’urgence.

La loi Wiesel (Wiesel Act) a été promulguée au mois de janvier 2019 après avoir bénéficié d’un soutien bipartite dans les deux chambres du Congrès.

Elle exige de l’exécutif la remise d’un rapport annuel au Congrès sur l’identification des signes anticipés de génocide, mais aussi la formation des responsables américains sur l’identification des zones susceptibles d’être touchées par un génocide. Elle aide à définir les moyens, pour l’administration, d’atténuer la portée d’un génocide via, entre autres, une médiation américaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...