Rechercher

Suite aux réformes prévues, un élu Kakhol lavan boycottera les votes de la Knesset

Quelques jours après le retour d'un autre député rebelle au sein du gouvernement, Michael Biton accuse les ministères des Transports et de l'Agriculture de "léser les faibles"

Le député Kakhol lavan Michael Biton présidant une réunion de la commission économique de la Knesset le 25 mai 2022. (Crédit: Porte-parole de la Knesset/Noam Moskowitz
Le député Kakhol lavan Michael Biton présidant une réunion de la commission économique de la Knesset le 25 mai 2022. (Crédit: Porte-parole de la Knesset/Noam Moskowitz

Un député du parti Kakhol lavan du ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré mercredi qu’il ne voterait plus pour les projets de loi de la coalition afin de protester contre les réformes proposées dans les transports publics et l’agriculture, portant ainsi un nouveau coup au gouvernement en difficulté peu de temps après la rébellion d’un autre député.

Le député de Kakhol lavan Michael Biton a annoncé sa décision lors d’une réunion de la commission des Affaires économiques de la Knesset, qu’il préside. Le parlementaire a déclaré qu’il ne réunirait pas la commission ou ses sous-commissions tant que la question ne serait pas résolue.

« Je ne voterai pas avec la coalition, sauf pour les votes de défiance, afin que la question ne devienne pas politique », a-t-il déclaré.

M. Biton a accusé la ministre des Transports, Merav Michaeli, et le ministre de l’Agriculture, Oded Forer, de « léser les faibles », citant une proposition de Michaeli d’augmenter le prix des billets. Il a également demandé l’arrêt de toutes les réformes du ministère de l’Agriculture jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé avec les agriculteurs.

« D’ici là, je ne voterai pas au plénum. Peut-être même que plus tard je voterai contre », a-t-il déclaré. « Ce qui me fait mal, c’est le tort causé aux pauvres. Nous avons renoncé à notre honneur. »

Il a accusé les ministères d’avoir « volé » l’argent du public.

La ministre des Transports Merav Michaeli s’exprime lors d’une conférence de presse dans le port d’Ashdod, dans le sud d’Israël, le 6 avril 2022. (Crédit: Flash90)

Forer, du parti Yisrael Beytenu, a rapidement riposté à Biton, qui selon lui, se range du côté des propriétaires de poulaillers qui veulent augmenter les prix pour les consommateurs tout en continuant à produire des œufs « dans des conditions sanitaires catastrophiques ».

« Je vais continuer à œuvrer pour les plus de 9 millions de citoyens israéliens et non pas pour un petit groupe de pression. J’attends de mes collègues de la coalition qu’ils agissent de même », a écrit Forer sur Facebook.

Le ministre de l’Agriculture Oded Forer arrive à la première réunion hebdomadaire du cabinet du nouveau gouvernement, à Jérusalem, le 20 juin 2021. (Crédit : EMMANUEL DUNAN / AFP)

Une source senior de Kakhol lavan a indiqué que les demandes de Biton étaient soutenues par le parti, et a critiqué Michaeli pour son absence à la réunion de la commission. « Nous demandons à Michaeli de se comporter correctement au sein de la coalition et de la Knesset », a déclaré la source anonyme citée par la presse israélienne.

La source a insisté sur le fait que Kakhol lavan restait engagé dans la coalition et « qu’il n’y avait aucune inquiétude quant à sa stabilité ». Biton a ensuite été vu entrant dans le bureau de Gantz.

Les parlementaires de l’opposition, quant à eux, ont salué Biton.

« Politique mise à part, félicitations à Michael Biton pour avoir remis Merav Michaeli à sa place », a tweeté Miki Zohar, députée du Likud, qui a dénoncé « l’arrogance » de la ministre travailliste.

Le leader du parti Sionisme religieux d’extrême droite Bezalel Smotrich a qualifié Biton de « seul homme juste de Sodome ».

« Arrêtez de profiter des faibles [de la société] », a écrit Smotrich sur Twitter.

L’annonce de Biton est un nouveau casse-tête pour la coalition et survient quelques jours après que la députée de Meretz Ghaida Rinawie Zoabi soit revenue sur sa décision de courte durée de ne plus soutenir le gouvernement. La coalition et l’opposition sont à parité à la Knesset avec 60 sièges chacune depuis qu’Idit Silman, membre du parti Yamina du Premier ministre Naftali Bennett, a quitté la coalition le mois dernier.

La coalition est une composition hétéroclite de partis de droite, centristes et de gauche, et comprend le parti islamiste Raam. Elle a eu du mal à trouver un équilibre entre les différents groupes depuis son arrivée au pouvoir l’année dernière. Ces derniers mois ont été particulièrement difficiles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...