Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

S&P abaisse la note de la dette d’Israël face à des « risques géopolitiques accrus »

La perspective négative de l'agence "reflète le risque que la guerre entre Israël et le Hamas ainsi que la confrontation avec le Hezbollah puisse s'aggraver et affecte l'économie d'Israël"

Le siège de la société financière américaine Standard and Poor’s (S&P) dans le Lower Manhattan, à New York, en mai 2014. (Crédit : mixmotive via iStock par Getty Images)
Le siège de la société financière américaine Standard and Poor’s (S&P) dans le Lower Manhattan, à New York, en mai 2014. (Crédit : mixmotive via iStock par Getty Images)

L’agence de notation S&P Global a baissé d’un cran la note de la dette d’Israël vendredi, de AA- à A+ qui indique tout de même une forte capacité à rembourser, face à des « risques géopolitiques accrus ».

« La récente intensification de la confrontation avec l’Iran accroît les risques géopolitiques déjà élevés pour Israël », précise l’agence en assortissant sa notation d’une perspective négative.

Le communiqué de S&P a été publié dans la nuit de jeudi à vendredi, avant que plusieurs explosions ne soient rapportées dans le centre de l’Iran, de hauts responsables américains faisant état d’une attaque israélienne en représailles aux tirs de drones et de missiles sans précédent contre Israël le week-end dernier.

La perspective négative de S&P « reflète le risque que la guerre entre Israël et le Hamas ainsi que la confrontation avec le Hezbollah puisse s’aggraver et affecte l’économie d’Israël », ajoute l’agence, qui pourrait revoir à la baisse cette notation dans les prochains mois.

C’est la deuxième fois qu’Israël connaît une dégradation de la note de sa dette à long terme. En février, Moody’s l’avait également abaissée d’un cran en raison du conflit avec le Hamas, à A2 assortie d’une perspective négative.

Début avril, l’agence de notation Fitch s’était distinguée de ses consœurs en retirant Israël des dettes sous surveillance, maintenant sa notation à A+ avec une perspective négative.

« Nous pensons qu’un conflit régional plus large sera évité mais la guerre entre Israël et le Hamas et la confrontation avec le Hezbollah semblent devoir se poursuivre tout au long de 2024 », ajoute S&P vendredi, contrairement à ses précédentes prévisions qui ne voyaient pas le conflit durer plus de six mois.

L’agence prévoit un creusement du déficit public du pays qui va représenter 8 % du PIB israélien cette année, en raison de l’augmentation des dépenses de défense.

Des déficits plus élevés vont persister à moyen terme et la dette des administrations publiques va culminer à 66 % du PIB en 2026, indique encore S&P.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.