Rechercher

Spielberg face à son enfance dans « The Fabelmans », présenté à Toronto

Devant un public enthousiaste, le cinéaste a dit avoir voulu de longue date faire un film très personnel mais avoir finalement puisé sa motivation dans la "peur" suscitée par la pandémie de coronavirus

Le réalisateur américain Steven Spielberg braque sa caméra sur sa propre enfance, entre mésentente parentale et brimades antisémites, dans « The Fabelmans », un long-métrage très personnel présenté en avant-première au Festival international du film de Toronto.

A 75 ans, Spielberg est considéré comme un des plus grands réalisateurs vivant d’Hollywood, avec à son actif des classiques comme « Les Dents de la Mer » ou « E.T. ».

Basé sur son enfance en Arizona, ce drame sur le passage à l’âge adulte explore les secrets de famille d’un jeune homme passionné de cinéma, et met notamment en scène l’excellente Michelle Williams, Paul Dano, et Seth Rogen.

Devant un public enthousiaste, Spielberg a expliqué avoir voulu de longue date faire un film très personnel mais avoir finalement puisé sa motivation dans la « peur » suscitée par la pandémie de coronavirus.

Seth Rogen arrive à la première à Los Angeles de « Game Over, Man! », le mercredi 21 mars 2018 à Los Angeles (Willy Sanjuan / Invision / AP)

« Je ne crois pas que quiconque ait su en mars ou avril 2020 où en serait l’art, la vie ne serait-ce qu’à une année de distance », a dit Spielberg à l’issue de la projection à la plus grande fête du 7e art en Amérique du Nord.

« J’ai juste ressenti que si je devais laisser quelque chose derrière moi, qu’avais-je vraiment besoin d’éclaircir et de déballer à propos de ma maman et mon papa et mes soeurs ? », a-t-il poursuivi. « Ce n’était pas maintenant ou jamais, mais presque ».

Semi-autobiographique, le film suit le jeune Sammy Fabelman et sa famille. Les parallèles avec la vie de Spielberg apparaissent clairement.

Comme lui, la famille Fabelman déménage du New Jersey en Arizona puis en Californie et Sammy tombe amoureux du cinéma, se perfectionnant avec l’aide de ses amis et inventant des techniques pour la caméra.

« J’utilisais vraiment de la colle et de la salive, essayant de trouver comment faire tenir les choses ensemble », s’est-il souvenu. Le film reprend beaucoup des films amateurs qu’il avait réalisés adolescent.

« Dans ce film j’ai fait tous les trucs qui se passent en coulisse bien mieux que les films en 8 mm que j’ai tournés », a-t-il lancé. « C’était une belle reprise ! ».

Même si le cinéma est une source de réconfort et d’évasion pour le jeune Sammy, le film ne cache rien de ses problèmes à la maison, comme les difficultés du mariage de ses parents, incarnés par Michelle Williams et Paul Dano.

Michelle Williams attends the premiere of « The Fabelmans » at the Princess of Wales Theatre during the Toronto International Film Festival, Saturday, Sept. 10, 2022, in Toronto. (Photo by Evan Agostini/Invision/AP)

Il montre aussi les brimades antisémites infligées par deux harceleurs dans son lycée californien. Spielberg explique avoir voulu évoquer ces incidents réels dans le film sans les placer sur le devant de la scène.

« Le harcèlement n’est qu’un petit aspect de ma vie. L’antisémitisme est un aspect de ma vie mais en aucune manière une force dominante dans ma vie », assure-t-il. « Cela m’a rendu très, très conscient d’être un outsider en grandissant ».

Spielberg a écarté des informations de presse selon lesquelles ce film serait son dernier.

Pas de « chant du cygne »

« Ce n’est pas parce que j’ai décidé de prendre ma retraite et que ceci serait mon chant du cygne », a-t-il assuré, « ne croyez rien de tout cela ! ».

Avant la projection, Spielberg a souligné que « The Fabelmans » est son tout premier film à participer à un festival de cinéma, un coup de maître pour le festival canadien.

Réputé pour attirer des foules de cinéphiles lors de ses grandes avant-premières, le Festival international du film de Toronto, le Tiff, a été durement touché par la pandémie et compte sur cette édition pour retrouver toute son aura.

Le festival, qui a débuté jeudi et se clôturera le 18 septembre, attend une ribambelle de stars sur son tapis rouge.

Jennifer Lawrence assiste à la première de « Causeway » au Royal Alexandra Theatre lors du Festival international du film de Toronto, le samedi 10 septembre 2022, à Toronto. (Crédit : Evan Agostini/Invision/AP)

Parmi elles, Jennifer Lawrence a attiré les fans plus tôt samedi pour « Causeway », un film sur une ancienne combattante qui tente de se réinsérer dans la vie civile à la Nouvelle-Orléans.

Au programme aussi, l’avant-première du thriller « Glass Onion: Une histoire à couteaux tirés » de Rian Johnson produit par Netflix, où Daniel Craig reprendra le rôle du détective privé Benoit Blanc aux côtés d’un casting cinq étoiles composé d’Edward Norton, d’Ethan Hawke, de Kate Hudson et de Jada Pinkett Smith.

Le festival canadien, qui ne décerne pas de palme ou d’ours comme à Cannes ou à Berlin mais uniquement un prix du public, donne souvent le tempo aux récompenses hivernales à Hollywood.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...