Sur Facebook, des modérateurs de contenu traumatisés
Rechercher

Sur Facebook, des modérateurs de contenu traumatisés

Théories du complot, images ultra-violentes, discours de haine - en première ligne sur le réseau social, des modérateurs n'en peuvent plus

Message antisémite sur Facebook posté par un employé de l'organisation humanitaire allemande GIZ. (Capture d'écran : Hadashot news)
Message antisémite sur Facebook posté par un employé de l'organisation humanitaire allemande GIZ. (Capture d'écran : Hadashot news)

Stress post-traumatique, prises de drogues, conditions de travail et salaires précaires… Plusieurs enquêtes mettent en lumière la vie des modérateurs de contenu de Facebook faisant face tous les jours à des vidéos violentes, des théories du complot ou des discours de haine.

« Le site spécialisé The Verge est allé à leur rencontre dans un centre à Phoenix, aux États-Unis, exploité par un sous-traitant du réseau social : Cognizant, » rapporte Le Figaro. « Plusieurs anciens ou actuels employés, qui s’expriment de manière anonyme, révèlent y vivre une expérience douloureuse faite de stress post-traumatique ou de pensées suicidaires ».

A cela vient s’ajouter, dans certains des centres, une politique de travail dans lesquelles les pauses sont quasi absentes, les salaires sont précaires et la prise en charge psychologique après des heures d’exposition à des contenus violents presque inexistante.

Plus inquiétant encore, « l’enquête raconte que certains modérateurs ne distinguent plus le vrai du faux et commencent à croire aux propres théories conspirationnistes qu’ils sont censés combattre sur Facebook. Certaines contre-vérités, comme le fait que la Terre soit plate, que l’Holocauste n’ait pas existé ou encore que le 11 septembre ne soit pas une attaque terroriste, sont des idées répandues dans le centre de modération de Phoenix ».

« Nous allons continuer à écouter nos modérateurs, nos partenaires et les médias », affirme dans un communiqué Justin Osofsky, vice-président du réseau social.

« Nous demandons à tous nos partenaires de nous faire remonter le plus possible les problèmes qu’ils peuvent rencontrer, et même de façon anonyme via notre ligne d’assistance téléphonique dédiée ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...