Sur scène, à Avignon, une version intimiste de Suite française
Rechercher

Sur scène, à Avignon, une version intimiste de Suite française

Irène Némirovsky, romancière russe d'expression française, est morte en déportation à Auschwitz en 1942

Le livre "Suite française" écrit par écrit par Irène Nemirovsky, etpublié à Paris, 62 ans après la mort de son auteure à Auschwitz en 1942 (photo prise le 2 novembre 2004), a été adapté au Festival d'Avignon pour la première fois (Crédit :/ AFP PHOTO / JEAN AYISSI)
Le livre "Suite française" écrit par écrit par Irène Nemirovsky, etpublié à Paris, 62 ans après la mort de son auteure à Auschwitz en 1942 (photo prise le 2 novembre 2004), a été adapté au Festival d'Avignon pour la première fois (Crédit :/ AFP PHOTO / JEAN AYISSI)

Le best-seller d’Irène Némirovsky, Suite française, a fait sa première incursion au théâtre à Avignon, avec une adaptation signée Virginie Lemoine pour qui ce drame sur l’absurdité de la guerre reste d’actualité.

« Il y a des choses inquiétantes aujourd’hui comme la montée du populisme, du racisme, de l’antisémitisme, de l’homophobie, ça m’inquiète et me bouleverse », affirme à l’AFP la comédienne française, qui a déjà adapté au théâtre « Le Bal », une nouvelle de Némirovsky.

« C’est donc bien de se rappeler cette époque qui ne remonte pas à si longtemps », ajoute Virigine Lemoine, qui a présenté sa pièce dans le cadre du Festival « off » d’Avignon.

Le best-seller inachevé de la romancière russe d’expression française – elle est morte en déportation à Auschwitz en 1942 – n’a été publié qu’en 2004, recevant le prix Renaudot qui récompensait ainsi pour la première fois un auteur à titre posthume.

« Quand j’ai découvert Némirovsky, j’ai été éblouie par son écriture qui dissèque l’âme humaine avec beaucoup d’empathie et d’humour », explique la metteuse en scène.

En un peu plus d’une heure, Virginie Lemoine a choisi d’adapter la seconde partie du livre Dolce, délaissant Tempête en juin et concentrant l’action dans le grand salon bourgeois en province de Mme Angellier, où une histoire d’amour se noue entre sa belle-fille et un officier allemand.

« Tout ce qui se passait à l’extérieur (bruit des Allemands près de la maison, l’ambiance de la guerre) a été pris en charge par la bande son », explique Virginie Lemoine qui a fait l’adaptation avec le chroniqueur et scénariste Stéphane Laporte. « Plus les choses sont simples, mieux on raconte l’histoire », selon elle.

L’adaptation lui a fait découvrir « l’écriture très théâtrale de Némirovsky, avec une structure narrative presque calée sur celle des tragédies grecques », affirme la comédienne qui est restée fidèle au texte.

Suite française a permis la résurrection de toute l’oeuvre d’Irène Némirovsky, constamment rééditée, dont certains titres, comme Le Bal ou David Golder, sont encore très largement lus dans le monde et ont fait l’objet d’adaptations au cinéma.

La pièce, jouée par Florence Pernel, Béatrice Agenin, et Samuel Glaumé dans le rôle du soldat allemand, sera à l’affiche en août 2019 au Théâtre La Bruyère.

Denise Epstein, la fille d’Irène Némirovsky qui avait sauvé, enfant, le manuscrit de Suite française, est décédée en 2013.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...