Syrie : 30 000 civils ont fui les bombardements turcs sur Afrine en 24 heures
Rechercher

Syrie : 30 000 civils ont fui les bombardements turcs sur Afrine en 24 heures

Ankara a réaffirmé jeudi que la ville d'Afrine serait "très bientôt nettoyée" des Unités de protection du peuple (YPG)

Des kurdes syriens lors d’un défilé militaire inattendu, à Afrine, au moment où des civils se mobilisent et s’enrôlent pour rejoindre le front ou renforcer les équipes médicales et lutter contre les troupes turques, au sein de le YPG, le 28 janvier 2018. (Crédit : AFP / Delil SOULEIMAN)
Des kurdes syriens lors d’un défilé militaire inattendu, à Afrine, au moment où des civils se mobilisent et s’enrôlent pour rejoindre le front ou renforcer les équipes médicales et lutter contre les troupes turques, au sein de le YPG, le 28 janvier 2018. (Crédit : AFP / Delil SOULEIMAN)

Plus de 30 000 civils ont fui ces dernières 24 heures les bombardements turcs sur la ville kurde d’Afrine dans le nord-ouest de la Syrie, a rapporté jeudi l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).  

Les civils ont trouvé refuge notamment dans les localités de Nobol et Zahra, sous contrôle du régime syrien de Bachar al-Assad, a-t-on précisé.

Afrine, chef-lieu de l’enclave kurde du même nom, est la cible depuis le 20 janvier d’une offensive de l’armée turque et de ses supplétifs syriens pour en chasser une milice kurde syrienne considérée comme « terroriste » par Ankara.

La ville d’Afrine, proche de la frontière turque, est encerclée quasi-totalement par l’armée turque et les habitants fuient de crainte notamment d’être totalement assiégés. 

Selon un correspondant de l’AFP dans la ville, de nombreuses familles, notamment des personnes âgées et des enfants, sont partis entassés à bord de pick-up, certaines avec des matelas et des couvertures.

Les habitants restés dans la ville ont eux fait la queue devant les boulangeries ou ont acheté de l’eau à des camions citernes. La ville souffre d’une pénurie d’eau depuis que les forces turques se sont emparés du barrage de la région ces dernières semaines.

Ankara a réaffirmé jeudi que la ville d’Afrine serait « très bientôt nettoyée » des Unités de protection du peuple (YPG), la milice kurde dont elle veut se débarrasser.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...