Rechercher

Swastika et insulte antisémite peints sur un mur de l’ancien ghetto de Cracovie

"Les putes juives, dégagez de Pologne", barbouillé sur le mur le deuxième jour de Rosh HaShana ; la police déclare ne pas avoir de suspects

Le 1er octobre 2019, des vandales ont peint une croix gammée et une insulte antisémite sur l'un des murs de l'ancien ghetto de Cracovie. (Avec l'aimable autorisation de Jonathan Ornstein via JTA)
Le 1er octobre 2019, des vandales ont peint une croix gammée et une insulte antisémite sur l'un des murs de l'ancien ghetto de Cracovie. (Avec l'aimable autorisation de Jonathan Ornstein via JTA)

VARSOVIE (JTA) – Une croix gammée et d’autres graffitis ont été peints sur un mur de l’ancien ghetto de Cracovie.

« Les putes juives, dégagez de Pologne » à côté d’une croix gammée ont été découverts tracés avec une substance semblable à du goudron mardi – le deuxième jour de Rosh HaShana, le Nouvel an juif. Les services municipaux ont recouvert les graffitis le jour même.

La police enquête dans le secteur de la rue Limanowskiego ; elle n’a aucun suspect.

« Alors que j’étais extrêmement bouleversé de voir les graffitis haineux sur le mur du ghetto, en particulier à Rosh HaShana, la réaction rapide de la ville et de la police m’a rappelé pourquoi Cracovie est un si bon endroit pour les Juifs », a déclaré Jonathan Ornstein, directeur du Centre de la communauté juive de Cracovie.

Des Juifs sont conduits dans les rues pendant la liquidation du ghetto de Cracovie, en 1943. (Domaine public/Wikimedia Commons)

Dimanche, des graffitis indiquant « Confédération contre les Juifs #447 » ont été découverts sur les murs du cimetière juif à Tarnów.

En 2018, le Congrès américain a approuvé la loi 447, ou loi JUST (Justice for Uncompensated Survivors Today), qui permet aux survivants de la Seconde Guerre mondiale ou leurs ayants droit de recevoir, si ce ne fut déjà fait, une indemnité pour leurs préjudices. La « Confédération contre les Juifs #447 » est un groupe politique de droite qui s’oppose à la restitution des biens juifs.

Adam Bartosz de la Commission pour la protection des monuments de la culture juive à Tarnów a déclaré qu’il pense que le vandalisme est associé à la campagne électorale actuelle pour le Parlement national polonais. Il a annoncé un procès contre le Parti Confédération.

Les militants de la Confédération à Tarnów ont prétendu qu’ils n’avaient rien à voir avec l’inscription.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...