Steinmeier : Gaza est un « baril de poudre »
Rechercher

Steinmeier : Gaza est un « baril de poudre »

Le chef de la diplomatie allemande exhorte Gaza à cesser leurs tirs de roquettes pour rendre possible la levée des restrictions

Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, au centre, lors d'une visite au port dans la ville de Gaza le 1er juin 2015 (Crédit : AFP / MAHMUD HAMS)
Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, au centre, lors d'une visite au port dans la ville de Gaza le 1er juin 2015 (Crédit : AFP / MAHMUD HAMS)

Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a comparé lundi à un « baril de poudre » la bande de Gaza en proie à des restrictions, une profonde crise économique et des tensions internes.

Lors d’une visite dans le territoire palestinien, Steinmeier a appelé à la reconstruction de la bande de Gaza, dévastée en 2014 par sa troisième guerre en six ans. Mais il a insisté sur le fait qu’elle n’était possible que si les tirs de roquettes palestiniens sur Israël cessaient.

« Je suis ressorti de toutes mes discussions hier (dimanche) à Jérusalem et à Ramallah avec l’espoir que toutes les parties se rendent compte que nous sommes assis ici sur un baril de poudre et que nous devons veiller à ce que la mèche ne s’allume pas d’elle même », a dit Steinmeier, arrivé en Israël samedi.

Les « risques d’une nouvelle escalade » ne pourront être réduits de manière décisive que si une reprise de l’activité économique est associée à l’aide humanitaire et à l’aide à la reconstruction, a-t-il dit.

« Cela n’est possible qu’avec l’ouverture des frontières » de l’enclave soumise à des restrictions de la part d’Israël et de l’Egypte, a-t-il ajouté.

« Mais tout cela ne réussira que lorsqu’on sera sûr qu’on ne lance plus d’attaques à la roquette d’ici, qu’il n’y aura plus ici de rampes de lancement de roquettes », a dit Steinmeier, dont le pays est le plus proche allié européen d’Israël.

Le chef de la diplomatie allemande, qui a rencontré dimanche des dirigeants israéliens et le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah en Cisjordanie, n’a en revanche pas vu de responsables du Hamas. Le mouvement terroriste qui contrôle la bande de Gaza est considéré par l’Union européenne comme une organisation terroriste.

Israël d’une part et le Hamas et ses alliés palestiniens de l’autre se sont livré l’été dernier une guerre qui a provoqué d’énormes destructions.

Depuis, une trêve fragile subsiste, malgré quelques tirs de roquette palestiniens et les ripostes israéliennes.

Un rapport de la Banque mondiale publié en mai indiquait que le chômage dans la bande de Gaza atteignait 44 %, « le taux probablement le plus élevé au monde ».

Steinmeier, qui a visité une école de filles financée par l’Allemagne dans le camp de réfugiés de Shati, à l’ouest de la ville de Gaza, est l’un des nombreux dirigeants étrangers qui vont se succéder en Israël et dans les Territoires palestiniens après l’installation en mai du nouveau gouvernement israélien de Benjamin Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...