Surveillance « entravée » : Le sévère rapport de l’AIEA sur le nucléaire iranien
Rechercher

Surveillance « entravée » : Le sévère rapport de l’AIEA sur le nucléaire iranien

La capacité technique de l'AIEA à suivre sur la durée le programme nucléaire iranien est "fortement compromise", et "sa confiance se réduit au fil du temps", dit le rapport

Le drapeau de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) flotte devant le bâtiment de l'AIEA à Vienne, le 10 juillet 2019. (Alex Halada/AFP)
Le drapeau de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) flotte devant le bâtiment de l'AIEA à Vienne, le 10 juillet 2019. (Alex Halada/AFP)

L’AIEA, dans un rapport particulièrement sévère, a dénoncé le manque de coopération de l’Iran, qui porte gravement atteinte à sa mission de surveillance du programme nucléaire, sur fond d’impasse des négociations pour sauver l’accord de Vienne.

« Depuis février 2021, les activités de vérification et de surveillance ont été sérieusement entravées du fait de la décision de l’Iran » de restreindre les inspections, écrit l’Agence internationale de l’énergie atomique dans ce document consulté mardi par l’AFP.

Le texte sera examiné lors d’un Conseil des gouverneurs la semaine prochaine, au moment où les pourparlers pour ressusciter le pacte de 2015 sont au point mort.

Dans un premier temps, la République islamique avait trouvé un arrangement temporaire permettant à l’AIEA de continuer à exercer un certain degré de surveillance. Elle s’était notamment engagée à fournir à terme les données des caméras et autres outils de surveillance.

Mais ce compromis a expiré le 24 juin et l’Iran n’a pas donné suite, malgré plusieurs « requêtes » de l’agence onusienne.

L’équipement doit normalement être entretenu tous les trois mois, ce qui pose la question de savoir s’il est « toujours opérationnel », a commenté un diplomate proche du dossier.

Par ailleurs, sur un des sites, une caméra a été détruite et une autre fortement endommagée à la suite d’un incident.

Le directeur général de l’agence, Rafael Grossi, s’est dit disposé à se rendre en Iran « pour rencontrer des membres de la nouvelle administration et aborder ces problèmes », précise le rapport. Pourtant le voyage ne s’est pas fait, la même source soulignant que l’Iran n’était visiblement « pas prêt à parler ».

Dans ces conditions, la capacité technique de l’AIEA à suivre sur la durée le programme nucléaire iranien est « fortement compromise », et « sa confiance se réduit au fil du temps », ajoute le gendarme onusien du nucléaire, appelant l’Iran à « immédiatement rectifier le tir ».

L’usine d’enrichissement de l’uranium de Natanz, à environ 300 kilomètres au sud de la capitale de Téhéran, le 9 avril 2007. (Crédit : Hasan Sarbakhshian/AP)

À quand une reprise des pourparlers ?

Dans le même temps, l’Iran a significativement augmenté la production d’uranium hautement enrichi, en violation de ses engagements, se rapprochant ainsi des 90 % nécessaires à une utilisation militaire.

Selon des estimations de fin août, il a ainsi porté son stock d’uranium enrichi à 60 % à 10 kg contre 2,4 kg en mai, tandis que celui à 20 % est passé de 62,8 kg à 84,3 kg.

L’Iran dépasse ainsi largement la limite de 3,67 % fixée par le « plan d’action global commun » (JCPOA, selon son acronyme anglais).

Pour ce faire, Téhéran a puisé dans ses quantités de matière faiblement enrichie, qui sont donc tombées à 2 441,3 kilos (ou 300 kilos équivalent UF6), contre 3 241 kilos précédemment.

Dans un autre document, l’AIEA pointe la situation de quatre sites non déclarés, où des matières nucléaires ont été détectées. L’Iran n’a toujours pas éclairci ces questions, pourtant soulevées « il y a environ deux ans », déplore l’agence.

La République islamique s’est affranchie progressivement depuis 2019 de ses obligations nucléaires, en riposte au rétablissement des sanctions américaines par Donald Trump.

Joe Biden, qui lui a succédé en janvier à la Maison Blanche, dit vouloir réintégrer les États-Unis à ce pacte, destiné à empêcher la République islamique de se doter de la bombe atomique.

Vue extérieure du « Grand Hotel Wien » à Vienne, en Autriche, le 9 avril 2021, où se déroulent les négociations nucléaires à huis clos avec l’Iran. (Crédit : AP Photo/Florian Schroetter)

Les pourparlers commencés en avril à Vienne sous l’égide de l’Union européenne pour tenter de permettre ce retour, en échange d’un allégement des mesures punitives américaines, ont été ajournés le 20 juin, deux jours après la victoire du président iranien ultraconservateur Ebrahim Raïssi.

Aucune date de reprise n’a encore été annoncée en dépit des appels répétés des Occidentaux, qui s’alarment de la récente montée en puissance du programme nucléaire iranien.

Fin août, le nouveau ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, avait laissé entendre que son pays ne reviendrait pas autour de la table avant deux ou trois mois.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...